Êtes-vous né avec le péché originel ?

On croit généralement, au sein du christianisme, que les humains naissent entachés du péché originel. Est-ce le cas ? Chaque bébé qui nait est-il coupable d’avoir commis le péché d’Adam ?

Quand on regarde un petit bébé, on ne voit généralement pas en lui un pécheur digne de châtiment. Pourtant, une doctrine adoptée par la plus grande Église chrétienne enseigne que les bébés naissent coupables de péché. Cette doctrine est celle « du péché originel » et une foule d’Églises dites chrétiennes y croient également.

D’où provient cette croyance ? Est-elle juste ? Les bébés héritent-ils du péché en naissant ? Est-ce ce que la Bible enseigne ?

La doctrine du péché originel et de la chute de l’homme

Bien que l’idée remonte à de nombreux auteurs catholiques primitifs, le théologien qui fit plus que tous les autres pour développer cet enseignement était Augustin d’Hippone. Ce dernier se convertit au christianisme près de 300 ans après l’apparition de ce dernier.

Cette doctrine s’appuie sur l’histoire d’Adam et Ève. Elle interprète le choix d’Adam de goûter du fruit défendu comme ayant changé sa nature qui devint foncièrement déformée et corrompue. Ce changement ne toucha pas qu’Adam. D’après Augustin et bien d’autres, du fait de son péché, Adam et tous les humains après lui sont tombés en disgrâce – d’où l’idée de la chute de l’homme.

D’après cette optique, le péché est une maladie qui est transmise des parents aux enfants avant leur naissance ; la chute d’Adam est aussi devenue celle de tous ceux qui sont sortis de ses reins – l’espèce humaine dans sa totalité. D’après cette doctrine, les descendants d’Adam et Ève auraient hérité non seulement de la nature d’Adam, mais aussi de son péché. Le péché d’Adam – ou le péché originel, comme on l’appelle communément – serait une souillure de l’âme qui serait attachée à tout être humain à sa naissance.

Voilà pourquoi une grande partie des principales dénominations qui croient au péché originel pratique le baptême des bébés. Ce baptême – qui consiste généralement à verser de l’eau sur la tête du petit enfant – a supposément pour objet d’éliminer le péché originel. (Nous vous conseillons à cet effet notre article « Que faut-il entendre par baptême ? »)

Le péché d’Adam a-t-il été transmis à ses descendants ?

Bien qu’une grande partie du christianisme adhère à ces idées, les chrétiens qui réfléchissent devraient examiner les doctrines apparues après la rédaction du Nouveau Testament avec un œil critique et se demander si elles s’appuient fermement sur la Bible – la parole inspirée de Dieu – ou sur des idées humaines.

Premièrement, l’expression péché originel ne se trouve nulle part dans la Bible. On l’a inventée bien des années après que la Bible ait finie d’être rédigée. Le choix d’Adam, dans le 3e chapitre de la Genèse, était certes un péché, mais nulle part dans le récit de la Genèse est-il écrit que ses descendants devinrent coupables de sa faute. En fait, la première fois que le mot péché apparaît dans la Bible, Dieu avertit Caïn – le fils d’Adam – de ne pas y succomber, étant irrité : « Si tu agis mal, le péché se couche à la porte, et ses désirs se portent vers toi : mais toi, domine sur lui » (Genèse 4:6-7).

Certes, le péché d’Adam s’est répercuté sur ses descendants : « L’Éternel Dieu dit : Voici, l’homme est devenu comme l’un de nous, pour la connaissance du bien et du mal. Empêchons-le maintenant d’avancer sa main, de prendre de l’arbre de vie, d’en manger, et de vivre éternellement. Et l’Éternel Dieu le chassa du jardin d’Eden, pour qu’il cultive la terre, d’où il avait été pris » (Genèse 3:22-23).

On constate ce qui suit :

Adam et Ève décidèrent de désobéir à Dieu – de pécher – après avoir été tenté par le premier pécheur (Satan). Tous les humains ont, depuis, commis la même erreur. Le péché a fait son apparition dans le monde des hommes, et chaque personne s’engage, dans cette voie, de plein gré.

                Le péché et la mort ayant fait leur apparition chez les humains, Adam et Ève se sont écartés de Dieu. Ils ont cessé de bénéficier des bénédictions et du cadre parfait du jardin d’Eden, et ont raté l’occasion de vivre éternellement (Genèse 3:19; Romains 6:23; Ésaïe 59:2).

