Les conflits du Moyen-Orient

Comment les conflits qui secouent actuellement le Moyen-Orient ont-ils débuté ? La paix finira-t-elle par régner dans cette partie du monde ?

Le Moyen-Orient est l’un des foyers mondiaux de conflits continuels. Ces dernières années, ses conflits ont sérieusement affecté l’occident. L’attaque du 11 septembre 2001 contre l’Amérique, et les perturbations subséquentes dans les capitales européennes étaient issues des tensions au Moyen-Orient.

Le monde, dans son ensemble, est conscient du fait qu’un conflit majeur au Moyen-Orient risquerait de s’étendre bien au-delà de cette région. De ce fait, de nombreux pays surveillent, inquiets, ce qui s’y passe. Il semble que ce ne soit qu’une affaire de temps avant que le prochain conflit n’éclate. Pourquoi le Moyen-Orient est-il si instable, et pourquoi les tensions qui y existent sont-elles si difficiles à éliminer ?

Une brève rétrospective des conflits du Moyen-Orient

L’histoire moderne du Moyen-Orient a débuté après la Première guerre mondiale. Après cette « guerre devant mettre fin à toutes les guerres », l’empire ottoman qui avait dominé le Moyen-Orient pendant 400 ans a cessé d’exister. Cet empire turc avait, à diverses époques, régné du Moyen-Orient à la Perse, et de l’Afrique du Nord à l’Europe de l’Est. En 1914, l’empire était en déclin, et il allait s’effilocher à la fin de la Première guerre mondiale, en 1918.

Avec la disparition de cet empire, un certain nombre de pays ont été créés par la Grande Bretagne et par la France, et approuvés par la Ligue des Nations nouvellement formée. Ces nouveaux pays sont l’Iraq, le Liban, le Koweït, la Syrie, la Transjordanie et la Turquie. L’Égypte, protectorat britannique, a acquis son indépendance en 1922.

Les conflits politiques secouant ces pays ne se sont pas étendus aux autres pays ces dernières décennies. Ils n’ont cessé de resurgir périodiquement jusqu’au début de la Seconde guerre mondiale. De graves conflits secouent toujours les pays arabes à présent, mais quand on parle aujourd’hui des conflits secouant le Moyen-Orient, le plus grave de tous est celui opposant l’État d’Israël à ses voisins.

La création de la nation moderne d’Israël

Le 14 mai 1948, les Juifs de Palestine ont déclaré leur indépendance, et ont appelé leur nouvelle nation l’État d’Israël. Ce dernier s’est formé quand l’Assemblée Générale des Nations Unies a voté à 33 voix contre 13, en novembre 1947, pour la division de la région du mandat britannique pour la Palestine en un État juif et un État arabe.

Le peuple juif cherchait une patrie dans cette partie historique du monde depuis plus de 300 ans. En octobre 1917, le cabinet britannique autorisait le ministre des Affaires Étrangères à ratifier la déclaration Balfour garantissant une patrie au peuple juif au Moyen-Orient. Cette déclaration tenait son nom d’Arthur James Balfour – ancien ministre des Affaires Étrangères et ancien Premier ministre britannique.

Bien qu’on ait promis au peuple juif une patrie, la majorité des membres du gouvernement britannique, à l’époque, n’approuvait pas cette décision. Bon nombre d’entre eux essayèrent de s’opposer à l’immigration des Juifs en Palestine. Ces représentants soutenaient le désir des Arabes de tenir les Juifs à l’Écart de la Palestine.

Les Juifs se sentirent trahis par les Anglais pour être revenus sur leur décision. Après que l’Holocauste – l’annihilation de 6 millions de Juifs pendant la Deuxième guerre mondiale – ait été révélé un peu partout, la nécessité d’une patrie pour le peuple juif ne pouvait plus être ignorée. C’est peu après la formation des Nations Unies, à San Francisco, en 1946, que la nation moderne d’Israël allait être créée.

Une nation juive prophétisée il y a plusieurs milliers d’années

Aussi surprenant que cela puisse paraître, la Bible a prophétisé il y a longtemps que le people juif reviendrait dans son ancien pays.  Plus de 2 500 ans se sont écoulés entre sa déportation en 586 avant notre ère, et sa création en tant que nation après la Deuxième guerre mondiale.

Dieu, par la bouche du prophète Zacharie, avait prophétisé cette situation plus de 2 000 ans avant qu’elle n’ait lieu. Évoquant l’état du monde avant le retour de Jésus-Christ, Dieu avait déclaré : « Voici, je ferai de Jérusalem une coupe d’étourdissement pour tous les peuples d’alentour, et aussi pour Juda dans le siège de Jérusalem. En ce jour-là, je ferai de Jérusalem une pierre pesante pour tous les peuples ; tous ceux qui la soulèveront seront meurtris ; et toutes les nations de la terre s’assembleront contre elle » (Zacharie 12:2-3).

