Le plan de Dieu

Dieu n’a pas terminé Son œuvre créatrice dans le jardin d’Eden. Peut-on comprendre le plan que Dieu est en train de suivre pour achever Sa création ?

Il est écrit : « Dieu dit : Faisons l’homme à notre image, selon notre ressemblance » (Genèse 1:26) Cette courte déclaration nous apprend que la création de notre univers matériel a un but ; qu’elle a été effectuée à dessein. Dieu a en effet prévu que l’homme soit « à Son image ». Ce qui veut dire que la création n’a pas été achevée lors de la création d’Adam et Ève.

Ce plan a-t-il débuté il y a des millions d’années par une lente évolution des humains à partir d’animaux primitifs, ou bien Dieu a-t-Il prévu un laps de temps précis dans lequel Il allait planifier, exécuter, puis achever Ses projets pour l’humanité ?

La Bible –la Parole de Dieu – élucide ces questions et, ce faisant, nous brosse un tableau plus complet des objectifs et du dessein divins pour nous. En effet, Dieu a un plan, et Il souhaite vous le communiquer.

L’époque précédant la création d’Adam

Avant que Dieu ait créé l’homme à Son image, comme l’indique l’Écriture, « Au commencement, Dieu créa les cieux et la terre. La terre était informe et vide ; il y avait des ténèbres à la surface de l’abîme, et l’Esprit de Dieu se mouvait au-dessus des eaux » (Genèse 1:1-2 ; c’est nous qui soulignons, tout au long du présent article). Le registre des fossiles révèle que des créatures vivantes ont apparemment existé sur notre planète pendant plusieurs millions d’années. Mais quand la création d’Adam et Ève a-t-elle eu lieu ?

La Bible ne révèle pas grand-chose sur l’histoire de la Terre avant la création de nos premiers parents. Il est clair que l’humanité telle que nous la connaissons se situe au cœur de l’Écriture et du Plan de Dieu. La Bible fait allusion à une création pré-datant l’apparition d’Adam et Ève. Cette création antérieure est évoquée dans la déclaration « La terre était informe et vide ».

Notre planète était une ruine

Le mot hébreu traduit en français par informe est le mot tohu, et le mot hébreu traduit en français par vide est le mot bohu. Tohu est un mot masculin signifiant informe ou chaotique (Complete Word Study Dictionaries by Eugene E. Carpenter, Warren Baker and Spiros Zodhiates, 2003 [Dictionaire d’études complètes de mots par Eugene E. Carpenter, Warren Baker et Spiros Zodhiates]). Bohu signifie « vide, comme décrivant , par exemple (et superficiellement) une ruine indescriptible… » (Enhanced Strong’s Dictionary, 2011 [Dictionnaire détaillé de Strong]).

Par contraste, contrairement à la ruine décrite dans Genèse 1:2, il est question, dans un autre passage de l’Écriture, d’anges éclatant en chants d’allégresse au spectacle époustouflant de la création de la Terre (Job 38:4-7). Les anges n’ont certainement pas poussé des cris de joie en voyant le chaos décrit dans Genèse 1:2 ! Le confirmant, le prophète Ésaïe a écrit, sous l’inspiration divine, que Dieu a créé la Terre « pour qu’elle ne soit pas déserte [et le mot hébreu traduit en français par déserte est à nouveau le mot tohu] » (Ésaïe 45:18).

L’histoire concise de la Terre débute par une création initiale de l’univers, suivie de ce qu’il est advenu de notre planète (Genèse 1:1-2).

La Bible se concentre principalement sur la recréation, ou le renouvellement, de la Terre pour l’humanité, et ce qui se produit ensuite. La Bible se concentrant sur le Plan de Dieu pour l’homme – plutôt que sur ce qui s’est passé avant l’apparition d’Adam – nous devrions faire de même. Quand le Projet divin a-t-il débuté, et quand doit-il prendre fin ?

Le cycle de la semaine

Un examen plus approfondi du premier chapitre de la Genèse établit une chronologie intéressante. Notez que la tâche divine, pour ce qui est de la création physique, dura six jours – l’apothéose de cette dernière, la création de l’homme, ayant eu lieu le sixième jour : « Dieu dit : Faisons l’homme à notre image, selon notre ressemblance… Dieu vit tout ce qu’il avait fait et voici, cela était très bon. Ainsi, il y eut un soir, et il y eut un matin : ce fut le sixième jour » (Genèse 1:26, 31).