Il ne fait aucun doute que le choix d’Adam a eu d’énormes répercutions sur l’histoire de ses descendants. Comme le dit l’Écriture, « Parce qu’ils ont haï la science, et qu’ils n’ont pas choisi la crainte de l’Éternel, parce qu’ils n’ont point aimé mes conseils, et qu’ils ont dédaigné toutes mes réprimandes, ils se nourriront du fruit de leur voie, et ils se rassasieront de leurs propres conseils » (Proverbes 1:29-31).

Autrement dit, les choix d’Adam et de ses descendants – leur rejet de Dieu et de Sa voie – ont obligé Dieu de les éloigner de Lui et de leur permettre de « se nourrir du fruit de leur voie », avec toutes les souffrances que cela sous-entend, puisqu’ils ont choisi la voie du péché.

Le péché est toujours un choix personnel

Quand on étudie ce que la Bible enseigne à propos du péché, on s’aperçoit que, pour Dieu, le péché est un choix personnel. Autrement dit, le péché est toujours imputé comme conséquence de la décision d’un individu de transgresser la loi divine (1 Jean 3:4).

Les péchés d’un individu peuvent, certes, affecter physiquement d’autres êtres humains, mais leur culpabilité spirituelle retombe sur quiconque commet ces fautes. Du temps du prophète Ézéchiel, on avait coutume de dire que les enfants héritaient des péchés de leurs ancêtres. « Pourquoi dites-vous ce proverbe dans le pays d’Israël : Les pères ont mangé des raisins verts, et les dents des enfants en ont été agacées ? » Ce proverbe était si malavisé que Dieu s’empressa de le nier (versets 3 à 32).

La réfutation divine est résumée aux versets 20 et 30 : « L’âme qui pèche, c’est celle qui mourra. Le fils ne portera pas l’iniquité de son père, et le père ne portera pas l’iniquité de son fils. La justice du juste sera sur lui, et la méchanceté du méchant sera sur lui […] C’est pourquoi je vous jugerai chacun selon ses voies ».

C’est clair. Pour Dieu, chaque personne est responsable de ses propres péchés. Bien que les conséquences du péché puissent affecter les générations futures, Dieu ne tient personne pour coupable des péchés des autres, pas même celui d’Adam.

Jésus a clairement indiqué que « quiconque se livre au péché est esclave du péché » (Jean 8:34). On ne nait pas « esclave du péché » ; on le devient quand on décide pour la première fois de commettre un péché. On se rend coupable de ses propres péchés (Ésaïe 3:10-11; Jérémie 17:10; Romains 14:12). Nous vous conseillons à cet effet notre article « Qu’est-ce que le péché ? »

Romains 5 enseigne-t-il le péché originel ?

Le passage le plus souvent cité par les partisans du péché originel est Romains 5:12. On y lit : « C’est pourquoi, comme par un seul homme le péché est entré dans le monde, et par le péché la mort, et qu’ainsi la mort s’est étendue sur tous les hommes… ». Si on ne lit pas le restant, cela peut donner l’impression que « la mort s’est étendue sur tous les hommes » à cause du péché d’ « un seul homme » (Adam). Mais notez les 5 derniers mots : « parce que tous ont péché » (c’est nous qui soulignons tout du long).

Quand on lit la dernière partie du verset dans sa totalité – « la mort s’est étendue sur tous les hommes, parce que tous ont péché » – cela devient clair. Quand Adam (un seul homme) décida de pécher, le péché entra dans le monde et – de ce fait – son amende, la mort (Romains 6:23). La mort, qui est la conséquence du péché, s’est donc étendue sur tous les hommes, « parce que tous ont péché ».

Autrement dit, nous avons tous suivi l’exemple d’Adam et nous avons tous péché et – de ce fait – récoltons le même châtiment que lui. Cela, Paul l’a confirmé : « Tous ont péché et sont privés de la gloire de Dieu » (Romains 3:23).

Nés dans un monde pécheur

Nous ne sommes pas nés avec la souillure du péché d’Adam. En revanche, nous sommes nés dans un monde qui a suivi la même voie qu’Adam au jardin d’Eden – un monde qui veut agir à sa guise, séparé de Dieu, qui aime le péché sous toutes ses formes, et qui continue d’être séduit par Satan (1 Jean 5:19).

La bonne nouvelle, c’est que nous pouvons sortir de ce monde en nous repentant de nos péchés et en étant pardonnés grâce au sacrifice de Christ (Romains 5:15-19). Prendre cette décision peut vous guider loin de la voie large et spacieuse ouverte par Adam, et vous faire emprunter la voie étroite et resserrée inaugurée par Christ.

Si vous voulez savoir comment vous repentir de vos péchés et suivre la voie rejetée par Adam, nous vous conseillons nos articles « Comment se repentir ? » et « La conversion, c’est quoi ? »