Jésus a-t-Il enseigné le respect de tous les Commandements ? (2e partie)

Dans l'article précédent, nous avons prouvé que Jésus a enseigné l’observance des quatre premiers Commandements. Qu'en est-il des six derniers ?

Dans notre article précédent dans cette rubrique, nous avons prouvé que Jésus a confirmé l’observance des quatre premiers des Dix Commandements – lesquels nous montrent comment aimer Dieu – par Son enseignement et Son exemple.

Que dire à présent des six derniers – lesquels nous montrent comment aimer notre prochain ?

Le Cinquième Commandement : « Honore ton père et ta mère »

Ce Commandement nous apprend à respecter et à honorer nos parents et, dans un contexte plus large, à respecter et soutenir la structure familiale instituée par Dieu (Genèse 1:27-28 ; 2:24).

Jésus S’est servi de ce Commandement pour montrer aux pharisiens que bien qu’observant des traditions humaines, ils négligeaient les commandements de Dieu. Il déclara : « Dieu a dit : Honore ton père et ta mère » (Matthieu 15:4), puis Il précisa, du fait qu’ils ne prenaient pas soin de leurs parents, « Vous annulez ainsi la parole de Dieu au profit de votre tradition » (verset 6).

Ultérieurement, quand on lui demanda ce qu’il faut faire pour hériter la vie éternelle, Il inclut de nouveau ce Commandement dans Sa réponse (Matthieu 19:19). Il honorait aussi personnellement Ses parents (Luc 2:51) et se souciait de Sa mère (Jean 19:25-27).

Il est clair que le Cinquième Commandement – destiné à soutenir la structure familiale ordonnée par Dieu – doit toujours être respecté.

Le Sixième Commandement : « Tu ne tueras point »

Ce Commandement nous dit de ne pas commettre de meurtre, mais son intention spirituelle est bien plus profonde. En somme, il nous apprend à aimer les êtres humains et à les estimer profondément.

Jésus cita ce Commandement comme exemple de Son intensification de la loi divine (prophétisée dans Ésaïe 42:21). Il déclara : « Vous avez entendu qu’il a été dit aux anciens : Tu ne tueras point ; celui qui tuera est passible de jugement. Mais moi, je vous dis que quiconque se met en colère contre son frère est passible de jugement […] et que celui qui lui dira : Insensé ! mérite d’être puni par le feu de la géhenne.

Jésus réaffirma la loi contre le meurtre et enseigna d’approfondir la question.

Le Sixième Commandement nous dit de remplacer la colère et l’hostilité par de l’amour. Jésus a élaboré ce sujet quand Il a dit que nous devons aimer même nos ennemis (verset 44). Par la suite, l’apôtre Jean – Son ami proche – a écrit que « quiconque hait son frère est un meurtrier » (1 Jean 3:15).

Le Sixième Commandement nous montre comment développer la caractéristique divine-clé de l’amour et doit toujours être respecté aujourd’hui.

Le Septième Commandement : « Tu ne commettras point d’adultère »

Ce Commandement concerne la fidélité conjugale et bien plus. Il nous montre également comment protéger l’institution divine du mariage et il gouverne la sexualité humaine.

Jésus a confirmé le respect de ce Commandement quand Il a dit : « Vous avez appris qu’il a été dit : Tu ne commettras point d’adultère. Mais moi, je vous dis que quiconque regarde une femme pour la convoiter a déjà commis un adultère avec elle dans son cœur » (Matthieu 5:27-28).

Jésus a amplifié ce Commandement, l’appliquant à nos pensées. Il en a aussi parlé lors d’une discussion sur le divorce, précisant qu’épouser une personne divorcée et toujours mariée aux yeux de Dieu est de l’adultère (Matthieu 5:32 ; 19:9).

Par la suite, les apôtres évoquèrent la gravité de l’adultère (Galates 5:19 ; 2 Pierre 2:13-14). Le Septième Commandement doit toujours être respecté de nos jours.

Le Huitième Commandement : « Tu ne déroberas point »

Ce Commandement est loin de se limiter à la protection de nos biens. Il montre au chrétien qu’au lieu de vouloir prendre, il faut vouloir donner.

Jésus a confirmé ce Commandement (Matthieu 19:18), révélant son intention dans Jean 10:10 : « Le voleur ne vient que pour dérober, égorger et détruire ; moi, je suis venu afin que les brebis aient la vie, et qu’elles l’aient en abondance ». Jésus nous a laissé un exemple de service et de générosité (Matthieu 20:28).

Ses disciples enseignaient la même chose (2 Corinthiens 9:6-7). En fait, l’apôtre Paul a écrit : « Que celui qui dérobait ne dérobe plus ; mais plutôt qu’il travaille, en faisant de ses mains ce qui est bien, pour avoir de quoi donner à celui qui est dans le besoin » (Éphésiens 4:28).

Le Huitième Commandement doit toujours être respecté, de nos jours.

Le Neuvième Commandement : « Tu ne porteras point de faux témoignage contre ton prochain »

Ce Commandement nous montre qu’au lieu de dire des mensonges, nous devrions toujours dire la vérité. La parole d’un chrétien devrait toujours être digne de confiance et fiable.

Jésus a aussi confirmé ce Commandement (Luc 18:20). Dans Jean 8:44, Il explique l’origine du mensonge : Satan, qui « ne se tient pas dans la vérité, parce qu’il n’y a pas de vérité en lui. Lorsqu’il profère le mensonge, il parle de son propre fonds ; car il est menteur et le père du mensonge ».

Jésus a aussi précisé que mentir souille un individu (Matthieu 15:18-20). Les chrétiens, comme Christ, doivent toujours dire la vérité (Éphésiens 4:15, 25 ; 1 Timothée 2:7). Les détracteurs de Jésus eux-mêmes reconnaissaient que Jésus disait la vérité (Matthieu 22:16).

Le Dixième Commandement : « Tu ne convoiteras point »

Ce Commandement est directement lié à nos pensées et à nos intentions. Le Commandement contre la convoitise se situe au cœur même de la source de pratiquement tous les péchés – ce qu’on désire pour soi.

Jésus a appelé la convoitise l’une des « mauvaises pensées » issues « du cœur des hommes » (Marc 7:21-23). Quand on Lui demanda de trancher dans une dispute d’héritage, Il avertit : « Gardez-vous avec soin de toute avarice ; car la vie d’un homme ne dépend pas de ses biens » (Luc 12:15).

C’est l’essence même du Dixième Commandement ; nous devons canaliser nos pensées et nos désirs les plus secrets vers les biens spirituels divins au lieu des biens physiques de ce monde (Matthieu 6:19-21. 33 ; 2 Corinthiens 4:18).

L’apôtre Paul a lié la convoitise à l’idolâtrie (Colossiens 3:5). En rapprochant le Dixième Commandement au Premier et au Second Commandements, Paul a montré que les Dix Commandements sont interdépendants.

Le Dixième Commandement doit toujours être respecté, de nos jours.

Les Dix sont en vigueur

Dans nos récents articles sous cette rubrique, nous avons examiné les Dix Commandements sous divers angles. Quand on pense à ce que Jésus a dit à leur sujet, comment Il a vécu et au fait qu’Il les a tous enseignés individuellement, on s’aperçoit qu’ils représentent les lois et les principes-clés gouvernant la vie du chrétien.

Les Dix Commandements, quand on les respecte, procurent le bonheur, la paix et la réussite spirituelle.

Pour en savoir plus sur ces lois importantes qui peuvent changer votre vie, lire notre article « Les Dix Commandements sont-ils applicables aujourd’hui ? » et les articles connexes.