Que représente la Pentecôte ?

La Pentecôte revêt une signification particulière pour beaucoup de croyants dans le monde, issus de milieux divers. Elle marque la fondation de l’Église, l’effusion du Saint-Esprit, et davantage.

La Pentecôte est une fête religieuse célébrée par les catholiques, les protestants, les Juifs et l’Église de Dieu. On ignore souvent son origine et les raisons pour lesquelles ces groupes la célèbrent à des dates différentes.

Au sein du christianisme traditionnel (pour les catholiques comme pour les protestants), la Pentecôte marque l’effusion du Saint-Esprit sur les premiers chrétiens et représente l’anniversaire de la fondation de l’Église du Nouveau Testament.

Certaines Églises, pour des raisons diverses, ne la célèbrent pas. Elles estiment, par exemple, que l’histoire ecclésiastique relate bien trop d’évènements et que les calendriers sont si chargés qu’il est difficile de savoir quelles fêtes observer. Certaines ne la célèbrent pas car tout ce que font les charismatiques – lesquels croient, à tort, qu’il faille recréer les manifestations miraculeuses de la première Pentecôte – les met mal à l’aise. 

Nous examinons, dans le présent article, ce que la Bible révèle à propos de cette fête, et nous élucidons plusieurs des questions s’y rapportant.

Que représentait la Pentecôte, dans l’Ancien Testament ?

La Pentecôte est l’un des Jours saints que Dieu révéla aux anciens Israélites. La liste des sept fêtes de l’Éternel figure au 23e chapitre du Lévitique. Ces fêtes sont la Pâque, la Fête des Pains sans levain, la Fête des semaines (appelée Pentecôte dans le Nouveau Testament), la Fête des Trompettes, le jour des Expiations, la Fête des Tabernacles et le Huitième Jour (ou Dernier Grand Jour).

On pense généralement que ce sont des fêtes juives. Or, si Dieu dit à Israël – dont les Juifs (essentiellement la tribu de Juda) ne représentent qu’une faible partie – de les observer, il importe de bien noter ce qu’Il y précise : « Voici quelles sont mes fêtes » (Lévitique 23:2). Et Moïse de bien préciser à nouveau que ce sont « les fêtes de l’Éternel » (verset 44).

D’après ces passages, la Pentecôte est donc une fête divine. Ces fêtes ne sont pas que pour les Juifs. Ce sont les fêtes de l’Éternel et elles doivent être observées par les enfants  de Dieu, peu importe leur nationalité ou leur ethnicité.

Que signifie Pentecôte, en grec ?

La Pentecôte est unique parmi tous les Jours saints que l’Éternel ordonna à Israël d’observer. C’est le seul jour saint connu des chrétiens, depuis le premier siècle, sous son nom grec – le mot Pentecôte signifiant, en grec, « le cinquantième jour » (Thayer’s Greek Definitions).

 Ce « cinquantième jour » est étroitement lié à cette fête dans l’Ancien Testament – « la fête des semaines » (Exode 34:22 ; Nombres 28:26 ; Deutéronome 16:10) – et il est précisé à quelle date il doit être observé. L’Éternel déclara en effet : « Vous compterez cinquante jours jusqu’au lendemain du septième sabbat » et ce jour devait être « une sainte convocation » (Lévitique 23:16, 21).

La fête des semaines est aussi appelée « la fête de la moisson » dans Exode 23:16 parce qu’elle est liée aux prémices – ou premiers fruits – de la première moisson de l’année, dans le  pays de Canaan.

Comme cela est précisé dans Nombres 28:26, « Le jour des prémices, où vous présenterez à l’Éternel une offrande, à votre fête des semaines, vous aurez une sainte convocation : vous ne ferez aucune œuvre servile ».

La Pentecôte et ses manifestations

Songez aux évènements qui précédèrent la Pentecôte décrite dans le deuxième chapitre des Actes.

Trois jours et trois nuits après avoir été crucifié, Jésus ressuscita des morts et – pendant les 40 jours suivants – apparut de nombreuses fois à Ses disciples (Actes 1:3). En plus de leur avoir parlé du Royaume de Dieu, Jésus leur dit de rester à Jérusalem quelque temps car « dans peu de jours, vous serez baptisés du Saint-Esprit » (Actes 1:4-5).

