Qui, en fait, bénéficie de la grâce de Dieu ?

Nombreux sont les croyants qui prétendent avoir reçu la grâce de Dieu. D’après la Bible, qui, en fait, bénéficie de cette dernière, et pourquoi ?

Demander la grâce de Dieu a fait partie de nombreuses prières et cérémonies officielles au fil des siècles. Par exemple, lors du sacre de la reine Elizabeth II, en 1953, les mots suivants ont été récités : « [Tu] as, à présent, consacré ta servante Elisabeth pour en faire notre reine, permettant que par l'onction de ta grâce, elle puisse défendre ta foi et être la protectrice de ton Eglise et de ton peuple. »

Il est rare qu’on s’attarde sur un langage aussi cérémoniel - on se soucie rarement de ce que représente la grâce de Dieu, et l’on se demande rarement quand ou pourquoi Dieu l’accorde.

Certaines personnes, à la suite d’expériences qu’elles ont vécues dans la vie, attribuent ce qui leur est arrivé à l'intervention et à la grâce de Dieu. C’était le cas du premier président américain, George Washington.

Dans l'été de 1755, pendant la guerre de Sept Ans, Washington était colonel sous le commandement du général britannique Braddock. Quand les forces de ce dernier se dirigèrent contre Fort Duquesne, en juillet, cette année-là, elles firent l’objet d’une attaque surprise et furent battues par les forces françaises. Le Général Braddock fut tué, et Washington battit en retraite avec le restant de ses soldats, et fuit vers la Virginie.

Le Colonel Washington eut deux chevaux, qu’il montait, tués sous lui, et de retour en Virginie, il découvrit que son manteau avait été troué par quatre balles. Et pourtant, il était indemne ! Croyant avoir été épargné par la grâce de Dieu, il écrivit ce qui suit à son frère, John Augustine:

« J’existe maintenant parmi les vivants par les soins miraculeux de la Providence, qui me protégeait au-delà de toute attente humaine. »

La grâce de Dieu peut comprendre Son intervention et Sa direction miséricordieuses dans la vie d’individus. Toutefois, lorsque la Bible parle de la grâce de Dieu, elle fait généralement allusion à un sujet beaucoup plus important – et éternel !

Que dit Dieu à propos de la grâce ?

Dieu révèle clairement dans Sa Parole – la Bible – que Sa grâce est un don. C’est le caractère même de la nature divine, riche et débordant d’actes de miséricorde, de compassion et de libéralité. (Pour en savoir plus, voir l'article Qu'est-ce que la grâce ? Cette dernière, en fait, aucun être humain ne la mérite).

Remarquez cette déclaration dans Ephésiens 2:7-8 : « Afin de montrer dans les siècles à venir l’infinie richesse de sa grâce par sa bonté envers nous en Jésus-Christ. Car c’est par la grâce que vous êtes sauvés, par le moyen de la foi. Et cela ne vient pas de vous, c’est le don de Dieu. »

Ce point est encore souligné dans Romains 5:15-16 : « Mais il n’en est pas du don gratuit comme de l’offense ; car, si par l’offense d’un seul il en est beaucoup qui sont morts, à plus forte raison la grâce de Dieu et le don de la grâce venant d’un seul homme, Jésus-Christ, ont-ils été abondamment répandus sur beaucoup. Et il n’en est pas du don comme de ce qui est arrivé par un seul qui a péché ; car c’est après une seule offense que le jugement est devenu condamnation, tandis que le don gratuit devient justification après plusieurs offenses. »

Ainsi la grâce est un don offert par Dieu. Mais la question se pose : est-ce que notre conduite joue un rôle en déterminant si nous recevons Sa grâce ?

Le rôle de la repentance et le pardon

Les notions de péché, de repentance et de grâce sont étroitement liées. La grâce de Dieu, à travers le sacrifice de Jésus-Christ, supprime l’amende du péché. Notre rôle est de nous repentir du péché et de suivre une voie différente.

Remarquez Romains 6:13-16: « Ne livrez pas vos membres au péché, comme des instruments d’iniquité ; mais donnez-vous vous-mêmes à Dieu, comme étant vivants de morts que vous étiez, et offrez à Dieu vos membres, comme des instruments de justice. Car le péché n’aura point de pouvoir sur vous, puisque vous êtes, non sous la loi, mais sous la grâce. Quoi donc ! Pécherions-nous, parce que nous sommes, non sous la loi, mais sous la grâce ? Loin de là ! Ne savez-vous pas qu’en vous livrant à quelqu’un comme esclaves pour lui obéir, vous êtes esclaves de celui à qui vous obéissez, soit du péché qui conduit à la mort, soit de l’obéissance qui conduit à la justice ? »

L'idée que Dieu accorde Sa grâce indépendamment de notre conduite n’est pas nouvelle, et ne contredit pas la Parole de Dieu. La Bible contient des mises en garde répétées contre l'utilisation de la grâce comme d’une permission de continuer dans le péché ! Notre péché nous condamne à la peine de mort, mais nous sommes pardonnés par la grâce de Dieu quand nous nous repentons et changeons nos vies. Nous ne pouvons pas imaginer continuer dans le péché et en même temps continuer à être les bénéficiaires de la grâce.