Notez que la Création comportait un élément spirituel. Les êtres humains ont été créés physiques, et pourtant, Dieu précise qu’Il les a créés « à Son image » – ce qui sous-entend un aspect spirituel. Par conséquent, l’œuvre créatrice de Dieu n’a pas été achevée lors de la création d’Adam et d’Ève. L’aspect spirituel de cette création sous-entend un processus qui allait se poursuivre au-delà de la création physique des humains.

Dieu a béni le septième jour

Poursuivant notre examen du récit de la Genèse, nous remarquons qu’Il y a autre chose que Dieu a fait : « Ainsi furent achevés les cieux et la terre, et toute leur armée. Dieu acheva au septième jour son œuvre, qu’il avait faite : et il se reposa au septième jour de toute son œuvre, qu’il avait faite. Dieu bénit le septième jour, et il le sanctifia, parce qu’en ce jour il se reposa de toute son œuvre qu’il avait créée en la faisant » (Genèse 2:1-3).

Ce jour-là, Dieu Se reposa non pas parce qu’Il était fatigué, mais pour faire du septième jour un jour saint ou sacré. Le sabbat devrait être consacré au repos et au culte. C’est là un élément clé dans la création divine consistant à créer l’homme à l’image spirituelle de son Créateur.

Des concepts-clés

Pour résumer, un examen de la semaine de la Création révèle deux concepts clés :

  • Nous autres humains, devrions travailler six jours, et nous reposer le jour du sabbat, comme Dieu le fit pour nous montrer un merveilleux exemple !
  • Le modèle hebdomadaire de sept jours symbolise également quelque chose de plus profond au sujet du plan d’ensemble accompli par Dieu en l’homme. Le Christ a inspiré l’apôtre Pierre de nous aider à comprendre à quel point Dieu mesure le temps différemment de nous : « Il est une chose, bien-aimés, que vous ne devez pas ignorer, c’est que, devant le Seigneur, un jour est comme mille ans, et mille ans sont comme un jour » (2 Pierre 3:8).

Apparemment, le plan de Dieu pour l’homme est symbolisé par le cycle de la semaine de sept jours. L’humanité aura suivi ses propres voies pendant six « jours » (ces six jours équivalant à 6 000 ans pour Dieu). Après quoi aura lieu un autre « jour » (un autre millénaire) tenant lieu de sabbat.

Un repos sabbatique à venir

À la lecture du quatrième chapitre de l’Épître aux Hébreux, le sabbat apparaît sous un jour nouveau : « Craignons donc, tandis que la promesse d’entrer dans son repos subsiste encore, qu’aucun de vous ne paraisse être venu trop tard. Car cette bonne nouvelle nous a été annoncée aussi bien qu’à eux ; mais la parole qui leur fut annoncée ne leur servit de rien, parce qu’elle ne trouva pas de la foi chez ceux qui l’entendirent.

« Pour nous qui avons cru, nous entrons dans le repos, selon qu’il dit : Je jurai dans ma colère : Ils n’entreront pas dans mon repos ! Il dit cela, quoique ses œuvres aient été achevées depuis la création du monde [la création physique de l’homme ayant été achevée, mais pas la création spirituelle].

« Car il a parlé quelque part ainsi du septième jour, Et Dieu se reposa de toutes ses œuvres le septième jour. Et ici encore : Ils n’entreront pas dans mon repos ! Or, puisqu’il est encore réservé à quelques-uns d’y entrer, et que ceux à qui d’abord la promesse a été faite n’y sont pas entrés à cause de leur désobéissance, Dieu fixe de nouveau un jour —aujourd’hui — en disant dans David bien longtemps après, comme il est dit plus haut : Aujourd’hui, si vous entendez sa voix, n’endurcissez pas vos cœurs.

« Car, si Josué leur avait donné le repos [Si Dieu avait achevé Son dessein en faisant entrer Israël dans la Terre promise], Dieu ne parlerait pas après cela d’un autre jour. Il y a donc un repos de sabbat réservé au peuple de Dieu. Car celui qui entre dans le repos de Dieu se repose de ses œuvres, comme Dieu s’est reposé des siennes » (Hébreux 4:1-10).

