Le miracle de la pensée

Plus on l’étudie, plus l’intellect de l’homme se drape de mystère! Possède-t-il une dimension que les outils scientifiques ne peuvent détecter ?

Sans doute l’exploration scientifique la plus fascinante et la plus importante de nos jours a-t-elle lieu dans ce qu’on appelle aujourd’hui l’ultime frontière – celle du cerveau humain !

Le cerveau, a dit le Dr Kenneth Campbell de l’hôpital pour enfants de Cincinnati (dans l’Ohio) « est à l’origine de beaucoup des bonnes choses, mais aussi des mauvaises, qu’ont produit les hommes. Il nous a donné des idées brillantes, de grands ouvrages littéraires, nos arts et la musique ; néanmoins, il est aussi responsable de l’agression et de la violence, des guerres, du racisme et de l’addiction.

« Pourtant, il y a quelque chose, dans la complexité du cerveau humain, que nous ne pouvons pas modeler. Nous pouvons étudier le cœur ou les reins, et découvrir ce qui cause leur mauvais fonctionnement, sachant comment ils fonctionnent, mais le cerveau est une machine que nous ne comprenons pas. Nous ne savons toujours pas pourquoi nous avons les idées que nous avons. »

La dimension manquante

Se tenir à la frontière d’une découverte est fascinant, surtout quand on s’attend à ce que nos percées dans le domaine de la connaissance nous concernent. Or, peu importe la quantité de découvertes faites par la science à propos du fonctionnement du cerveau, tant que nous ne puisons pas dans la Parole de Dieu, la compréhension la plus fondamentale s’y rattachant nous fait défaut.

En effet,l’Architecte de la vie a révélé des connaissances cruciales à propos de l’intellect de l’homme – et ces données expliquent comment et pourquoi nos pensées et nos comportements sont ce qu’ils sont.  Ses explications ne sont certes pas scientifiques – Il nous laisse le soin d’en découvrir les aspects physiques – mais elles sont indispensables à la pleine compréhension de notre nature.

De surcroît, un événement spectaculaire qui a eu lieu il y a près de 2 000 ans, fournit un lien étonnant permettant de comprendre l’esprit humain. Cet évènement est commémoré par l’un des Jours Saints annuels de Dieu – la fête de la Pentecôte.

Qu’est-ce qui peut bien être représenté par ce jour, et qui est lié à la découverte du merveilleux potentiel qu’a l’esprit de tous les êtres humains ? Relier ces points nous permet d’accéder à une sagesse qui peut changer notre vie à jamais.

Qu’est-ce qui distingue les êtres humains ?

Reportons-nous, pour commencer, à l’étonnante déclaration de Paul dans 1 Corinthiens 2:11 : « Qui donc, parmi des hommes, connaît les choses de l’homme, si ce n’est l’esprit de l’homme qui est en lui ? »

Paul s’adressait ici à un auditoire qui comprenait des Grecs qui venaient d’une culture enracinée dans des convictions façonnées par leurs grands philosophes. Les Grecs croyaient que l’être humain possède une âme immortelle prisonnière d’un corps physique jusqu’à la mort – lors de laquelle celle-ci, supposément, était libérée et allait soit au paradi soit en enfer. Des siècles plus tard, cette croyance fort répandue bien que non biblique s’était frayée un chemin et s’était profondément enracinée dans un christianisme s’écartant rapidement des croyances de l’Église primitive.

La Bible enseigne que l’homme est mortel, et le mot biblique traduit en français par âme décrit seulement la vie physique, naturelle ou animale des créatures vivantes. En revanche, Paul a reconnu qu’il y a quelque chose en nous – qui nous distingue des autres créatures vivantes. Nos cerveaux sont conçus comme ceux des animaux ; pourquoi cette différence énorme entre nous et eux ? Qu’est-ce qui nous rend capables de raisonner de façon abstraite ou rationnelle, de créer des innovations artistiques ou technologiques, de créer des mots et des langages, de raisonner séquentiellement avec des mots et des images, de développer des traits de caractère comme l’humilité ou la patience, et d’établir une distinction entre ce qui est bien et ce qui est mal ?

Cette composante, Paul l’a décrite comme l’esprit de l’homme. Ce qu’il comprenait n’était pas nouveau ; en effet, le patriarche biblique Job, bien des siècles avant, avait écrit : « Dans l’homme, c’est l’esprit, le souffle du Tout-Puissant, qui donne l’intelligence » (Job 32:8).

