Est-il bon de reprendre une vie normale ?

Après la crise de COVID-19, on souhaite reprendre une vie normale. Or, à quoi va-t-elle ressembler ? Et est-ce une bonne chose ? Oui et non !

Normal est un mot plutôt bizarre. Il sous-entend que ce qui est normal est bon, et que ce qui est anormal est mauvais. Reprendre une vie normale passe donc pour être quelque chose de positif. Or, normal est aussi, souvent, bien vague. Par définition, est normal « qui est conforme à une moyenne considérée comme une norme […] n'a rien d'exceptionnel […] est conforme au plus habituel […] ne surprend ni dans un sens ni dans un autre […] est conforme à ce que l'on pense être juste, équitable […] est prévisible, logique, compréhensible » (Larousse.fr).

Notre vie redeviendra-t-elle normale ?

Pendant les longs mois où nous avons vécu dans le sillage de COVID-19, porter un masque et garder ses distances a été une pratique normale, en public. Or, à mesure que nous délaissons les protocoles que nous a imposés cette pandémie, nous avons hâte de retrouver ce qui était normal avant mars 2020. Néanmoins, cette pandémie a changé bien des choses, et ses changements vont demeurer, même lorsque nous aurons cessé de porter des masques. En fait, certaines choses – qui ne sont pas directement liées à la pandémie – ont changé, parfois radicalement. Pendant que sévissait ce virus, la société a changé, de sorte que – lorsque les choses seront redevenues « normales » – cette  normalité  ne sera plus comme avant.

Sera-ce positif ou négatif ? Nos interactions sociales ont été affectées. La technologie jouant un rôle accru, les affaires et les études ont été affectées. Les relations internationales et la politique des pays ont radicalement changé. Divers changements notoires dans bien des domaines font en sorte que revenir à des standards « normaux » pré-pandémie va s’avérer impossible.

La technologie à la rescousse

L’incorporation de la technologie dans pratiquement tous les aspects de nos vies a augmenté exponentiellement, du fait de la pandémie. Nous nous sommes mis à nous fier à la technologie pour tout, notamment pour faire nos achats, prendre des cours, et pour nos activités professionnelles. Les interactions virtuelles n’étant pas affectées par le virus, nous nous sommes mis à tout faire « en ligne ».

Amazon, le géant commercial de l’Internet, a vu ses profits doubler en 2020 et a dû embaucher 175 000 employés pour honorer ses commandes en ligne. De l’épicerie aux ouvre-portes de garage, pratiquement tout s’achète à présent sur Internet, grâce à des transferts électroniques.

Pour des millions d’étudiants, suivre un cours signifie se brancher sur son portable – leur classe ayant dorénavant l’allure d’un générique de feuilleton. Pour des millions de travailleurs, des techniciens juridiques aux entraineurs sportifs, aller travailler consiste désormais à rencontrer leurs clients et collègues sur Zoom. Même les consultations chez les médecins sont de plus en plus souvent effectuées par le nouveau médium de la télémédecine. Les interactions sont devenues virtuelles ; l’internet notre bouée de sauvetage. La technologie a remplacé le toucher. Et cette dernière s’est incorporée à tel point dans nos vies qu’elle ne va pas régresser avec la raréfaction du virus. Elle va subsister et elle modifie profondément la manière dont nous faisons les choses.

L’informatique fournit beaucoup d’avantages appréciables. Néanmoins, comme l’a révélé un sondage du Pew Research, 47% des  915 innovateurs, développeurs, cadres, chercheurs et activistes ont déclaré que la vie sera essentiellement pire pour la plupart des gens, en 2025, qu’avant la pandémie. Seulement 39% d’entre eux estiment que la vie sera généralement meilleure pour la plupart des gens, en 2025, qu’avant la pandémie  (“Experts Say the ‘New Normal’ in 2025 Will Be Far More Tech-Driven, Presenting More Big Challenges”). 

La technologie assume donc la relève. Dans un monde où tout se fait « à distance », les humains vont – pour reprendre l’idée du biologiste E. Wilson –  avoir de plus en plus affaire à « une technologie qui devient quasiment un dieu ».

L’attrait, du côté pratique et sûr que la technologie offre, pousse les consommateurs à  rechercher des gadgets, des applications et des systèmes ingénieux, confiant du même coup leur vie privée et leur sécurité à des firmes importantes. Se voyant confier d’innombrables renseignements, ces firmes – à leur tour – se servent de ces derniers, selon les experts, pour exploiter leurs avantages commerciaux, à coup d’outils comme l’intelligence artificielle « avec des moyens qui semblent éroder encore plus la vie privée et l’autonomie de leurs utilisateurs ».

Cette dépendance accrue de l’Internet aggrave la menace des activités criminelles, du piratage informatique et autres attaques du même genre. Les commodités issues de cette nouvelle normalité menée par la technologie ont, de ce fait, produit de nouvelles menaces contre la vie privée, la sécurité et l’autonomie des individus.

L’enquête du Pew a également révélé que « la désinformation va devenir endémique: La propagande numérique est irrépressible, et la rapide militarisation des technologies basées sur “le nuage” divise le public, mine la cohésion sociale et menace toute réglementation basée sur une délibération rationnelle et factuelle ».   

Eu égard à l’influence de la technologie, nous n’allons pas revenir à la normale. Nous allons sortir de la pandémie avec une nouvelle normalité, à la fois bonne et mauvaise, avec laquelle – comme l’enquête du Pew l’indique – « le meilleur et le pire de la nature humaine sont amplifiés ».

