Accumulation compulsive : enterrés vivants

Certaines personnes entassent toutes sortes de choses, souvent à leur détriment. Mais plus courante encore est la tendance à entasser mentalement des voies destructives – des péchés.

Ces dix dernières années, télé-réalité est devenu l’un des types d’émissions les plus populaires. L’une d’elles – Hoarders (accumulateurs) – en Amérique, sur la chaine A&E, est parmi les plus choquantes. Il y a aussi une émission intitulée « Accumulation compulsive : enterrés vivants » [Hoarding : Buried Alive].

Hoarders débute par le communiqué suivant : « Plus de trois millions de personnes ne peuvent s’empêcher de tout ramasser. En voici deux exemples… »

Les syllogomanes décrits dans ladite émission accumulent des livres, des vêtements, des babioles, des revues… n’importe quoi. Le courrier indésirable, les mégots, et même les ampoules électriques inutilisables. Ne cessant de tout ramasser, elles sont menacées d’expulsion, leurs domiciles sont condamnés, elles risquent le divorce et l’abandon.

On peut dire que pour ces gens-là, les ordures détruisent leurs vies. On a dit qu’ils sont pratiquement enterrés vivants.

Un parallèle pour les chrétiens

Il va sans dire que l’émission ne s’intéresse pas au fouillis que ces gens-là ont entassé ; elle se consacre à ceux qui font du nettoyage dans leur vie, qui se débarrassent de certaines « ordures », qui améliorent leurs relations, créant ainsi l’espoir de vivre plus sainement ou de mieux vivre.

Cette dynamique d’individus se débattant pour faire du nettoyage dans leurs vies fournit un parallèle intéressant à tous les chrétiens. Nous avons beau ne pas tout entasser comme les syllogomanes décrits dans ces émissions, nous entassons souvent dans notre esprit des idées tout aussi destructrices – regardant ou écoutant des films ou des propos qui n’ont rien de chrétien, abritant des attitudes vengeresses ou agissant égoïstement, indifférents.

Les frères Collyer

L’un des exemples les plus connus d’entassement maladif est celui de Langley Collyer et de son frère aveugle, Homer.

Les frères Collyer étaient issus d’une famille riche de New York, et ils vivaient dans un manoir de la Cinquième Avenue, à Manhattan.

Entre 1933 et 1947, les deux frères avaient amassé plus de 120 tonnes d’ordures, d’objets de toutes sortes et de déchets humains. Leur réserve – récupérée largement dans des conteneurs d’ordures – comprenait des vieux journaux, des cordes, des poussettes des râteaux, des parapluies, des bicyclettes rouillées, de la nourriture avariée, des éplucheurs, des machines à rayons-X, une mâchoire de cheval, des organes humains en bocaux, six drapeaux américains, un drapeau anglais, 14 pianos, un clavecin, deux orgues, et des milliers de livres.

Le grand nettoyage du roi Ézéchias

Quand Ézéchias devint roi de Juda, la maison de Dieu aurait pu être comparée à celle des frères Collyer. L’intérieur du temple était plein d’ordures.

L’une des premières choses que fit Ézéchias fut d’ouvrir les portes du temple. Et les Lévites nettoyèrent ce dernier, en enlevant les ordures qui s’y trouvaient. Ils commencèrent par nettoyer le temple, puis assainirent leur nation.

De même que le temple de Dieu était rempli d’ordures, les habitants de Juda avaient également rempli leurs vies d’ordures. Ils avaient adopté les voies iniques des nations environnantes, et leurs vies étaient pleines de saletés.

Du fait de son immoralité, le peuple était menacé d’expulsion, Dieu l’ayant condamné. Quand Ézéchias monta sur le trône, il lança une campagne nationale d’assainissement pour débarrasser son pays de ses ordures. On pourrait comparer ce qu’il fit à un épisode de Hoarders, mais à l’échelle nationale. 

Cet assainissement stupéfiant organisé par le roi Ézéchias est décrit dans 2 Chroniques 29:4-6 :

« Il fit venir les sacrificateurs et les Lévites, qu’il assembla dans la place orientale, et il leur dit : Ecoutez-moi, Lévites ! Maintenant sanctifiez-vous, sanctifiez la maison de l’Eternel, le Dieu de vos pères, et mettez ce qui est impur [ou la souillure, ou ce qui est souillé] hors du sanctuaire. Car nos pères ont péché, ils ont fait ce qui est mal aux yeux de l’Eternel, notre Dieu, ils l’ont abandonné, ils ont détourné leurs regards du tabernacle de l’Eternel et lui ont tourné le dos » (c’est nous qui soulignons).

Le temple de Dieu, dans l’Ancien Testament, est souvent appelé la maison de Dieu. Que représente la maison de Dieu, dans le Nouveau Testament ?

Le temple de Dieu sous la Nouvelle Alliance

« Ne savez-vous pas que vous êtes le temple de Dieu, et que l’Esprit de Dieu habite en vous ? » (1 Corinthiens 3:16)

L’apôtre Paul explique ici que le peuple de Dieu représente Son temple. On habite dans sa maison. Le temple de Dieu est l’endroit où se trouve l’Esprit de Dieu. Si vous avez l’Esprit de Dieu, vous êtes Son temple, et Sa maison. « Si quelqu’un détruit le temple de Dieu, Dieu le détruira ; car le temple de Dieu est saint, et c’est ce que vous êtes » (verset 17).