En plus de nous avoir créés à Son image, Dieu a créé en nous un élément impalpable généralement appelé en français esprit qui nous distingue des animaux et qui nous fournit certaines aptitudes spirituelles comme choisir entre le péché et la justice. Invisible et indéfinissable, cet esprit est ce qui fait que nous sommes… humains !

Recevoir « les choses de Dieu »

Comprendre ce que représente l’esprit de l’homme n’est qu’un morceau de cet étonnant puzzle. Paul a précisé que « ce sont des choses que l’œil n’a point vues, que l’oreille n’a point entendues, et qui ne sont point montées au cœur de l’homme, des choses que Dieu a préparées pour ceux qui l’aiment » (1 Corinthiens 2:9). Quelques versets plus loin, il explique avec force que « l’homme naturel n’accepte pas les choses de l’Esprit de Dieu, car elles sont une folie pour lui, et il ne peut les connaître, parce que c’est spirituellement qu’on en juge » (verset 14 ; c’est nous qui soulignons).

Vous me direz peut-être : « Avec cet esprit, je peux comprendre les choses de Dieu ! » En fait, non. Comme le précise Paul au verset 11, « Personne ne connaît les choses de Dieu, si ce n’est l’Esprit de Dieu ».

De même que l’homme possède un esprit (un intellect), Dieu aussi possède un Esprit. Et de même que « l’esprit de l’homme » n’est pas une autre personne, l’Esprit de Dieu n’est pas une troisième personne d’une prétendue trinité non plus. L’Esprit de Dieu est la puissance et la pensée de Dieu qui Lui sont propres (Lire à cet effet notre article « Que représente le Saint-Esprit ? » dans notre édition de mai/juin 2014 de Discerner).

Comment, dans ces conditions, comprendre les  « choses que Dieu a préparées pour ceux qui l’aiment » ? Paul nous le dit : « Dieu nous les a révélées par l’Esprit. Car l’Esprit sonde tout, même les profondeurs de Dieu » (verset 10). Et Paul d’ajouter au verset 12 : « Or nous, nous n’avons pas reçu l’esprit du monde, mais l’Esprit qui vient de Dieu, afin que nous connaissions les choses que Dieu nous a données par sa grâce ».

Propos étonnants ! Qui révèlent probablement l’élément le plus stupéfiant du pouvoir créatif de Dieu, grâce auquel nous autres humains pouvons recevoir l’Esprit surnaturel et le pouvoir de Dieu, Son Esprit.

« Que ferons-nous ? »

Quand Jésus apparut aux disciples après Sa résurrection, Il fit quelque chose d’inhabituel : « Il souffla sur eux, et leur dit : Recevez le Saint-Esprit » (Jean 20:22). Nous savons que le Saint-Esprit ne leur fut pas communiqué à ce moment-là. De ce fait, que voulait-Il dire ? Antérieurement, Il leur avait promis qu’Il leur enverrait un consolateur – le Saint- Esprit (Jean 14:16). À ce moment-là, non seulement Il réitérait cette promesse, mais Il démontrait symboliquement la nature du Saint-Esprit qu’Il allait leur envoyer. Le mot grec traduit ici en français par Esprit est pneuma, ce qui indique que ce serait comme un souffle, comme du vent, quelque chose qu’ils ne pourraient voir mais qui les influencerait considérablement.

Quelques semaines plus tard, Jésus leur dit : « Vous recevrez une puissance, le Saint-Esprit survenant sur vous, et vous serez mes témoins à Jérusalem, dans toute la Judée, dans la Samarie, et jusqu’aux extrémités de la terre » (Actes 1:8).

Cette promesse n’allait pas tarder à être tenue lors de l’une des scènes les plus étonnantes de l’histoire humaine, décrite dans Actes 2:1-4 : « Le jour de la Pentecôte, ils étaient tous ensemble dans le même lieu. Tout à coup il vint du ciel un bruit comme celui d’un vent impétueux, et il remplit toute la maison où ils étaient assis. Des langues, semblables à des langues de feu, leur apparurent, séparées les unes des autres, et se posèrent sur chacun d’eux. Et ils furent tous remplis du Saint-Esprit, et se mirent à parler en d’autres langues, selon que l’Esprit leur donnait de s’exprimer ».

Quand cet événement se produisit, des milliers de personnes s’empressèrent d’aller voir ce qui se passait, et un autre miracle eut lieu. Tous entendirent les propos des apôtres dans leurs langues respectives (verset 6) !

