Trois choses à ne pas faire avant de dire « Oui »

Vous êtes amoureux, et vous commencez à planifier un beau mariage. Vous décidez d’une date, choisissez les invitations, commandez la pièce montée… vous êtes prêts à dire « Oui ! » – du moins le pensez-vous !

S'il vous est arrivé de faire construire une maison, il vous a fallu vous assurer que sa fondation était solide. C’est ce dont il faut s’occuper en premier. Elle n’est pas visible, mais elle doit être aussi solide que ce que vous allez bâtir dessus. Le rôle de la fondation est essentiel, car elle soutient et donne de la stabilité à tout l’édifice.

Toute famille est comme cette maison et elle a besoin d’un mariage solide comme fondation. La famille est la pierre d’angle de toute société stable.

L’institution du mariage est durement attaquée. On se demande pourquoi se marier. Beaucoup d’unions ont un fondement défectueux et voient leurs familles se désintégrer.

Trois choses à ne pas faire

Les propriétés du béton rendent souvent ce dernier idéal pour toute fondation. C’est solide, durable, facile à couler et à entretenir, possède une certaine élasticité et plusieurs autres qualités qui sont importantes pour la structure d’une maison.

Si vous souhaitez avoir un mariage durable et apte à affronter divers types de désastres, vous devez bien « couler son béton » pour qu’il soit solidement fondé. Comment ?

1. Ne bâtissez pas sans plan

Si vous souhaitez construire quelque chose de beau et de durable, vous avez besoin d’un bon plan. Et si ce dernier ne s’applique qu’à votre jour de noces, ne vous attendez pas à aller loin.

Dieu offre un plan qui débute par une certaine vision de ce qu’Il veut vous voir édifier dans votre mariage, accompagné de directives pour chaque étape dans sa préparation et dans son édification.

Toute fondation en béton se coule par étapes et, comme pour bien des choses, exige une préparation. Si couler le béton est comme le jour des noces, apprendre à connaître votre futur(e) conjoint(e) peut être comparé à niveler le terrain et à installer les coffrages dans lesquels celui-ci sera coulé.

Cela requiert un modèle. Où la maison sera-t-elle construite ? Combien de pièces comportera-t-elle ? Combien de m3 de béton faudra-t-il couler pour soutenir le poids de toute la construction ? Nous réfléchissons à l’allure que nous souhaitons que notre mariage et notre famille aient en observant des couples que nous respectons beaucoup. Qu’est-ce qui nous plait chez eux ?

Réfléchissez ensuite à ce que vous voulez. N’oubliez cependant pas que si on se concentre sur ce qu’on veut dans un(e) partenaire, l’on doit aussi se préparer soi-même. Nous dressons parfois mentalement une liste de ce que nous désirons chez l’autre, mais nous vient-il à l’esprit d’en dresser une pour nous ? Quel genre de personne devez-vous être pour que votre mariage soit bien fondé et apte à produire une famille réussie ?

Songez à consulter un architecte professionnel dans votre projet. Ce peut être votre pasteur ou un conseiller professionnel qui partage les mêmes valeurs de base que vous à propos du mariage. La tâche de l’architecte est de faire en sorte que votre projet soit réalisable, tout en évitant les défauts architecturaux.

*Lucas et sa femme, qui sont mariés depuis cinq ans, avaient participé à cinq sessions de préparation prémaritale qui comprenaient un test de compatibilité soulignant ce qu’ils avaient en commun et les domaines où ils risquaient d’avoir quelques problèmes.

La relation de *Chloé et de son mari *Gabriel est solide depuis 35 ans, en partie parce qu’ils s’étaient fréquentés quatre ans avant de fonder leur mariage.

La vie de *Léa, en revanche, est une autre histoire. Mariée et divorcée deux fois, ses relations s’étaient fissurées dans les deux cas avant que ne débute le processus de construction. Son premier mari l’a violée quand ils se fréquentaient, après qu’ils se soient connus seulement trois mois. (Dans les années 60, le mariage semblait être la seule option valable quand la jeune fille avait 17 ans et était enceinte). Ils n’avaient pas eu le temps de poser une fondation solide et les qualités requises pour un bon « coulage » n’étaient pas présentes.

S’apprêter à couler la fondation de son mariage, c’est prendre le temps d’apprendre à se connaître. Chloé attribue sa réussite conjugale au fait qu’elle a pu observer Gabriel dans de nombreuses situations différentes pendant les quatre ans qu’ils se sont fréquentés.

« Je désirais savoir s’il avait le cœur à rendre service ; comment il se comportait avec les enfants ; et surtout, s’il s’appliquait à servir Dieu ». Les experts suggèrent aussi de vérifier comment un(e) partenaire possible traite ses parents et sa famille.

Léa, par contre, se rend compte qu’elle était naïve et s’est facilement laissée manipuler par l’homme qui est devenu son second mari ; qu’elle était prompte à lui faire confiance, s’attendant au meilleur sans toutefois l’obtenir. Elle a compromis sa relation en n’ayant pas suffisamment réfléchi à ce qu’elle voulait et à s’y tenir.

2. Ne faites pas de compromis avec la qualité

Fabriquer du bon béton est compliqué. Le mélange des divers composants doit être juste. Les experts expliquent que « si les proportions ne sont pas bonnes, même de peu, le béton n’est pas aussi solide et sa durabilité est compromise ».

