1 Corinthiens

Divers problèmes et plusieurs questions à traiter dans la congrégation de Corinthe poussèrent Paul à rédiger 1 Corinthiens. Quelles leçons Dieu souhaite-t-Il que nous retirions de cette vieille lettre ?

L’apôtre Paul rédigea plus de livres, dans la Bible, que n’importe quel autre rédacteur. Sa Première Épître aux Corinthiens nous fournit des informations étonnantes sur une congrégation de l’Église de Dieu au premier siècle. L’un des plus grands serviteurs de l’Éternel y traite divers problèmes de l’époque et nous y offre un compte rendu de la manière dont il affronta ces défis.

Pourquoi Dieu a-t-Il tenu à préserver cette lettre et à l’inclure dans la Bible ? Que pouvons-nous apprendre de cette ancienne lettre ?

La date de 1 Corinthiens

La Première Épître aux Corinthiens est une lettre écrite par l’apôtre Paul. Ce dernier se rendit à Corinthe et y établit une congrégation lors de son second voyage pastoral, vers l’an 50 de notre ère. Nous savons, d’après Actes 18:11, que Paul demeura à Corinthe 18 mois, soit plus longtemps qu’à n’importe quel autre endroit où il accomplit l’œuvre de Dieu, à l’exception d’Éphèse.

De l’avis de la plupart des érudits, Paul rédigea, d’Éphèse, cette lettre à l’intention de la congrégation de Corinthe, vers l’an 55 de notre ère – « probablement au printemps de l’an 54 ou 55, bien que selon certains [il l’ait rédigé], aussi tard qu’en 59 » (Unger’s Bible Dictionary, p. 221).

Le contexte de l’Épître

La ville de Corinthe qui, du temps de Paul, comptait près de 200 000 habitants, était plus importante qu’Athènes. C’était un grand centre d’affaires où s’effectuaient des échanges commerciaux pour toute la Méditerranée, du détroit de Gibraltar au port d’Alexandrie. C’était une ville très prospère et qui, de ce fait, connaissait bon nombre des problèmes que la richesse et la prospérité semblent toujours produire dans les villes, les États et les nations prospères.

Voici ce qu’Adam Clarke écrit à son sujet : « Or, ses habitants étaient aussi lascifs qu’éduqués » (Commentary on the Bible, “Preface to the First Epistle to the Corinthians”). Le commentateur William Barclay écrit ceci dans sa Bible d’étude quotidienne : « Corinthe avait aussi un autre visage ; elle avait la réputation d’une cité prospère, mais son nom servait aussi à décrire un mode de vie débauché. Le mot [grec] korinthiazesthai [qui signifie…], vivre comme un Corinthien, était devenu un terme courant dans la langue grecque, et signifiait vivre en saoulard, être immoral et débauché » (The Letters to the Corinthians, p. 2 ; c’est nous qui traduisons tout du long).

C’est donc dans cette culture corrompue et immorale que Dieu envoya l’apôtre Paul pour qu’il y accomplisse une tâche énorme. Dans cet abîme moral, notre Père céleste appela un grand nombre de gens à Sa merveilleuse vérité ; Paul y demeura 18 mois ; et une importante congrégation fut fondée. Au fil des mois, à mesure que d’autres personnes vinrent gonfler ses rangs, Paul montra aux nouveaux convertis comment obéir, servir et honorer Dieu.

Paul aux Corinthiens

De Corinthe, Paul se rendit à Éphèse. Il laissa la congrégation de Corinthe aux mains d’anciens locaux, comme il avait coutume de le faire (Actes 14:23). Dans les années qui suivirent, l’Église de Corinthe connut divers problèmes et l’on commença à se poser des questions. Les anciens et plusieurs membres s’y trouvant écrivirent à Paul pour lui demander conseil sur ces questions. Apparemment, plusieurs de ces questions sont mentionnées dans sa Première lettre – ou Épître – comme dans ...

  • 1 Corinthiens 7:1 où il écrit : « Pour ce qui concerne les choses au sujet desquelles vous m’avez écrit, je pense qu’il est bon pour l’homme de ne point toucher de femme. »
  • 1 Corinthiens 8:1 où il écrit : « Pour ce qui concerne les viandes sacrifiées aux idoles, nous savons que nous avons tous la connaissance. — La connaissance enfle, mais l’amour édifie. »
  • 1 Corinthiens 12:1 où il écrit : « Pour ce qui concerne les dons spirituels, je ne veux pas, frères, que vous soyez dans l’ignorance. »
  • 1 Corinthiens 16:1 où il écrit : « Pour ce qui concerne la collecte en faveur des saints, agissez, vous aussi, comme je l’ai ordonné aux Eglises de la Galatie. »

Toutes ces questions, et bien d’autres encore, sont traitées par Paul dans cette épître. Quelle sagesse que celle qui nous est montrée sur la manière de répondre à des questions délicates pouvant être posées au sein d’une congrégation, et que ces directives sur la manière de penser et d’agir en chrétien sont édifiantes !