Conformément à ce que Dieu a annoncé, Israël est devenu le creuset des conflits du Moyen-Orient, et ses ennemis n’ont pas eu le dessus. Bien que l’État d’Israël nouvellement formé ait été immédiatement attaqué par ses voisins, la petite nation, peu équipée en armements, a survécu contre des forces nettement supérieures. Il a maintes fois failli être détruit depuis qu’il a été créé, il y a plus de 60 ans. Il a été numériquement bien inférieur, mais, comme Dieu l’a prophétisé, « tous ceux qui la soulèveront seront meurtris ; et toutes les nations de la terre s’assembleront contre elle ».

Pourquoi le peuple juif et la nation d’Israël sont-ils tant haïs par leurs voisins, au Moyen-Orient, et par une grande partie du monde ? Bien des gens refusent d’admettre leur existence et même leur droit d’exister. Les arabes aussi bien que les juifs reconnaissent que dans la Bible et dans le Coran ils ont un héritage commun et des rapports remontant à Abraham. Pourquoi ces peuples, qui sont apparentés, ne peuvent-ils donc pas s’entendre ?

Une haine éternelle

L’une des causes du conflit majeur au Moyen-Orient remonte à l’antiquité. Abraham eut un fils – Isaac – qui, eut deux fils jumeaux : Jacob et Ésaü. Ésaü vendit son droit d’ainesse à Jacob pour un plat de lentilles (Genèse 25:34). Par la suite, Jacob trompa son père Isaac en se faisant passer pour le premier-né à la place d’Ésaü, devenant ainsi le bénéficiaire d’une bénédiction ne pouvant être révoquée (Genèse 27:33, 36). Du fait de ce geste, Ésaü se mit à haïr son frère. 

Plus de 1 300 ans plus tard, le prophète Ézéchiel parla de la haine tenace entre les descendants d’Ésaü (aussi appelé Edom – Genèse 36:8) et Jacob, dont le nom fut changé en Israël. Il déclara : « Parce que tu avais une haine persistante, parce que tu as précipité par le glaive les enfants d’Israël, au jour de leur détresse, au temps où l’iniquité était à son terme … puisque tu n’as pas haï le sang, le sang te poursuivra » (Ézéchiel 35:5-6).

La haine éprouvée par de nombreux peuples du Moyen-Orient pour le peuple juif et la nation d’Israël date de la haine éprouvée par Ésaü pour son frère Jacob.

L’État d’Israël est devenu une superpuissance d’une superficie équivalente au 1/29e de la France métropolitaine. Des traités de paix ont été conclus entre lui et l’Égypte, et lui et la Jordanie, mais ce n’est pas le cas avec les Palestiniens et les autres pays de la région. De ce fait, les tensions ont toujours été fortes entre ce petit pays et ses voisins, du fait de toutes les menaces exercées contre lui.

Où ces conflits vont-ils mener le Moyen-Orient, et le monde ?

Des prophéties pour l’avenir, à propos du Moyen-Orient

Les prophéties bibliques annoncent que les conflits du Moyen-Orient vont gravement s’envenimer – ce dernier devenant un creuset de guerres et de violences qui ne cesseront qu’au Second Avènement de Jésus-Christ.

Le livre de Daniel parle du roi du midi (ou roi du sud) sortant du Moyen-Orient pour attaquer le roi du septentrion (ou roi du nord), c’est-à-dire l’Europe (Daniel 11:40-41). Ce dirigeant du septentrion contre-attaquera avec force et rapidité et franchira un pas de plus en s’installant en Terre Promise (« le plus beau des pays » – Israël).

Le prophète Zacharie a parlé de l’époque précédant immédiatement le retour du Messie. Il déclare : « Je rassemblerai toutes les nations pour qu’elles attaquent Jérusalem ; la ville sera prise, les maisons seront pillées, et les femmes violées ; la moitié de la ville ira en captivité, mais le reste du peuple ne sera pas exterminé de la ville » (Zacharie 14:2).

Ce ne sera pas simplement un conflit de plus au Moyen-Orient. Ce sera un conflit mondial. Comme l’a annoncé Jésus dans sa prophétie dite « du mont des oliviers », « car alors, la détresse sera si grande qu’il n’y en a point eu de pareille depuis le commencement du monde jusqu’à présent, et qu’il n’y en aura jamais » (Matthieu 24:21). Cette époque de guerre mondiale, d’invasion du Moyen-Orient, et la chute de Jérusalem, précéderont le Second Avènement du Christ.

La paix mettra fin aux conflits du Moyen-Orient

L’homme a essayé par tous les moyens d’instaurer la paix au Moyen-Orient, mais en vain. Une puissance supérieure va être nécessaire pour résoudre les conflits de cette région et du monde entier. Le prophète Zacharie a ajouté : « L’Eternel sera roi de toute la terre ; en ce jour-là, l’Eternel sera le seul Eternel, et son nom sera le seul nom » (Zacharie 14:9).

L’avenir immédiat du Moyen-Orient n’est guère prometteur. Néanmoins, les prophéties bibliques annoncent qu’en fin de compte, une ère de paix et de prospérité va être inaugurée.

Jésus-Christ va revenir à Jérusalem, Il va résoudre les conflits secouant cette région, et Il va instaurer la paix universelle.