Que faut-il entendre par esprit ?

Jésus-Christ déclare, dans Jean 4:24, « Dieu est esprit ». Cela nous pousse à nous demander ce qu’est l’esprit. Que déclare la Bible à ce propos ?

Bien des gens croient en l’existence d’un monde ou d’un règne spirituel. La plupart des religions mettent l’accent sur l’adoration d’un ou de plusieurs êtres étant, supposément, des esprits.

Beaucoup de films, de livres et d’émissions télévisées décrivent des personnages humains ayant affaire à un univers d’êtres spirituels. Souvent, les créatures spirituelles rencontrées sont des fantômes ou des démons. On pense souvent que les fantômes sont des âmes d’êtres disparus. L’idée qu’il existe une dimension spirituelle ou immatérielle nous est donc généralement familière.

Quand, dans les encyclopédies, les dictionnaires, et les articles sur Internet, on  parle de l’esprit, on fait invariablement allusion à des apparitions, à ce que des gens voient, à des  manifestations métaphysiques ou à des spectres, etc., à des êtres ou des créatures qui se matérialisent soudain mais qui n’étaient pas auparavant visibles. Mais quand on cherche à savoir ce qu’est un esprit, aucune information ne semble être disponible. Du moins, je n’ai trouvé aucun renseignement à ce sujet. Et cela est dû, essentiellement, à ce que l’esprit se situe en dehors de  – ou au-delà de  – ce que peuvent détecter  nos cinq sens.

L’esprit ne se compose pas de matière

Si l’on veut décrire ce qu’est l’esprit, ou de quoi il est fait, il est bon d’expliquer en premier ce que ce n’est pas.

Le monde où nous vivons est fait de matière. Nous sommes des êtres physiques, vivant sur une Terre physique, faite de matière, dans un univers lui aussi matériel. Tout ce qui représente de la matière se compose d’éléments fondamentaux : d’atomes. Et nous savons à présent que les atomes ne sont pas les plus petites particules de toute matière. On sait qu’ils se composent eux-mêmes de protons, de neutrons et d’électrons. Et d’après les savants, ces particules se composent d’une infinité de particules encore plus petites appelées quarks, leptons et bosons.

Toutes ces particules composant la matière dans notre univers physique sont donc physiques, et peuvent être détectées par la physique. Elles n’ont rien à voir avec l’esprit.

Nous pouvons donc en conclure que l’esprit n’appartient pas à cet univers matériel, ne pouvant pas être détecté ou identifié par des moyens physiques.

L’esprit n’est pas non plus de l’énergie

En 1905, Albert Einstein publiait sa théorie de la relativité. Celle-ci contenait une formule qui allait devenir l’équation la plus reconnue dans le monde : E=mc2.  Ladite équation décrit la relation existant entre la matière et son énergie intrinsèque : l’énergie dite nucléaire.

L’équation d’Einstein indique qu’une petite quantité de matière (« m » représentant la masse, en kg) peut être convertie en une grande quantité d’énergie (représenté dans la formule par E – énergie exprimée en joules). On constate ceci dans le fait que le multiplicateur de m est le carré (ou la puissance 2) de la vitesse de propagation de la lumière (c2 indiquant que la vitesse de la lumière, en mètres par seconde, est multipliée par elle-même). Et la lumière se propageant à 299 792 458 mètres par seconde, ce chiffre, à la puissance 2, produit un chiffre énorme.

Cette équation est démontré par toute bombe nucléaire (ou bombe à hydrogène), dans laquelle une réaction fissible (ou provenant d’une fusion) transforme une faible quantité de matière en une quantité énorme d’énergie.

Pour illustrer ce point, 1 g de matière (ce que pèse un trombone en métal utilisé pour joindre des feuilles de papier), converti en énergie, est capable de produire une quantité d’énergie d’environ 85,2 milliards d’unités thermales BTU (soit 89,8 trillions ou 89 886 milliards de joules), soit l’équivalent d’énergie dégagée par la combustion de quelque 3,4 millions de litres d’essence.