La vie d’un chrétien – comme le temple de Dieu (ou le manoir des frères Collyer) – est une maison qui peut être bien tenue, ou remplie d’ordures. Dieu exige que Sa maison soit propre. Et si la maison d’un chrétien se remplit d’ordures, elle sera condamnée, étant devenue inhabitable, et sera tout compte fait détruite.

Toute saleté et toute impureté dans la vie d’une personne est comme un tas d’ordures dans la maison de Dieu. Ces ordures doivent continuellement être ôtées pour que cette maison demeure habitable. En tant que fidèles disciples de Christ, nous devons nous repentir continuellement et éliminer de nos vies les ordures du péché.

Votre maison est-elle toujours propre ?

Pour en revenir à l’histoire des frères Collyer : Hélas, en 1947, on les retrouva morts dans leur domicile. Langley avait été écrasé par la chute d’un tas d’ordures qu’il avait installé comme piège. C’était littéralement les ordures au milieu desquelles il vivait qui l’avaient tué.

Une fois morts, la plupart des articles trouvés chez les deux frères furent déclarés d’aucune valeur et jetés. Les articles pouvant être conservés furent vendus pour moins de $2 000.

Et ce qui est ironique, c’est que ce qui aurait dû avoir le plus de valeur – leur manoir – fut déclaré dangereux et inflammable. Au mois de juillet, cette année-là, ledit manoir fut détruit.

L’histoire des frères Collyer pourrait fort bien servir d’analogie pour bon nombre d’entre nous.

Êtes-vous d’accord que votre bien le plus précieux est d’avoir une vie spirituelle propre, dans laquelle l’Esprit de Dieu a sa place ?

Ou bien êtes-vous consumé par les choses sans valeur de ce monde, qui remplissent votre « maison » – votre esprit et votre cœur – d’ordures (2 Chroniques 36:14-16 ; Néhémie 10:39) ?

Entrant dans la maison d’un syllogomane

Dans l’un des épisodes de Hoarders, un ami desdits collectionneurs d’ordures résumait l’impression que Dieu doit avoir de nous quand nous manquons d’ôter le péché de nos vies.

Dans l’épisode en question, la maison dudit entasseur était tellement dangereuse pour la santé du voisinage que les élus locaux s’apprêtaient à expulser la propriétaire.

L’amie de cette dernière était consciente de son problème, mais elle ne s’était jamais rendue chez elle. Lors dudit épisode, elle avait pénétré dans son domicile pour la première fois.

Alors que les deux femmes se frayaient un chemin entre les tas d’ordures, la scène devint effrayante. Non seulement ces ordures s’empilaient à hauteur de tête, mais il y avait aussi des excréments d’animaux quasiment partout, et un nombre incalculable de cafards. Et pourtant, cette entasseuse était attachée à tous ces immondis.

Son amie était visiblement stupéfaite. Mais bien qu’étant dégoûtée du spectacle s’offrant à ses yeux, elle éprouva pour son amie de la compassion.

Balayant du regard toutes cette saleté et ces ordures, elle se tourna vers son amie et lui dit : « Tu vaux bien plus que tout ceci ! Pourquoi te places-tu dans cette situation ? Aucun être humain ne devrait vivre dans de telles conditions ! »

Ses paroles me sont restées : « Tu vaux bien plus que tout ceci ! »

Les deux femmes s’étreignirent et pleurèrent.

Replaçons ce récit dans son contexte

Imaginez cette femme s’agrippant à toutes ces ordures. Ce doit être le sentiment que Dieu a à notre égard quand nous n’ôtons pas le péché de nos vies. À Ses yeux, vous valez tellement plus que les ordures peccables de ce monde. C’est pourquoi Christ est venu et est mort à cause de vos péchés. Il est mort afin que votre vie soit purifiée et devienne une maison digne de la présence de Son Saint-Esprit (1 Pierre 1:18-19).

Dans 2 Corinthiens, Paul appelle de nouveau le peuple de Dieu Son temple. Il indique que le Saint-Esprit doit vivre dans un temple qui est propre. De même que l’eau et l’huile ne se mélangent pas, le Saint-Esprit et le péché pas davantage.

« Car quel rapport y a-t-il entre la justice et l’iniquité ? ou qu’y a-t-il de commun entre la lumière et les ténèbres ? […] Quel rapport y a-t-il entre le temple de Dieu et les idoles ? Car nous sommes le temple du Dieu vivant […] Ayant donc de telles promesses, bien-aimés, purifions-nous de toute souillure de la chair et de l’esprit, en achevant notre sanctification dans la crainte de Dieu » (2 Corinthiens 6:14, 16 ; 7:1).

Ne soyez pas comme les frères Collyer ; ne laissez pas des ordures entassées détruire votre vie. Suivez plutôt l’exemple du roi Ézéchias, reconnaissant la valeur du temple de Dieu, et le purifiant. Pour ce qui est des pulsions pécheresses de la vie, n’oubliez jamais que vous valez bien plus que tout ceci.