Le Saint-Esprit est-il une personne ?

Comment la Bible décrit-elle le Saint-Esprit ? Est-ce qu’elle le décrit comme une personne, l’un des membres d'une Trinité ?

Si le Saint-Esprit est une personne, pourquoi n'est-il pas mentionné lorsque Paul, Pierre et Jean adressent des salutations aux Églises ? Deuxièmement : pourquoi la doctrine de la Trinité n'est-elle pas enseignée dans la Bible ?

Le mot personne a revêtu diverses significations au fil des siècles. Le Nouveau dictionnaire biblique explique que Tertullien fut le premier à employer le mot trinité au deuxième siècle de notre ère. D’après le New World Encyclopedia, « Tertullien s’est servi de l’expression ‘trois personnes’ (tres personae, en latin). Le mot latin persona, à l’époque, ne décrivait pas un individu conscient d’exister – ce que l'on entend habituellement par le mot français personne. Il décrivait uniquement une propriété juridique ou un masque utilisé au théâtre. Ainsi, on pouvait parler de trois personnes distinctes, mais néanmoins uni-substantielles (una substantia en latin). C'est également dans ce contexte que Tertullien a utilisé le mot trinitas » (rubrique « Trinité »). Selon la doctrine de la Trinité, une personne est comme une personnalité ou un masque.

En outre, « le mot Trinité ne se trouve pas dans la Bible, et bien qu’utilisé par Tertullien dans la dernière décennie du deuxième siècle, il n'a pas été accepté officiellement dans la théologie de l'Église avant le quatrième siècle » (New Bible Dictionary, 1982, « Trinity »).

La doctrine de la Trinité s’est développée au cours des siècles comme tentative humaine pour expliquer la nature de Dieu. Mais que nous dit la vraie source de toute doctrine juste à propos de la nature de l'Esprit Saint?

Comment la Bible décrit-elle le Saint-Esprit ?

D’après la Bible, le Saint-Esprit est la puissance de Dieu et n'est pas – comme cela est enseigné et accepté, à tort, par beaucoup de chrétiens – une personne, un membre d'une « Trinité ». L'Esprit Saint est le moyen puissant par lequel les deux membres de la Divinité révélée dans la Bible – Dieu le Père et Jésus-Christ, le Fils de Dieu – projettent Leur volonté, Leur influence, Leur nature et Leur puissance créatrice dans l'univers, y compris dans l'esprit des êtres humains.

Jésus promit à Ses disciples qu'ils recevraient une puissance spirituelle – lorsque leur serait communiqué le Saint-Esprit (Actes 1:8). Le jour de la Pentecôte, Dieu accorda aux chrétiens Son Esprit, et sa réception s’accompagna de diverses manifestations miraculeuses, dont « un bruit comme celui d’un vent impétueux » (Actes 2:1-3). Sous l’inspiration divine, l'apôtre Paul a expliqué que les chrétiens reçoivent cet Esprit, et que ce n'est pas « un esprit de timidité que Dieu nous a donné ; au contraire, son Esprit nous remplit de force, d'amour et de sagesse » (2 Timothée 1:7). La puissance de l'Esprit Saint dans un chrétien communique et développe une nouvelle nature, la nature divine, dans sa vie – faisant de ce dernier « une nouvelle création » à l'image du caractère de Christ (2 Pierre 1:3-4 ; 2 Corinthiens 5:17).

La Bible décrit l'Esprit Saint comme un « don » de Dieu, « répandu » sur des individus (Actes 2:38 ; Actes 2:17). C'est un langage approprié pour décrire une chose, plutôt qu’une personne. Cependant, ces analogies ne prouvent pas, pas plus qu’elles ne réfutent, que le Saint-Esprit n’est pas une personne. La preuve provient de nombreux autres passages dans la Bible.

Alors que le Père et Christ sont adorés comme les deux Êtres éternels de la Divinité (Jean 4:23-24 ; Jean 20:28 ; Hébreux 1:6), il n'y a aucun exemple dans la Bible où l'Esprit Saint est adoré. À juste titre ; car le Saint-Esprit n'est pas une personne, mais la puissance de deux Êtres : Dieu le Père et Jésus-Christ, le Fils de Dieu. Ils partagent un esprit commun et une nature commune (Éphésians 4:4 ; Jean 10:30).

Si le Saint-Esprit était une personne, l'apôtre Paul « Lui » aurait certainement manqué de respect en l’omettant dans ses salutations typiques aux Églises. Il mentionne le Père et le Fils (Jésus-Christ) dans ses salutations, mais omet le Saint-Esprit (Romains 1:7 ; 1 Corinthiens 1:3 ; 2 Corinthiens 1:2 ; Galates 1:3 ; Éphésians 1:2 ; Philippiens 1:2 ; Colossiens 1:2 ; 1 Thessaloniciens 1:1 ; 2 Thessaloniciens 1:1-2 ; 1 Timothée 1:1-2 ; 2 Timothée 1:2 ; Tite 1:4 ; Philémon 1:3). Les apôtres Pierre et Jean eux aussi, dans certaines de leurs épîtres, saluaient leurs frères au nom de Dieu le Père et de Jésus-Christ, sans même mentionner l'Esprit Saint. Cela aurait été un manque flagrant de respect si le Saint-Esprit était aussi une personne (2 Pierre 1:2 ; 2 Jean 1:3).

Autre casse-tête pour ceux qui croient que l'Esprit est une personne : Jésus priait le Père (Jean 17:1). Or, Marie – Sa mère – était devenue enceinte par l’action de l'Esprit Saint : elle « se trouva enceinte, par la vertu du Saint-Esprit » (Matthieu 1:18). Si le Saint-Esprit était une personne, ce serait lui qui aurait été le « père » de Jésus ! Cette confusion potentielle est très facilement évitée quand on sait que la Bible enseigne que le Saint-Esprit n'est pas une personne, mais la puissance par laquelle le Père a donné la vie humaine à Jésus dans le sein de Marie.

Des mots ajoutés dans 1 Jean 5

Enfin, notons que certaines personnes sont désorientées par certaines traductions erronées, de 1 Jean 5:6-8. Dans les versions Ostervald et Segond révisée (Colombe), ces versets semblent se référer à l'Esprit Saint comme à un membre d'une « Trinité.» Ce passage n’est pas fidèle à l’original. Quasiment tous les experts bibliques reconnaissent que les mots (dans les versets 7-8) « dans le ciel, le Père, la Parole, et le Saint-Esprit, et ces trois-là sont un. Il y en a aussi trois qui rendent témoignage sur la terre » ne font pas une partie du texte original que l'apôtre Jean a écrit, mais ont plutôt été ajouté plus tard (peut-être dans une tentative visant à étayer la doctrine de la Trinité). La plupart des traductions françaises modernes ne comprennent pas ces mots.

À la lumière de cette addition frauduleuse, deux remarques s’imposent : tout d'abord, le fait que cet ajout – non-biblique – soit le seul passage, dans la Bible, en « faveur » de la Trinité devrait suffire à mettre en évidence la faiblesse de cette doctrine. Cette dernière est confirmée nulle part ailleurs dans les Écritures. Deuxièmement, quand on ôte ces mots trompeurs, dans 1 Jean 5:6-8, l'Esprit Saint figure dans une liste de choses – et non de personnes – l'eau, le sang et l'Esprit.