Plan d’ensemble de 1 Corinthiens

Le chapitre 1 traite du besoin, pour l’Église, d’être unifiée dans ses croyances et d’avoir les yeux sur Christ et non sur des hommes pour y parvenir.

Le chapitre 2 reprend le thème du chapitre 1 et encourage les membres à rechercher la sagesse qui vient de Dieu par l’inspiration du Saint-Esprit.

Le chapitre 3 introduit le besoin de ne pas se laisser séduire et suivre certains beaux parleurs mais de se rendre compte que Dieu est Celui qui est à l’origine de toute bonne œuvre spirituelle. Trop souvent dans l’histoire, des individus charismatiques et dynamiques ont eu plus d’influence sur les gens que la Bible.

À de nombreuses reprises, la Bible nous avertit que ce qu’on dit doit être confirmé par les Écritures. Il est écrit, par exemple, « Il faut revenir à la loi et au témoignage! Si l’on ne parle pas de cette manière, il n’y aura pas d’aurore pour ce peuple » (Ésaïe 8:20 ; Segond 21). « Si l’on ne parle pas de cette manière, il n’y aura pas d’aurore pour ce peuple », comme l’indiquent plusieurs versions, le sens de cette dernière phrase est plutôt « S’ils ne parlent pas de cette manière, c’est qu’il n’y a en eux point de lumière ».

Nous devons nous assurer que ceux que nous écoutons disent la vérité telle qu’elle est présentée dans la Bible. Sinon, même si l’on nous parle avec passion et charisme, ce qu’on nous dit ne vaut rien. Paul lui-même a dit : « Soyez mes imitateurs, comme je le suis moi-même de Christ » (1 Corinthiens 11:1).

Le chapitre 4 est un appel à suivre les enseignements de Paul quand il était avec eux, car ils représentaient la vérité. Il leur rappelle le souci qu’il a d’eux et son désir d’agir pour leur bien à tous égards.

Le chapitre 5 fournit quelques détails montrant que la congrégation est devenue laxiste envers le péché. À l’instar de beaucoup de soi-disant chrétiens, de nos jours, les membres de l’Église de Corinthe pensaient qu’être « chrétiens », c’était tolérer le péché au lieu de le traiter comme Dieu le veut. Paul cite l’exemple d’un membre de la congrégation qui avait des rapports illicites avec sa belle-mère.

La congrégation aurait dû prendre les mesures qui s’imposaient. Or, elle avait fermé les yeux et avait même éprouvé une certaine fierté à ne rien faire, se trouvant ainsi plus spirituelle. Cependant, le seul moyen de traiter le péché est de s’en repentir et de l’ôter de nos vies (Actes 17:30).

Le chapitre 6 traite de la nécessité, pour les membres, de résoudre leurs conflits chrétiennement et non devant des tribunaux ; d’être spirituellement pur, peu importe le degré de corruption et de vulgarité de la culture environnante. Il est écrit, au verset 18, « Fuyez la débauche ». Il est clair, d’après la Bible, que toute activité sexuelle en dehors du mariage – pour l’homme comme pour la femme – est un péché.

Le chapitre 7 contient des réponses à des questions sur le mariage, la séparation et le divorce entre croyants. Paul fournit aussi aux  membres, aux versets 25 à 40, quelques conseils pour ceux qui souhaitent se marier, à une époque de dure persécution contre l’Église. Il conseille aux célibataires, désirant se marier, de bien réfléchir vu les temps difficiles qu’ils traversent, mais il précise au verset 28 que s’ils se marient, ce n’est pas un péché.

Le chapitre 8 offre une réponse à une question que les membres ont posée à propos de la consommation de viandes sacrifiées à des idoles. Certains membres pensaient qu’il était mal de manger de la viande qui avait été utilisée dans des rites païens (courants à l’époque), tandis que d’autres membres n’y voyaient aucun inconvénient. Paul leur dit de ne pas offenser ceux qui ne pensaient pas comme eux.

