Abandon exclu : persévérance oblige

Nos jeunes ont besoin d’apprendre la persévérance. Non seulement pour réussir dans leurs études, mais aussi dans leur future carrière, dans leur future vie conjugale et dans leurs futures responsabilités familiales, une fois adultes.

Académiquement, Lucas devançait pratiquement tous ses pairs du C.E. 1. Et dans cette classe, son niveau en maths et en lecture était celui du C.M. 1. Par contre, en sport et en athlétisme, il se sentait mal dans sa peau. Lors d’une sortie scolaire à un mur d’escalade en salle, il fut dépité de voir ses copains le dépasser dans l’ascension de la paroi, la peur le paralysant. Quand sa mère passa le chercher à l’école, ce jour-là, Lucas – qui avait jusqu’alors réussi à retenir ses larmes – monta dans l’auto et se mit à sangloter. Ce fut, pour lui, un tournant significatif.

Dans les semaines qui suivirent, sa famille organisa ses propres ascensions au mur d’escalade. Luca avait toujours peur, mais les encouragements de ses parents l’aidèrent à grimper de plus en plus haut sur la paroi. Après de nombreuses tentatives, il finit par atteindre le sommet.

« À présent, Lucas vous dira qu’il aime escalader la paroi autant que la lecture, nous dit sa mère. Il a appris une leçon importante sur la persévérance ; appris que souvent les réalisations les plus enrichissantes, dans la vie, ne s’obtiennent pas aisément ».

L’importance de la persévérance

La persévérance est la qualité qui nous permet de rester engagés dans la réalisation d’une tâche, nous permet d’atteindre un but, même quand cela devient difficile ou ennuyeux et que l’on a envie d’abandonner.

Pour un enfant, il peut s’agir de pratiquer le violon, même s’il faut répéter le même morceau, des quantités de fois. Ou il peut être question de se lever tôt chaque matin pour sortir un chiot, même s’il serait bien plus agréable de rester au lit.

Les dividendes de la persévérance font de cette qualité un trait-clé de caractère à inculquer aux enfants – non seulement pour qu’ils puissent réussir leur scolarité ou dans les activités parascolaires, mais aussi pour les préparer à assumer leurs responsabilités une fois adultes.

La persévérance, dans la Bible

Cette qualité est aussi un trait divin que les jeunes et les moins jeunes doivent développer. La Bible ne cesse de nous dire de persévérer et d’endurer jusqu’au bout (Jacques 5:11 ; 2 Pierre 1:5-8 ; Apocalypse 3:10, etc.). Ce que les enfants apprennent sur la persévérance quand ils rencontrent des défis, à l’école, peut les aider à traverser des épreuves, une fois adultes.

Notons au passage que la persévérance diffère de la résilience ou de la ténacité. « Il est courant que les deux aillent de pair, mais elles diffèrent », explique la psychologue new-yorkaise Caren Baruch-Feldman, auteure de The Grit Guide for Teens (2017). La persévérance consiste à garder le cap face à un défi donné, et ne pas abandonner. La résilience a affaire avec la manière dont on réagit face aux déceptions et aux échecs, étant en mesure de se relever ».

S’accrocher, avoir du cran

Persévérer, endurer, avoir du cran est un comportement qui s’apprend. « Cela peut être enseigné, encouragé, et développé au fil des années jusqu’à ce que – espérons-le – cela devienne une habitude », ajoute le Dr Feldman.

S’il est vrai que les enfants sont les architectes de leur propre caractère, c’est toujours aux parents qu’incombe la responsabilité de les former pour qu’ils suivent la bonne voie (Proverbes 22:6). Responsabilité qui inclut l’enseignement de la persévérance.