Au-delà de ces 40 jours, alors que les disciples s’assemblaient à Jérusalem pour y célébrer la Pentecôte, Jésus tint Sa promesse qu’ils allaient être « revêtus de la puissance d’en haut » (Luc 24:49). Le Saint-Esprit descendit en effet sur eux sous la forme de langues de feu et ils se mirent à parler dans des langues diverses (Actes 2:3-4).

Ces évènements impressionnants, en cette Pentecôte de l’an 31, inaugurèrent la création de l’Église du Nouveau Testament. Ce jour-là, 3 000 autres personnes furent touchées par le puissant message de l’apôtre Pierre, se repentirent de leurs péchés,  se firent baptiser et reçurent le Saint-Esprit.

À partir de ces débuts étonnants, l’Église de Dieu se développa rapidement dans tout l’empire romain.

Ce que la Pentecôte représente

La Pentecôte est une fête qui commémore la fondation de l’Église de Dieu dans le Nouveau Testament, mais elle nous rappelle surtout que le Saint-Esprit est dorénavant disponible pour tous ceux qui se repentent de leurs péchés, se font baptiser et obéissent à Dieu (Actes 5:32).

Comme Pierre l’a précisé il y a près de 2 000 ans : « Que chacun de vous reçoive le baptême au nom de Jésus-Christ pour le pardon de ses péchés, et vous recevrez le don de l’Esprit saint » (Actes 2:38 ; Nouvelle Bible Segond).

Néanmoins, ce n’est pas tout. La Pentecôte révèle aussi une autre vérité importante, souvent ignorée du fait qu’on ne comprend pas le plan de salut divin de l’humanité se déroulant en plusieurs étapes.

La présence de prémices faisait partie intégrante de cette fête, non seulement dans l’Ancien Testament mais aussi à présent. Pour que des êtres humains puissent se repentir de leurs péchés et recevoir le Saint-Esprit, Dieu doit d’abord les appeler. Ceux qui répondent à Son appel deviennent des chrétiens ayant le potentiel de recevoir la vie éternelle.

Ceux que Dieu appelle dans l’ère présente et qui répondent à Son appel sont appelés, dans la Bible, « les prémices » de Son plan de salut pour l’humanité. Ils jouent un rôle dans la préparation d’une moisson future énorme d’êtres humains.

Notre Dieu miséricordieux, qui souhaite que tous soient sauvés, a prévu d’appeler les êtres humains à plusieurs époques – en plusieurs étapes – pour leur offrir la possibilité d’être sauvés. Et c’est Lui qui décide quand chaque personne est appelée et peut être sauvée.

Pour en savoir plus sur cette étonnante vérité, lire notre brochure gratuite intitulée Des jours fériés aux jours saints : le plan divin pour vous.

Le calcul de la date de la Pentecôte

La Pentecôte est célébrée par diverses religions sous des noms différents, on lui attribue des sens différents, et on l’observe à différentes dates.

Les Juifs observent Chavouot le 6 Sivan, d’après le calendrier hébreu.

Le christianisme traditionnel observe la Pentecôte 50 jours après le dimanche de Pâques, incluant ces deux jours.

L’Église de Dieu observe ce jour saint 50 jours à partir du dimanche tombant lors de la fête des Pains sans levain.

Pourquoi ces différences dans le calcul de la date de cette fête ?

La manière dont les plupart des Églises calculent la date de la Pentecôte

La raison pour laquelle le christianisme traditionnel célèbre la Pentecôte à la date où elle le fait est bien connue des férus d’histoire. Cela est lié à son rejet de la Pâque biblique au profit des Pâques romaines.

Le christianisme traditionnel  a en effet rejeté le christianisme original fondé par Jésus et Ses disciples, a rejeté la Pâque (singulier) biblique et a décidé d’observer les Pâques (pluriel) le jour d’Ishtar (de la déesse païenne du printemps et de la fertilité, Astarté – en anglais : Easter). Et il a  changé son nom et sa signification.

