Adam et Ève dans le jardin d’Eden

On connait généralement le récit de la création divine d’Adam et Ève dans le jardin d’Eden. Néanmoins, savez-vous en quoi il vous concerne ?

L’histoire d’Adam et Ève en Eden n’est pas seulement celle de nos premiers parents. C’est aussi la vôtre.

Les principaux faits sont bien connus. Ils rejetèrent les instructions de leur Créateur et subirent les conséquences de leur terrible faute. En termes bibliques, ils péchèrent. Il s’agit du péché originel commis par les humains dans la Bible. Et c’est ce qui nous lie à Adam et Ève ; nous avons tous péché.

Cette histoire bien connue de nos premiers parents est l’une des explications bibliques les plus édifiantes du péché et de ses conséquences. Comme nous allons le voir, un thème majeur dans le restant de la Bible est celui de l’accent placé sur le fait que nos péchés peuvent être pardonnés et que nous pouvons être réconciliés à notre Créateur.

Examinons de plus près ce qui s’est passé.

La signification du jardin d’Eden

Dieu, après avoir créé Adam, « le plaça dans le jardin d’Eden pour le cultiver et pour le garder » (Genèse 2:15). Puis Dieu créa Ève pour qu’elle soit « une aide semblable à lui » (verset 18). Nos premiers parents étaient, dans ce cadre, en sécurité, avaient de la nourriture en abondance, un travail intéressant, et étaient liés à leur Créateur.

Dire qu’ils avaient la vie belle dans le jardin d’Eden serait une litote. Ils étaient très heureux. Tout était pratiquement parfait. Et pour que ce le soit, il aurait fallu qu’Adam et Ève reçoivent la vie éternelle ; ce qui, en fait, était à leur portée.

Hélas, les premiers humains perdirent leur accès à ce cadre idyllique. En effet, ils désobéirent à Dieu.

Deux arbres dans le jardin d’Eden

Parmi les arbres de ce jardin, il s’en trouvait deux qui revêtaient chacun un symbolisme particulier : « l’arbre de la vie » et « l’arbre de la connaissance du bien et du mal » (verset 9).

Dieu autorisa Adam et Ève à manger de tous les arbres du jardin, à l’exception d’un seul.  Il leur donna l’« ordre » de ne pas manger de « l’arbre de la connaissance du bien et du mal » (versets 16-17).

Dieu, en tant que Créateur et supérieur à l’humanité, expliqua à Adam et Ève comment vivre heureux et réussir et, tout compte fait, recevoir la vie éternelle.

Bien que l’Éternel ait fourni à nos premiers parents les conseils dont ils avaient besoin, Il ne les obligea pas à suivre Ses instructions. Ils étaient libres de choisir. Il leur permit de décider ce qu’ils allaient faire.

La séduction de Satan

Quand le serpent – Satan (Apocalypse 12:9) – mentit à Ève, prétendant qu’elle ne mourrait point si elle mangeait du fruit défendu et serait « comme Dieu, connaissant le bien et le mal », elle succomba. Elle décida de se fier à son propre raisonnement et de choisir ce qui, à ses yeux, était bon pour elle. « Elle prit de son fruit, et en mangea ; elle en donna aussi à son mari, qui était auprès d’elle, et il en mangea » (Genèse 3:6).

Les humains, de nos jours, commettent la même erreur qu’Adam et Ève quand ils se fient à leur propre raisonnement et écoutent leur cœur, sans se soucier de Dieu. Nous ne possédons tout simplement pas la capacité innée de prendre de bonnes décisions spirituelles sans l’aide de Dieu (1 Corinthiens 2:14).

Dieu, par la bouche du prophète Jérémie, déclare que « Le cœur est tortueux par-dessus tout et il est incurable : qui peut le connaître ? » (Jérémie 17:9 ; Nouvelle Bible Segond). Salomon l’a confirmé, disant : « Telle voie paraît droite à un homme, mais son issue, c’est la voie de la mort » (Proverbes 14:12).