Pour aider vos enfants à développer ce trait de caractère essentiel qu’est la persévérance, essayez ces méthodes :

1. Amorcez un dialogue sur la nécessité de persévérer

Ne prenez pas pour acquis que vos jeunes savent pourquoi il faut persévérer. Pas dans cette société recherchant une « gratification instantanée » et où « tout le monde gagne ». Discutez avec eux de ce que la persévérance représente et de la nécessité de la posséder. Expliquez-leur qu’il ne s’agit pas seulement de travailler dur pour réussir académiquement, en sport ou dans sa carrière, mais aussi pour devenir des individus responsables. Les parents, les amis, les professeurs, les entraineurs, les patrons, etc., ne font pas confiance aux personnes qui n’achèvent pas ce qu’elles ont commencé.

Montrez-leur que persévérer c’est aussi être déterminé, courageux, s’engager à faire ce qui est juste, et non succomber à des faiblesses individuelles ou aux pressions de la société ou de ses pairs. Cela sous-entend endurer patiemment les épreuves, si nécessaire, afin de pratiquer la voie divine.

Expliquez-leur que la persévérance non seulement se développe quand on s’efforce d’affronter les défis rencontrés et atteindre ses objectifs, mais aussi qu’elle consiste à garder le cap face à des situations désagréables et aux difficultés. Expliquez-leur que lorsqu’ils persistent dans les diverses situations dans lesquelles ils se trouvent, la persévérance devient partie intégrante de leur caractère, ce qui va les aider toute leur vie.

2. Fixez-leur des objectifs raisonnables

Il est bon d’enseigner la persévérance à vos enfants, à commencer par leurs activités quotidiennes. S’ils souhaitent participer à une activité précise, un sport ou autre, expliquez-leur les efforts que cela requiert et l’engagement qu’ils devront prendre. Aidez-les à s’engager en fonction de leur âge, de leur tempérament et de leur expérience. Si vous pensez qu’ils visent trop haut, ne craignez pas de dire « non ! ».

Une fois que vous les avez autorisés à s’engager, ne leur permettez pas d’abandonner quand ils se lassent, et assurez-vous qu’ils comprennent ce que s’engager sous-entend.

« Vous voulez que votre enfant ait un objectif pour lequel il lui va falloir fournir des efforts pour réussir, mais il ne faut pas non plus que cet objectif  soit trop intimidant ou accablant, conseille le Dr Baruch-Feldman. Si vous exigez de vos jeunes plus que ce dont ils sont raisonnablement capables, vous les condamnerez immanquablement à l’échec. Vous voulez qu’ils aient des buts réalistes ».

3. Aidez vos enfants à outrepasser leur embarras

Si vos enfants sont frustrés ou découragés de ce qu’un de leurs engagements ne donne pas les résultats qu’ils avaient prévus, aidez-les à se concentrer sur le résultat final. Expliquez-leur que s’ils abandonnent, ils vont rater quelque chose de vraiment enrichissant. Il y a bien des activités dans lesquelles les enfants doivent persévérer, même quand ils n’en ont pas envie, comme leurs devoirs scolaires, leurs corvées domestiques ou leur entrainement sportif.

Rappelez-leur que, vous aussi, vous avez des tâches et des engagements que vous préféreriez éviter, mais auxquels vous ne pouvez vous soustraire – des situations, où la récompense, c’est savoir que vous faites votre part pour que tout se passe bien dans votre foyer, à votre lieu de travail, dans la communauté, etc. Vous pouvez en profiter pour leur expliquer qu’en vous forçant à faire le nécessaire, vous développez la persévérance.

4. Rappelez à vos enfants leurs succès

Quand vos enfants veulent abandonner, rappelez-leur leurs réussites passées, les occasions où – bien qu’ayant éprouvé des difficultés, ils ont gardé les yeux sur le but et ont fini par réussir. C’est ce qu’a fait la mère de Lucas : « J’ai rappelé à Lucas ses débuts à la lecture ; il pensait ne jamais parvenir à lire un livre entier. Or, sa lecture s’est améliorée et lire est devenu un passe-temps favori. » Elle se souvient lui avoir dit qu’il en serait de même pour escalader la paroi, et c’est ce qui s’est passé.