Le livre de Jude souligne cette vérité : « Car il s’est glissé parmi vous certains hommes dont la condamnation est écrite depuis longtemps, des impies, qui changent la grâce de notre Dieu en dérèglement, et qui renient notre seul maître et Seigneur Jésus-Christ » (Jude 1:4).

Qu'en est-il de la foi ?

L'apôtre Paul résume la relation entre la grâce, la foi et l'obéissance dans son épître aux Ephésiens. « Car c’est par la grâce que vous êtes sauvés, par le moyen de la foi. Et cela ne vient pas de vous, c’est le don de Dieu. Ce n’est point par les œuvres, afin que personne ne se glorifie.  Car nous sommes son ouvrage, ayant été créés en Jésus-Christ pour de bonnes œuvres, que Dieu a préparées d’avance, afin que nous les pratiquions.» (Ephésiens 2:8-10 ; c’est nous qui soulignons).

La grâce est un don immérité de Dieu – personne ne peut prétendre l’avoir gagné ou s’en être montré digne. Nous devons, cependant, accomplir de bonnes œuvres ; marcher dans Ses voies. Nous recevons également la grâce à travers la foi en Dieu et en Jésus-Christ. Ainsi, la justification de nos péchés, qui vient par la grâce, exige la foi.

Comme l'a écrit Paul : « Et ils sont gratuitement justifiés par sa grâce, par le moyen de la rédemption qui est en Jésus-Christ. C’est lui que Dieu a destiné à être par son sang pour ceux qui croiraient victime propitiatoire, afin de montrer sa justice, parce qu’il avait laissé impunis les péchés commis auparavant, au temps de sa patience ; il montre ainsi sa justice dans le temps présent, de manière à être juste tout en justifiant celui qui a la foi en Jésus » (Romains 3:24-26).

La nécessité d’avoir de l'humilité

Dieu exige également l'humilité de Son peuple. Par exemple, Michée 6:8 explique : « On t’a fait connaître, ô homme, ce qui est bien ; et ce que l’Eternel demande de toi, c’est que tu pratiques la justice, que tu aimes la miséricorde, et que tu marches humblement avec ton Dieu. »

D'autre part, l'orgueil est un défaut de caractère que Dieu hait : « Il y a six choses que hait l’Eternel, et même sept qu’il a en horreur : Les yeux hautains… » (Proverbes 6:16-17).

Pour recevoir la grâce, nous sommes appelés à nous humilier, pour que Dieu puisse nous élever à un moment ultérieur. « De même, vous qui êtes jeunes, soyez soumis aux anciens. Et tous, dans vos rapports mutuels, revêtez-vous d’humilité ; car Dieu résiste aux orgueilleux, mais il fait grâce aux humbles. Humiliez-vous donc sous la puissante main de Dieu, afin qu’il vous élève au temps convenable » (1 Pierre 5:5-6).

L'humilité est souvent considérée comme une faiblesse à l’heure actuelle, mais Dieu l’apprécie grandement. En outre, Il n’accorde pas Sa grâce aux orgueilleux !

Le rôle de Dieu dans nos vies

Beaucoup ont affirmé avoir reçu l'intervention de Dieu dans leur vie, et Il est certes miséricordieux, intervenant dans des vies humaines et des événements humains pour accomplir Sa volonté. Sa grâce qui nous sauve de l’amende du péché est un concept plus spécifique, et elle est accordée dans un but précis à ceux qui se repentent et se détournent du péché, qui ont la foi en Lui et font preuve d'humilité.

L'apôtre Paul a parlé à la fois de son désir de recevoir la guérison divine d'une maladie physique qu’il avait, ainsi que du besoin bien plus important de recevoir la grâce de Dieu.

Son infirmité physique est mentionné dans 2 Corinthiens 12:7-9 : « Et pour que je ne sois pas enflé d’orgueil, à cause de l’excellence de ces révélations, il m’a été mis une écharde dans la chair, un ange de Satan pour me souffleter et m’empêcher de m’enorgueillir. Trois fois j’ai prié le Seigneur de l’éloigner de moi, et il m’a dit : Ma grâce te suffit, car ma puissance s’accomplit dans la faiblesse. Je me glorifierai donc bien plus volontiers de mes faiblesses, afin que la puissance de Christ repose sur moi. »

Paul n'a pas bénéficié de l'intervention qu'il cherchait pour ses infirmités physiques, mais il savait qu'il avait reçu quelque chose de bien plus important : la grâce de Dieu. Ceci le réconfortait parce qu'il savait qu’il avait été délivré de ses péchés : « Que la grâce et la paix vous soient données de la part de Dieu le Père et de notre Seigneur Jésus-Christ, qui s’est donné lui-même pour nos péchés, afin de nous arracher du présent siècle mauvais, selon la volonté de notre Dieu et Père » (Galates 1:3-4).

Si vous souhaitez recevoir la grâce de Dieu dans votre vie, veuillez lire la brochure Transformez votre vie ! Et commencez à appliquer les étapes bibliques qu'elle souligne. Dieu est prêt à accorder Sa grâce à ceux qui sont appelés et qui se convertissent, et Il le désire. Le reste dépend de vous !