Bien qu’il n’y ait aucune directive biblique  ordonnant aux chrétiens  d’observer les Pâques, les dirigeants de l’Église romaine ont décidé d’observer le dimanche de Pâques en l’honneur de la résurrection de Jésus, au lieu d’observer la Pâque biblique commémorant Sa mort.

L’Église de Rome a adopté une méthode de calcul pour la date des Pâques s’assurant que ces dernières ne tombent pas le même jour que la Pâque biblique. Même si ce n’était pas son intention, au départ, l’Église catholique – par divers autres décrets – montre clairement que son antisémitisme l’a fortement poussée à abandonner le samedi comme jour de culte et la célébration de la Pâque le 14e jour du premier mois du calendrier hébreu (Lévitique 23:5). Ses fondateurs méprisaient les Juifs et ne voulaient pas que leur religion ressemble à celle de ces derniers.

La manière dont la plupart des Juifs calculent la date de la Pentecôte (Chavouot)

Les saducéens – qui étaient membres de la secte sacerdotale – étaient responsables du temple et du culte qui y était pratiqué. Néanmoins, comme l’explique l’Encyclopaedia Britannica, « les sadducéens et les pharisiens s’opposaient continuellement, non seulement pour une foule de détails sur les rituels et la Loi, mais surtout à propos du contenu et de l’ampleur de la révélation divine au peuple juif » (rubrique Sadducee ; c’est nous qui traduisons).

Mis à part leurs différences d’opinions sur la résurrection, les anges et les esprits (Actes 23:8), ces sectes adverses ne s’accordaient pas sur les instructions sur le calcul de la date de la Pentecôte fournies dans le 23e chapitre du Lévitique.

D’après l’Encyclopaedia Judaica, « les sadducéens (et par la suite les Karaïtes) ont pris le terme « sabbat », dans ces versets [Lévitique 23:11, 15-16] à la lettre ; par conséquent, pour eux, Chavouot tombe toujours un dimanche » (1971, vol. 14, p.319, rubrique « Chavouot »).

Néanmoins, après la destruction du temple de Jérusalem, en 70 de notre ère, les croyances des pharisiens sont devenues les enseignements prédominants dans le judaïsme. La manière dont les Juifs calculent à présent la date de Chavouot consiste à compter 50 jours à partir du sabbat annuel qu’est la Pâque (laquelle, pour les Juifs, est le premier jour de la fête des Pains sans levain). De ce fait, elle tombe tous les ans à la date fixe du 6 Sivan.

La manière dont l’Église de Dieu calcule la date de la Pentecôte

L’Église de Dieu suit scrupuleusement l’instruction biblique fournie dans Lévitique 23:6 qui dit : « Vous compterez cinquante jours jusqu’au lendemain du septième sabbat ».

Le mot « sabbat », dans ce verset, s’appliquant clairement au sabbat hebdomadaire plutôt qu’à un sabbat annuel (une fête), nous compenons, le sabbat tombant avant le décompte des 50 jours doit inévitablement être un sabbat hebdomadaire et non un sabbat annuel.

L’Église de Dieu note en outre que si Dieu avait voulu que la Fête des semaines (connue à présent sous le nom de Pentecôte) soit célébrée à une date fixe (le 6 Sivan), Il aurait inspiré que cette date soit enregistrée dans les Écritures. Les autres jours saints tombent à des dates fixes, et la Pentecôte aurait pu, elle aussi, tomber à une date fixe, si c’était ce que Dieu avait voulu.

Or, l’Écriture insiste sur le fait que, chaque année, la date de la Pentecôte doit être calculée. Cela est dû au fait que le jour de la semaine, où les jours des Pains sans levain débutent, varie d’une année sur l’autre. En comptant inclusivement 50 à partir du dimanche tombant pendant les Pains sans levain (comme l’indique l’Écriture), la Pentecôte tombe toujours un dimanche.

Que représente la Pentecôte pour vous ?

Ceux qui célèbrent les sept fêtes de l’Éternel et se remémorent chaque année leur symbolisme ne cessent de leur trouver une signification plus profonde. D’après la Bible, cette année (en 2020), la Pentecôte a lieu le 31 mai.

Quelle signification cette fête de l’Éternel va-t-elle revêtir pour vous, cette année ? Nous vous encourageons à lire notre article « Le miracle et la signification de la Pentecôte ».