Jésus a-t-Il enseigné le respect de tous les Commandements ? (1ère partie)

Certains pensent que les chrétiens doivent pratiquer un commandement uniquement si Jésus l’a confirmé. Si c'est le cas, devraient-ils toujours être tous pratiqués ?

Dans des articles précédents, nous avons examiné ce que Jésus enseignait à propos des Dix Commandements. Nous avons également soulevé la question de savoir si Jésus a remplacé ces derniers par Son Commandement de nous aimer ou s’Il a confirmé les Dix Commandements.

Les nombreux passages bibliques que nous avons examinés ont amplement démontré la position du Nouveau Testament dans ce domaine. Il est clair que les chrétiens doivent respecter les Dix Commandements.

Le présent article traite de ce sujet d’un point de vue différent.  Supposons que nous ignorions tous les passages bibliques où Jésus (et, plus tard, les apôtres) a réaffirmé les Commandements. Qu’au lieu d’appuyer le respect de ces derniers sur des passages les confirmant (comme Matthieu 5:17-19; Jean 14:15; 1 Corinthiens 7:19; et 1 Jean 2:3), nous cherchions des versets confirmant chacun d’eux individuellement. Supposons que nous acceptions la prémisse qu’un Commandement n’est applicable que s’il est réaffirmé dans le Nouveau Testament. Les dix seraient-ils tous confirmés ?

Dans le présent article, nous examinons si le Nouveau Testament réaffirme les quatre premiers Commandements.

Le Premier Commandement : « Tu n’auras pas d’autres dieux devant ma face »

Le Premier Commandement nous apprend à donner à Dieu l’absolue priorité et à n’adorer rien ni personne d’autre que Lui.

Quand Satan essaya d’inciter Jésus à l’adorer – ce qui aurait consisté à transgresser le Premier Commandement – Jésus refusa, obéissant à ce dernier, répondant : « Tu adoreras le Seigneur, ton Dieu, et tu le serviras lui seul » (Matthieu 4:10). Jésus fit aussi d’autres déclarations indiquant clairement que Dieu devrait occuper la première place dans nos vies (Matthieu 6:24,33 ; Luc 14:26).

Il est clair que le Premier Commandement qui nous dit de ne pas avoir d’autres dieux que le vrai Dieu doit toujours être respecté par les chrétiens.

Le Second Commandement : « Tu ne te feras point d’image taillée »

Le Deuxième Commandement nous dit de ne pas adorer d'idoles ou de nous faire des représentations du vrai Dieu.

Jésus précisa l’intention de ce commandement lors de la conversation qu’Il eut avec la femme samaritaine, dans Jean 4:24 : « Dieu est Esprit, et il faut que ceux qui l’adorent, l’adorent en esprit et en vérité.»

Quand on essaie de représenter  et d’adorer le vrai Dieu par des images ou des statues, on L'adore toujours de manière erronée.

Paul l’a clairement indiqué lorsque – s’adressant aux Athéniens à l’Aréopage – il leur dit : « Nous ne devons pas croire que la divinité soit semblable à de l’or, à de l’argent, ou à de la pierre, sculptés par l’art et l’industrie de l’homme » (Actes 17:29). La puissance et la gloire divines ne sauraient être saisies par une représentation quelconque et la moindre tentative en ce sens ne peut que limiter Dieu, qui est illimité. Paul a également précisé que les idolâtres n’hériteront pas le Royaume de Dieu (1 Corinthiens 6:9-10).

Il est clair que les chrétiens doivent respecter le Deuxième Commandement proscrivant l’idolâtrie.

Le Troisième Commandement : « Tu ne prendras point le nom de l’Éternel, ton Dieu, en vain »

Le Troisième Commandement nous dit d’honorer le nom de Dieu et le respecter, au lieu de blasphémer et de vainement l’employer.

Jésus avait fort à dire sur la pureté de nos propos – ce qui fait partie de l’esprit du Troisième Commandement. Il nous a dit de respecter et de louer le nom de Dieu (Matthieu 6:9) ; de ne pas répéter des prières toutes faites (Matthieu 6:7) et de ne pas adorer Dieu en vain en enseignant des commandements d’hommes (Marc 7:7). Il nous a avertis que si nous parlons sans réfléchir, nous risquons d’être spirituellement souillés (Matthieu 15:11).

Il est clair que le Troisième Commandement, qui a pour but de nous aider à veiller sur nos propos et à ne pas manquer de respect envers Dieu, doit toujours être respecté par les chrétiens.

Le Quatrième Commandement : « Souviens-toi du jour du repos, pour le sanctifier ».

Ce Commandement est celui que le christianisme, en général, a le plus de mal à respecter. Il précise que le septième jour de la semaine (le samedi) doit être un jour de repos et de culte. Or, l’immense majorité du christianisme traite le septième jour comme n’importe quel autre jour. En fait, c’est le Commandement qui motive la plupart des arguments contre les Dix Commandements. Pourtant, contrairement à ce qu’on croit souvent, Jésus a réaffirmé le commandement s’y rapportant. Non seulement Il le respectait fidèlement Lui-même (Luc 4:16), mais Il précisa aussi que le sabbat a été créé pour l’homme et qu’Il en était le maître (Marc 2:27-28).

Après Son ascension, l’Église primitive continua d’observer le sabbat (Actes 13:42, 44). De plus, c’est l’apôtre Paul (l’auteur présumé de l’Épître aux Hébreux et à qui l’on attribue souvent faussement l’enseignement contre le sabbat) qui a écrit qu’« il y a donc un repos de sabbat réservé au peuple de Dieu » (dans le sens, dans l’original, de son respect ou de sa pratique – Hébreux 4:9).

Et que dire des six autres ?

Nous avons étudié chacun des Commandements dépendant de ce que Jésus a appelé « le premier et le plus grand commandement ». Nous avons vu qu’ils sont tous applicables de nos jours, et nous aident à aimer Dieu de tout notre cœur, de toute notre âme et de toute notre pensée (Matthieu 22:37). Mais que dire des six autres Commandements ? Dans notre prochaine édition, nous examinerons chacun d’eux et nous verrons ce que Jésus et les autres auteurs du Nouveau Testament ont à dire à leur sujet.

Nous vous proposons notre article La loi et la grâce : Jésus ou Paul ?