Quelques siècles plus tard, Paul a fait remarquer que quand les gens rejettent Dieu, leur cœur sans intelligence est « plongé dans les ténèbres » et ils deviennent incapables de discerner le bien du mal (Romains 1:21, 31).

L’amende du péché

D’après la Bible, « le salaire du péché, c’est la mort ; mais le don gratuit de Dieu, c’est la vie éternelle en Jésus-Christ notre Seigneur » (Romains 6:23 ; c’est nous qui soulignons). En somme, le péché entraine toujours une terrible amende – la mort.

Ayant péché, Adam et Ève furent punis par Dieu. À partir de ce moment-là, Ève allait devoir enfanter dans la souffrance, et Adam allait devoir travailler dur pour tirer du sol sa subsistance. Pire encore : ils furent chassés du jardin d’Eden, n’ayant plus de liens étroits avec Dieu et n’ayant plus accès à l’arbre de la vie – symbolique de l’accès à la vie éternelle (Genèse 3:15-19, 22-24).

Le péché d’Adam et Ève est un évènement d’une énorme portée dans l’histoire de l’humanité. Hélas, nous autres humains avons suivi leur exemple, péchant contre Dieu. Comme l’a écrit Paul, « par un seul homme le péché est entré dans le monde, et par le péché la mort, et […] ainsi la mort s’est étendue sur tous les hommes, parce que tous ont péché » (Romains 5:12).

De même qu’Adam et Ève cessèrent d’avoir des rapports étroits avec Dieu, nous nous éloignons aussi de Dieu quand nous péchons.

Comment être réconciliés

Notre réconciliation avec Dieu est rendue possible grâce à Christ, qui est venu dans la chair pour payer l’amende de nos fautes. Nos péchés sont pardonnés quand nous nous repentons de les avoir commis et nous faisons baptiser afin de recevoir le Saint-Esprit (Actes 2:38). La présence en nous du Saint-Esprit nous garantit l’ultime réception de la vie éternelle. Comme l’a expliqué Paul, « si l’Esprit de celui qui a ressuscité Jésus d’entre les morts habite en vous, celui qui a ressuscité Christ d’entre les morts rendra aussi la vie à vos corps mortels par son Esprit qui habite en vous » (Romains 8:11).

L’obéissance aux commandements de Dieu

L’importance de l’obéissance aux commandements de Dieu ne saurait être sous-estimée ; c’est en effet ainsi que nous démontrons notre amour pour notre Père céleste. « Car l’amour de Dieu consiste à garder ses commandements » (1 Jean 5:3).

Démontrer notre amour pour Dieu en obéissant de tout cœur à Ses commandements, même quand c’est difficile, édifie en nous un caractère juste. Cet attribut est ce que Dieu désire des humains.

Abraham, le père des croyants et l’ami de Dieu obéissait à Dieu et gardait Ses commandements, Ses statuts et Ses lois (Jacques 2:23 ; Genèse 26:5). Il fut rappelé aux anciens Israélites que s’ils voulaient posséder le pays que Dieu avait promis à leurs pères, ils devaient garder Ses commandements (Deutéronome 8:1-2). Ils apprirent en outre qu’ils étaient bénis quand ils le faisaient, et maudits quand ils désobéissaient (Lévitique 26 ; Deutéronome 28).

Quand Jésus était sur terre, Il dit à un jeune homme riche : « Si tu veux entrer dans la vie [éternelle], observe les commandements » (Matthieu 19:16-17). Le dernier livre de la Bible confirme cette promesse divine inaltérable : « Heureux ceux qui observent ses commandements, afin d’avoir droit à l’arbre de vie, et d’entrer par les portes dans la ville [la nouvelle Jérusalem]! » (Apocalypse 22:14 ; version Ostervald).

La décision d’Adam et Ève dans le jardin d’Eden – d’obéir ou de désobéir à Dieu – est aussi la nôtre. Puissions-nous faire un meilleur choix que nos ancêtres !

Pour en savoir plus sur cette portion fondamentale des Écritures, lire notre article « L’arbre de la vie ». Pour en savoir plus sur les commandements positifs de l’Éternel, lire notre article « Les Dix Commandements et la manière de vivre de Dieu ».