Le chapitre 9, dans le contexte de leur question, comprend un passage sur la dîme. Paul montre que le ministère, d’après la loi de Dieu, doit être supporté par les dîmes du peuple. Paul a choisi de ne pas être supporté par les membres de l’Église de Corinthe, bien qu’il lui ait été permis, d’après la loi divine, d’utiliser leurs dîmes. Il a basé sa décision sur l’attitude de quelques-uns (2 Corinthiens 11:7-12; 12:11-13), bien qu’il ait été soutenu par les dîmes dans d’autres congrégations.

Le chapitre 10 explique que si Dieu nous a révélé Sa vérité, cela ne garantit pas qu’Il va continuer de nous accepter si nous nous détournons de Lui. Paul cite l’exemple des anciens Israélites dont le comportement ne plut pas à l’Éternel. Puis il conclut sa réponse à la question relative à la consommation de viandes sacrifiées à des idoles.

Le chapitre 11 parle des voiles qu’on place sur sa tête, de la chevelure et de sa longueur appropriée. (Nous vous proposons à cet effet notre article intitulé « Les femmes doivent-elles se couvrir la tête à l'Église ? »)

Notre valeur réelle aux yeux de Dieu est celle de notre caractère, dont le trait le plus important est l’amour – un sincère souci du bien-être des autres. Paul fournit en outre des directives sur la manière de célébrer la Pâque sous la Nouvelle Alliance. Nous devons imiter l’exemple fourni par Jésus lors de la dernière Pâque qu’Il célébra avec Ses disciples. Nous devons à présent prendre du pain sans levain et du vin – symboles de Son corps et de Son sang. Bien que Jésus ait changé les symboles de cette cérémonie, il est clair que la Pâque et les autres Fêtes bibliques doivent toujours être observées, même si certains symboles sont différents.

Le chapitre 12 parle des dons spirituels et décrit l’Eglise par une analogie : celle du corps humain. Chaque membre, comme chaque partie du corps, joue un rôle dans le bon fonctionnement de l’ensemble.

Le chapitre 13 est l’un des chapitres les plus connus de la Bible. C’est le chapitre de l’amour (ou charité) cité dans de multiples cérémonies de mariage. Il met l’accent avant tout sur le caractère. La manière dont nous nous comportons dans la vie est bien plus importante que ce que nous possédons ou notre statut social. Aux yeux de Dieu, ce qui compte, c’est notre caractère, et ce qui compte le plus, c’est l’amour, un souci sincère du bien-être d’autrui.

Le chapitre 14 parle en détail des dons spirituels et parle surtout du don des langues. Paul s’inquiétait de ce que les Corinthiens se laissaient emporter à propos des dons spirituels et s’en servaient pour se faire valoir. Il les mit en garde, leur rappelant que Dieu accorde des dons spirituels pour l’accomplissement de Son œuvre et non pour inciter ceux qui les ont à se croire supérieurs. Nous vous proposons à cet effet notre article intitulé Que signifie parler en langues ?.

Le chapitre 15 est l’un des plus encourageants de la Bible. Il y est question de la résurrection, l’ultime potentiel de tout être humain. Au verset 22, Dieu promet que tous les êtres humains revivront un jour. Ce qui est merveilleux, c’est que Dieu souhaite voir tous les êtres humains hériter de la vie éternelle (lire à cet effet notre article Les résurrections de la Bible).

Paul conclut ce chapitre par des propos émouvants et encourageants : « Ainsi, mes frères bien-aimés, soyez fermes, inébranlables, travaillant de mieux en mieux à l’œuvre du Seigneur, sachant que votre travail ne sera pas vain dans le Seigneur » (verset 58).

Le chapitre 16 conclut cette épître par des directives sur une collecte au profit des saints éprouvés de Jérusalem et par un appel final à avoir de l’amour les uns pour les autres et à être unis. « Veillez, demeurez fermes dans la foi, soyez des hommes, fortifiez-vous. Que tout ce que vous faites se fasse avec amour ! » (1 Corinthiens 16:13-14).

Notre responsabilité

Les directives de Paul à la congrégation de Corinthe, données sous l’inspiration divine, développent un certain nombre de traits que les chrétiens devraient avoir. Nous pouvons nous servir de cette lettre, et bien sûr plusieurs autres dans le Nouveau Testament, pour apprendre ce que représente la vérité, selon Dieu.

Il nous incombe à tous non pas d’accepter aveuglément ce qu’on nous dit mais surtout de prendre garde à ne pas nous laisser égarer par des beaux parleurs prétendant représenter Dieu. Étudiez soigneusement les paroles de Paul, réfléchissez à leur sens et demandez à Dieu de vous guider dans la vérité pour hériter tout compte fait de la vie éternelle dans Son royaume.

Ne manquez pas de lire à cet effet nos articles sur les autres Épîtres de Paul.