Cette énergie est entreposée dans la matière. Et il est question de matière et non d’esprit. L’esprit n’a rien à voir avec la matière ou l’énergie. En revanche, le rapport entre la matière et l’énergie peut servir d’analogie pour expliquer un rapport analogue dans le domaine spirituel.

Le règne spirituel

La Bible révèle que « Dieu est Esprit » (Jean 4:24). Parallèlement, on peut supposer que tout, dans le règne spirituel, se compose d’esprit, de même que tout ce qui est physique se compose de matière.

Par conséquent, le trône de Dieu (Ézéchiel 10:1) et tout ce qui se trouve autour de ce dernier, doit se composer d’esprit. Le propitiatoire, sur l’arche de l’Alliance, était une représentation du trône céleste de Dieu (Exode 25:17, 22). Et d’après Hébreux 9:23-24, le temple physique se dressant jadis à Jérusalem était une copie du sanctuaire céleste où se trouve Dieu.

Il est donc logique de conclure que tout ce qui existe là où Dieu réside se compose d’esprit.

Y a-t-il, dans le monde spirituel, quelque chose d’analogue à l’énergie dans l’univers physique, matériel ?  D’après la Bible, le Saint-Esprit est la puissance dont Dieu Se sert pour agir (Actes 1:8 ; 2 Timothée 1:7).

Quand l’apôtre Luc décrit le miracle colossal consistant, pour le Très Haut, à transformer La Parole (l’autre membre de la Famille divine – Jean 1:1-2) en une semence humaine pour fertiliser Marie, Il dit que cela s’est fait par la puissance divine appelée Saint-Esprit. Ce récit fascinant se trouve dans Luc 1:31-32, 35.

L’ange Gabriel dit en effet à Marie : « Voici, tu deviendras enceinte, et tu enfanteras un fils, et tu lui donneras le nom de Jésus. Il sera grand et sera appelé Fils du Très-Haut, et le Seigneur Dieu lui donnera le trône de David, son père […] L’ange lui répondit : Le Saint-Esprit viendra sur toi, et la puissance du Très-Haut te couvrira de son ombre. C’est pourquoi le saint enfant qui naîtra de toi sera appelé Fils de Dieu ».

La puissance de Dieu couvrant Marie de son ombre était le Saint-Esprit.

Dieu Se sert du Saint-Esprit à diverses fins. C’est plus qu’une simple puissance brute. C’est le pouvoir dont Dieu Se sert pour accomplir ce qu’Il fait. Par analogie, on peut dire que le Saint-Esprit représente l’énergie du règne spirituel.

L’interaction entre ces règnes

Il n’y a rien, dans notre monde physique, matériel, qui puisse affecter (toucher, déplacer, entraver tout mouvement, et endommager ou modifier la composition de) quoi que ce soit dans l’univers spirituel. L’esprit, et les êtres spirituels, ne sont pas affectés par le feu, les murs ou tout autre obstacle fait de matière. L’esprit n’est pas affecté par le froid glacial de l’espace intergalactique, ou la fournaise du noyau des planètes, ni par la force de gravitation des trous noirs.

De surcroît, les choses composées d’esprit et les êtres spirituels ne peuvent être détectés par les humains que lorsqu’ils prennent une forme visible (comme Gabriel, quand il apparut à Marie) ou lorsque Dieu permet aux êtres charnels de les voir.

Dans le récit biblique de Balaam, l’ange de Dieu permet à l’âne de Balaam de le voir et de voir son épée, mais pas à ce dernier (Nombres 22:22-23). Balaam n’aperçoit l’ange que plus tard, et seulement quand Dieu lui « ouvre les yeux » (Nombres 22:31).

À une autre occasion, Élisée prie l’Éternel d’ « ouvrir les yeux » de son jeune serviteur afin qu’il voie les êtres spirituels qui sont à leurs côtés. Et quand les yeux du jeune homme sont « ouverts », il aperçoit les chevaux et les chars de feu qui sont près d’eux (2 Rois 6:16-17).