Le mot grec traduit en français par repos est sabbatismos, mot signifiant « un respect du sabbat » (Complete Word Study Dictionaries [Dictionnaire d’étude complète de mots]). Méfiez-vous ! Les auteurs de certains commentaires ajoutent leur propre interprétation sur ce verset. Ils prétendent par exemple que, d’après ce verset, on va au ciel ; or, c’est là tordre ce que le Christ a inspiré !

En somme, d’après l’original grec, le peuple de Dieu, de nos jours, allait toujours observer le jour qu’Il [Dieu] a sanctifié lors de la Création, pour se reposer et pour L’adorer – le septième jour.

Une étude approfondie de Hébreux 4:1-10 révèle plusieurs allusions à trois types de repos : 1) Le sabbat du septième jour ; 2) Le repos qu’Israël aurait dû connaître dans la Terre promise ; et 3) un repos à venir.

Quand ce repos futur aura-t-il lieu, et combien de temps durera-t-il ?

Le repos millénaire

« Et je vis des trônes ; et à ceux qui s’y assirent fut donné le pouvoir de juger. Et je vis les âmes de ceux qui avaient été décapités à cause du témoignage de Jésus et à cause de la parole de Dieu, et de ceux qui n’avaient pas adoré la bête ni son image, et qui n’avaient pas reçu la marque sur leur front et sur leur main. Ils revinrent à la vie, et ils régnèrent avec Christ pendant mille ans » (Apocalypse 20:4).

Saisissez-vous à présent ? Quand l’humanité aura achevé sa « semaine » – ses propres travaux (agissant à sa guise) – elle sera placée sous le gouvernement de Dieu. Ce qui veut dire qu’elle connaitra la vraie paix – le repos – pour la toute première fois dans son histoire. Christ partagera alors Son trône avec les saints ressuscités qui Le seconderont.

Cette période millénaire – ou de 1 000 ans – est une période symbolisée par le sabbat. Elle représente une étape majeure dans le plan divin consistant à achever la création de l’homme devant revêtir spirituellement l’image de son Créateur.

Dieu n’avait pas besoin de six jours

Il va sans dire que Dieu – qui est omnipotent – n’avait pas besoin de six jours pour recréer la terre et la peupler d’animaux et d’êtres humains. Apparemment, s’Il a pris six jours pour le faire, c’était afin d’indiquer à l’homme qu’Il allait lui accorder 6 000 ans pour vaquer à ses affaires, pour agir à sa guise, essayant toutes les formes de gouvernement possibles, créant ses propres religions et créant ses propres cultures – suffisamment de temps pour lui prouver que sans Dieu, les hommes ne pourraient jamais connaître le vrai repos.

Nous ignorons la date précise de la création d’Adam et Ève, mais quand on étudie la chronologie [les généalogies etc.] biblique, on s’aperçoit que cela a eu lieu il y a approximativement 6 000 ans.

Cela signifie que l’époque du retour du Christ et l’établissement du repos millénaire sont imminents. En désignant le septième jour de la Création comme jour de repos, Dieu a voulu, entre autres, préfigurer le millénaire futur de repos que va bientôt connaître l’humanité et lors duquel des millions – voire des milliards – d’individus auront la possibilité de faire partie de Sa famille spirituelle.

Une question lancinante

Qu’adviendra-t-il de tous ceux qui sont morts sans jamais connaître, et encore moins comprendre, le Plan du Tout-Puissant ? Nous savons que le salut (qui sera entièrement achevé quand Dieu changera les croyants en esprits – lorsqu’ils revêtiront intégralement l’image divine) est impossible sans Christ (Actes 4:12). Nous savons en outre que des millions d’individus sont morts sans jamais avoir entendu parler de Christ, et n’ont – de ce fait – jamais été invités par Dieu à revêtir Son image. Et il est écrit que Dieu souhaite que personne ne soit condamné (2 Pierre 3:9).

C’est là une vérité fascinante et très encourageante, que nous vous invitons à explorer en consultant notre article Les résurrections la Bible sur les résurrections mentionnées dans la Bible. Beaucoup de lecteurs de la Bible n’ont jamais compris cette vérité merveilleuse. Il importe que vous sachiez à quel point le plan divin est encourageant en ce sens.