L’apôtre Pierre s’avança et, sous l’inspiration divine, donna son premier sermon de témoignage. Il expliqua que d’anciennes prophéties messianiques avaient été accomplies dans la personne de Jésus ; qu’Il était ressuscité et qu’Il Se trouvait dorénavant à la droite de Dieu et que « élevé par la droite de Dieu, il a reçu du Père le Saint-Esprit qui avait été promis, et il l’a répandu, comme vous le voyez et l’entendez » (verset 33).

Pierre toucha ensuite son auditoire de manière très personnelle, attribuant la responsabilité de la mort de Jésus à chaque individu : « Que toute la maison d’Israël sache donc avec certitude que Dieu a fait Seigneur et Christ ce Jésus que vous avez crucifié » (Actes 2:36).

Le poids de cette accusation était écrasant : « Après avoir entendu ce discours, ils eurent le cœur vivement touché, et ils dirent à Pierre et aux autres apôtres : Hommes frères, que ferons-nous ? » (verset 37).

Le miracle dans notre esprit

Dieu leur communiquait le discernement spirituel dont Paul a parlé dans  1 Corinthiens. C’est seulement quand Dieu agit en nous qu’il nous devient possible de comprendre la gravité de la mort de Jésus pour nos péchés, de confesser humblement notre culpabilité et d’implorer Sa miséricorde avec un profond remords.

Quand on a ce genre d’attitude et que l’on est disposé à faire ce qu’Il dit, Dieu nous fait une étonnante promesse : « Pierre leur dit : Repentez-vous, et que chacun de vous soit baptisé au nom de Jésus-Christ, à cause du [ou pour le] pardon de vos péchés ; et vous recevrez le don du Saint-Esprit. Car la promesse est pour vous, pour vos enfants, et pour tous ceux qui sont au loin, en aussi grand nombre que le Seigneur notre Dieu les appellera » (versets 38-39).

L’Esprit de Dieu peut effectivement être communiqué aux hommes. Par un processus miraculeux que Dieu seul comprend, Il peut joindre Son Esprit à l’esprit de l’homme, créant quelque chose de totalement différent, quelque chose de surnaturel en l’homme.

  • « Son Esprit nous remplit de force, d’amour et de sagesse » (2 Timothée 1:7).
  • Il fait croître en nous « le fruit de l’Esprit » – un degré divin d’amour, de joie, de paix, de patience, de bonté, de bienveillance, de foi, de douceur et de maîtrise de soi (Galates 5:22-23).
  • Il fait de nous des « enfants de Dieu » (Romains 8:16).
  • Il nous accorde l’aptitude de comprendre Sa parole (la Bible) et de nous y conformer.
  • Il nous donne la force de vaincre le péché.
  • Il nous place dans Son Corps – l’Église de Dieu.
  • Mais surtout, Il nous garantit que nous hériterons la vie éternelle dans Sa Famille (Éphésiens 1:13-14).

Notre quête ultime

David a écrit, émerveillé, « Je te loue de ce que je suis une créature si merveilleuse » (Psaumes 139:14). Nous voilà, 3 000 ans plus tard, nous émerveillant encore de la complexité de nos cerveaux, stupéfaits de leurs fonctions. Quel que soit le degré de fascination suscité par les découvertes sur la manière dont ce dernier fonctionne, il y a autre chose qu’il importe que nous sachions.

David ne savait rien de la neuroplasticité, des synapses, de l’architecture du cerveau ni de la topographie de la pensée, mais il savait quel était l’élément le plus important de sa vie. Dieu lui avait accordé Son Esprit. Et au moment le plus sombre de sa vie, quand il constata à quel point la faiblesse de son esprit humain agissait à son détriment, par le péché, il implora Dieu en ces termes : « O Dieu ! crée en moi un cœur pur, renouvelle en moi un esprit bien disposé. Ne me rejette pas loin de ta face, ne me retire pas ton Esprit saint.

Rends-moi la joie de ton salut, et qu’un esprit de bonne volonté me soutienne ! » (Psaumes 51:10-12).

Le peuple de Dieu sait très bien à quel point la prière de David était pertinente. Nous reconnaissons l’énorme besoin, pour nous, de marcher selon l’Esprit de Dieu. Et chaque année, le jour de la Pentecôte nous rappelle de façon dramatique les évènements miraculeux qui ébranlèrent le monde ce jour-là, et le miracle qui continue de s’accomplir dans nos vies depuis lors. Il s’agit du miracle consistant à recevoir l’Esprit de Dieu qui se joint à notre esprit humain, nous ouvrant la voie du salut !