Dites à vos enfants que s’ils ont pu fournir les efforts nécessaires  dans un domaine où ils ont réussi, ils peuvent probablement faire de même dans un autre domaine et bien se débrouiller, même s’ils ne sont pas naturellement doués dans cette sphère.

5. Félicitez-les pour leurs efforts

Quand vos enfants travaillent dur, félicitez-les. D’après le Dr Baruch-Feldman,  « quand vos jeunes s’efforcent d’avoir une attitude positive, complimentez-les surtout sur le processus plutôt que sur le résultat final ». Au lieu de les féliciter pour une bonne note sur leur épreuve de maths, ou de leur dire qu’on les a applaudis plus que les autres dans leur compétition, dites-leur : « J’ai remarqué que tu t’es accroché à tes devoirs, bien que tu aies envie de jouer avec tes copains ! » ou « Tu as tellement pratiqué ! ».

Cela leur montre que ce que vous recherchez, c’est la persistance et cela les encourage à se forcer et à maintenir le cap. Si vous ne les félicitez que quand ils réussissent, ils risquent de penser que vous n’êtes content que s’ils excellent. S’ils ne pensent pas être les meilleurs dans un domaine particulier, ils peuvent ne pas même essayer ou abandonner facilement.

6. Surpassez-vous

Soyez pour vos enfants un bon exemple de persévérance, vous poussant, vous surpassant dans ce que vous entreprenez. Au besoin, suivez un cours ; étudiez sérieusement. Finissez le dessin ou le tableau que vous avez commencé. Inscrivez-vous à une classe de maintien de la forme et maintenez une routine. Engagez-vous à étudier votre Bible, chaque jour. Une de mes amies fait de l’exercice à chaque fois que les enfants sont rentrés de l’école. Une autre mère que je connais apprend une langue étrangère aux côtés de ses enfants quand ils font leurs devoirs d’école.

D’après le Dr Feldman, « à voir votre point de vue positif et votre détermination, vos enfants seront plus optimistes et cela les poussera à terminer ce qu’ils ont entrepris ».

7. Partagez des exemples de persévérance

Si vous connaissez des personnes qui se sont accrochées face à divers défis, racontez leur histoire à vos enfants. Cela, aussi, peut les pousser à persévérer. Peut-être avez-vous des amis ou des parents qui ont persévéré en dépit d’obstacles énormes sur leur chemin. Une recherche sur Google peut fournir des exemples de personnes ayant surmonté des obstacles incroyables avant de réussir dans les affaires, dans le sport ou autre.

Pour des exemples d’individus ayant connu de dures épreuves, étudiez divers exemples de persévérance dans la Bible. Pour commencer, il y a l’histoire de Noé, qui – bien que harassé et ridiculisé lors de la construction de l’arche – acheva sa tâche et sauva du déluge sa famille et la faune. Le prophète Jérémie continua de prêcher la parole de Dieu bien que privé de nourriture et bien qu’emprisonné. La veuve de Luc 18 fournit l’exemple d’une veuve qui continua de plaider auprès d’un juge jusqu’à ce qu’elle ait obtenu gain de cause. L’apôtre Paul subit des interrogatoires, la prison, le fouet, « une écharde » dans sa chair et des naufrages, afin de terminer la tâche que Dieu lui avait confiée.

Citez de tels exemples à vos enfants. S’ils sont adolescents, vous pouvez détailler davantage les difficultés rencontrées par ces serviteurs de Dieu et montrer qu’elles produisirent la persévérance, puis, tout compte fait, du caractère et de l’espérance (Romains 5:3-4). Pour les plus jeunes, soyez plus terre-à-terre ; montrez qu’une attitude positive est requise s’ils veulent apprendre à nager ou faire du vélo. Et revenez sur leurs réussites en ce sens, par la suite. 

Expliquez à vos enfants qu’apprendre la persévérance est un exercice de toute une vie, et que plus ils la pratiquent, plus ils seront efficaces. Plus ils persévèrent, plus les dividendes seront élevés !