Quoiqu’il en soit, le monde physique peut être considérablement affecté par le monde spirituel. Nous savons que Dieu, qui est Esprit, peut énormément affecter le monde physique, par des interventions impressionnantes (comme le Déluge, les fléaux qui affectèrent jadis l’Égypte, et la séparation des eaux de la mer Rouge) ou par des manifestions de moindre envergure (comme les guérisons physiques ou d’autres miracles).

Nous pouvons en conclure que rien, dans l’univers physique, ne peut affecter le monde spirituel. En revanche, le monde spirituel peut énormément affecter l’univers matériel, ce dernier ayant été créé par Dieu.

La création de l’univers

Les savants ont prouvé que l’univers a eu un commencement. Ils parlent de la théorie décrivant l’expansion  de l’univers depuis sa naissance comme une inflation cosmologique. Par contre, quand il s’agit pour eux de décrire ce qui existait avant cette inflation, ils en sont bien incapables.

L’un des premiers savants ayant essayé de décrire ce qui a dû exister avant que la matière, dans l’univers, ne soit catapultée dans toutes directions (théorie connue actuellement sous le nom de « Big Bang » [ou grande explosion]) est l’astronome belge Georges Lemaître. L’auteur scientifique britannique John Gribbin a écrit ce qui suit, dans son livre intitulé « The Birth of Time » [La maissance du temps] : « Ce dont Lemaître voulait parler, en fait, c’était d’un simple noyau atomique contenant toute la masse de l’univers visible, qui explosa au commencement du temps […] Lemaître devint une sorte de célébrité pour avoir élaboré ces idées, tant dans les journaux scientifiques que dans d’autres ouvrages populaires ayant donné naissance à son livre… [Hypothesis of the Primal Atom – Hypothèse sur l’atome primaire], publié en 1946 » (1999, pp. 139-140).

Néanmoins, l’hypothèse de Lemaître débutait par la matière (toute la matière contenue dans l’univers) déjà présente et concentrée dans le noyau atomique primaire. La question qu’on se pose est la suivante : « Quelle est l’origine de cette matière ? » – « D’où vient-elle ? ». D’après la formule d’Einstein, on comprend qu’une infime quantité de matière – quand elle est entièrement convertie en énergie – produit une énorme quantité d’énergie. Puisqu’il s’agit d’une équation, la réciproque est également valable. Autrement dit, dans ce monde physique, il faudrait une quantité énorme d’énergie pour produire une quantité infime de matière.

Ce faisant, quelle est la source (ou l’origine) de toute l’énergie requise pour produire la matière de notre univers physique ?

De nombreuses tentatives ont été faites, en vue de décrire ce qui s’est produit pour qu’apparaisse l’univers dans lequel nous vivons. Toutes les théories étrangères à la vérité exposée dans la Bible cherchent à expliquer ce qui existe – ce qu’on peut voir – par des méthodes purement physiques, et elles échouent.

L’univers de la matière a été créé par la Famille de Dieu et par le monde spirituel. L’apôtre Paul a écrit que « Dieu […] a créé toutes choses […] par Jésus-Christ » (Éphésiens 3:9-11). L’Écriture déclare en outre que « c’est par la foi que nous reconnaissons que l’univers a été formé par la parole de Dieu, en sorte que ce qu’on voit n’a pas été fait de choses visibles » (Hébreux 11:3 ; c’est nous qui soulignons). Nous ignorons ce que Dieu a fait pour créer les cieux et la Terre. Quoi qu’il en soit, d’après la Bible, ce qui est visible est fait de choses invisibles.

Qu’entend-on, au juste, par esprit ? Tout ce qu’on peut dire, c’est que l’esprit n’est pas matériel. L’esprit est ce qui existe dans le règne ou dans l’univers de Dieu – et est fait de ce qui était, de ce qui est, et de ce qui sera toujours.