Le mari de Chloé, qui est pasteur, a remarqué depuis bien des années, à conseiller les gens, que pour ce qui est de votre partenaire, « vous obtenez ce que vous voyez, et même un peu moins ».

En tant que conseillère, je remarque souvent que les gens ignorent ce qu’ils voient quand ils commencent à se fréquenter, ou qu’ils refusent d’accepter ce qu’ils voient. On me dit « Je l’aime tellement », même quand on sait qu’il boit trop d’alcool et que quand il est saoul il n’est pas très gentil. Ou j’entends un homme dire que la femme qu’il veut épouser est collante et émotionnellement dépendante mais que cela ne le dérange pas parce que cela rehausse son importance – du moins au début.

Si, comme le dit le mari de Chloé, on obtient un peu moins que ce que l’on voit, ce qu’on ignore va-t-il affaiblir la fondation ? Vous manque-t-il quelque chose – ou manque-t-il quelque chose chez votre partenaire – que vous préférez ne pas voir ? L’erreur la plus courante, avec le béton, est de le mélanger à trop d’eau. Il est peut-être plus facile de le travailler, au départ, mais cela réduit sa qualité.

« Diluez »-vous vos valeurs ? Ces dernières sont ce qui façonne notre caractère, et le caractère est le métal qui renforce notre fondation conjugale.

Si vous obtenez juste un peu moins, ne vous attendez pas à ce que l’autre change. Si vous vous mariez en pensant que vous allez pouvoir changer les composants – le (ou la) « recouler » pour lui donner une autre forme que celle qu’il (ou elle) a à présent, vous vous faites des illusions.

Les choses ne se passent pas de cette façon. Certes, le mariage vous change, mais une fois qu’il est « coulé » dans les coffrages que vous avez installés, votre fondation va subsister telle quelle. Débutez donc avec les meilleurs matériaux que vous puissiez trouver, et servez-vous des meilleurs outils disponibles pour couler une fondation qui va garder sa solidité longtemps après qu’elle ait été posée.

3. Ne jetez pas le plan, même en cas de complications

Il faut au béton un certain temps pour sécher après qu’il a été coulé. Et il se solidifie davantage à mesure que le temps passe. Néanmoins, pratiquement tout béton finit par se fissurer, par défaut de nivellement du terrain, à cause de la mauvaise qualité du sol, ou à la suite de certaines tensions. Les bâtisseurs le savent ; aussi le renforcent-ils d’armatures d’acier, et créent-ils des joints pour contrôler l’emplacement des fissures.

Il devrait y avoir des armatures de prévues, dans votre conception conjugale. Vous devez prévoir des fissures et prévoir comment vous allez les traiter. Hélas, beaucoup de couples font de leurs problèmes  une raison de démolir leur édifice et de tout recommencer, au lieu de les prévoir et d’y remédier.

Des fissures apparaissent dans tout mariage. On ne peut pas joindre deux êtres imparfaits – ayant des points de vue différents, ayant été éduqués différemment, etc. – sans s’attendre à ce qu’ils se piquent du fait d’une certaine rugosité de leurs personnalités respectives. C’est la longévité d’un mariage qui lisse les arêtes vives et qui vous donne la durabilité d’une fondation solide.

En fin de compte, le plan pour un mariage solide conforme à la volonté divine se trouve dans Éphésiens 5, où se trouve des directives – pour les époux – qui comparent nos rôles et nos responsabilités conjugales à la manière dont Christ traite les gens : avec amour, humilité, bienveillance et un esprit de service. Si vous suivez ce plan, votre mariage sera à même d’absorber et de réduire les tensions qui apparaîtront.

Parfois, nous avons l’impression que nos problèmes sont trop nombreux pour être résolus. Il se peut que les dégâts aient été causés par des matériaux de mauvaise qualité, par une mauvaise mixture ou des compromis structurels. Peut-être sommes-nous devenus victimes d’une certaine érosion ou avons-nous été renversés par un choix dévastateur aux ramifications telluriques. Peu importe comment ces dégâts se produisent, c’est un processus douloureux pour tout le monde, avec des secousses secondaires d’une grande portée. C’est d’ailleurs pour cela que Dieu hait le divorce (Malachie 2:14-16).

Voila pourquoi il importe de passer beaucoup de temps et de fournir beaucoup d’efforts pour choisir son modèle, avant de poser sa fondation. Si,  par contre, vous avez posé cette dernière prématurément, n’abandonnez pas. Il y aura, certes, de gros efforts à fournir, et un engagement, mais avec l’aide de votre Architecte – Dieu – vous pourrez toujours construire quelque chose de beau, qui durera toute une vie.

Le moment de dire « Oui ! »

Réfléchir sur ces choses à ne pas faire et plusieurs autres aspects de la préparation au mariage peut ne pas sonner très romantique ou fascinant, mais c’est vital pour s’assurer d’un amour profond, durable, de toute une vie.

Une fois que vous aurez nivelé et tassé le terrain, installé vos coffrages et attaché vos armatures, vous serez prêts pour le jour où vous poserez votre fondation.

Réjouissez-vous à vos noces ; c’est une fête qui marque la construction de votre nouvelle vie, ensemble. Mais si vous voulez que cela dure toute une vie, souvenez-vous de ce qu’il ne faut pas faire, avant de dire « Oui ! »

Pour d’’autres conseils bibliques sur le mariage, lire notre article Comment avoir un mariage heureux ? sur notre site VieEspoirEtVerite.org. 

*Les noms des personnes citées sont des pseudonymes, pour protéger leur vie privée.