La violence a augmenté

On a pu lire récemment dans la revue Time : « On nourrit l’espoir que l’Amérique pourra, un jour, battre COVID-19 ; on est en revanche bien moins optimiste que nos dirigeants pourront éliminer le fléau de la violence armée » (“Mass Shootings: This Is What Normal Has Come to Be Like in America”).

On donne aux « fusillades massives » des définitions variées, mais quelles qu’elles soient, dans le premier semestre de 2021, elles ont été en augmentation, aux États-Unis. Jadis rares, elles font à présent régulièrement la une des actualités. Pendant la pandémie, de violentes confrontations ont également eu lieu entre manifestants et forces de l’ordre, et il y a eu des manifestations dans la plupart des grandes villes. Des commerces ont été dévalisés ou incendiés. Des édifices gouvernementaux ont été endommagés ou cambriolés.

Mises à part ces manifestations, le nombre des homicides a considérablement augmenté dans beaucoup de villes et 2020 a enregistré son taux le plus élevé, ces 20 dernières années. On craint de plus en plus que ce genre de violence ne devienne la nouvelle norme. Les gens, cherchant à s’en protéger, ont acheté 22,8 millions d’armes à feu, l’année passée – soit près de 9 millions de plus que l’année précédente.

Alors que nous « revenons à la normale » après la pandémie, la violence – et l’inquiétude qu’elle engendre – est devenue la nouvelle norme, désagréable. Dans sa prophétie du mont des Oliviers, Jésus nous avertit que le temps de la fin allait ressembler à  « ce qui arriva du temps de Noé » (Matthieu 24:37), quand « la terre était pleine de violence » (Genèse 6:11).

La dérive vers une technologie accrue a été accentuée par la crise, et l’on accepte son omniprésence comme la nouvelle norme en bien comme en mal. La propension de chaque être humain à la contestation et l’agressivité – ordinairement réduite par des valeurs morales adoptées et par la loi – a cédé la place à un niveau élevé de violence. Nous en arrivons à accepter ces conditions, et beaucoup d’autres, comme nouvelle normalité.

La dérive vers le péché

Le péché est l’état normal dans lequel se trouvent les humains. C’est pourquoi nous avons besoin d’un Sauveur. « Tous ont péché et sont privés de la gloire de Dieu » et « le salaire du péché, c’est la mort » (Romains 3:23 ; 6:23).

Notre espérance tient au fait que nous reconnaissons avoir péché et que nous nous en repentons – cessons de pécher. « Si nous confessons nos péchés, il est fidèle et juste pour nous les pardonner, et pour nous purifier de toute iniquité » (1 Jean 1:9). Le sacrifice de Christ peut nous être appliqué et nous pouvons recevoir l’Esprit de Dieu qui nous affermit et nous guide dans notre engagement à vaincre notre nature pécheresse intrinsèque.

Dans cette société de plus en plus séculière, les entraves au péché sont éliminées. La dérive des humains vers le péché s’accélère. L’idée même du péché est redéfinie à partir de critères humains séculiers et les mauvaises attitudes et les comportements répréhensibles deviennent de plus en plus courants, deviennent « normaux ». Cela, aussi, ressemble à « ce qui arriva du temps de Noé », à une époque où « la méchanceté des hommes était grande sur la terre » (Genèse 6:5). Cela semble également décrire la méchanceté prophétisée au temps de la fin par l’apôtre Paul (2 Timothée 3:1-5). Le péché est répréhensible. Or, il est la norme dans notre société. Et l’acceptation accrue du péché est condamnable.

La « nouvelle normalité » de Lot

La Bible nous donne un exemple frappant de ce qui se passe quand on accepte une nouvelle normalité.

Le patriarche Lot est décrit dans l’Écriture comme « Lot le juste » (2 Pierre 2:7). Pendant des années, il vécut avec son oncle Abraham, et Dieu les fit prospérer. Il était normal, pour eux, d’obéir à Dieu et de le servir fidèlement.

Une dispute eut cependant lieu entre les bergers de Lot et ceux d’Abraham, et Lot et sa famille décidèrent d’aller vivre à Sodome (Genèse 13:8-12). Obéir à Dieu était loin d’être normal pour les habitants de cette cité. Ils étaient très immoraux, le cri contre elle s’était accru, et leur péché était énorme (Genèse 18:20). Néanmoins, au fil du temps, il devint normal, pour Lot, de vivre dans ce milieu corrompu. Il n’approuvait pas la méchanceté de Sodome, mais il s’en accommodait et il s’y était installé. Plusieurs de ses filles avaient même épousé des hommes du lieu.

Quand Lot, à l’instigation des anges, avertit ses gendres de fuir la cité avant que Dieu ne la détruise du fait de sa méchanceté, ils pensèrent qu’il blaguait et ils n’en firent rien (Genèse 19:14). Tout était « normal », après tout. Lot, lui aussi, hésita à fuir, et les anges durent le presser, et presser sa femme et ses deux filles non mariées, de partir (Genèse 19:15-17). Sa femme eut des regrets, se lamentant probablement de leur perte de normalité, ne mesurant pas le degré de dépravation qu’elle avait fini par accepter comme allant de soi.

La leçon à tirer

Il est dangereux d’accepter le péché comme norme, peu importe sa popularité, dans une société de plus en plus séculière et profane. À l’heure où le monde s’extirpe de la crise du coronavirus, assurez-vous de bien comprendre ce que signifie « revenir à la normale ». Bien des choses ont changé, et pas toutes dans le bon sens.

Nous avons affiché sur notre site un article qui pourrait vous intéresser : « Le coronavirus vous a-t-il changé ? »