Que représente le levain, dans la Bible ?

Qu’est-ce que le levain? C’est une question assez facile. Ce que le levain représente dans le plan de salut est plus complexe et remarquable.

On se sert de levure, ou de levain, pour faire lever la pâte à pain. Mais que symbolise le levain, dans la Bible ?

La plupart des pains, des biscuits et des craquelins, comme l’indiquent généralement les étiquettes des emballages dans lesquels ils sont vendus, contiennent un type de levain (ou levure). Ce dernier fait lever la pâte. Et sans doute serez-vous surpris d’apprendre ce qu’il symbolise, dans la Bible. Un produit aussi courant peut-il servir d’illustration dans une métaphore spirituelle dont Se sert Dieu dans une sainte célébration de sept jours ordonnée par Lui ?   

Assurément oui ! Dans Lévitique 23:4-8, Dieu nous ordonne de célébrer sept jours, au printemps dans l’hémisphère nord (dans le premier mois de l’année du calendrier hébreu), lors desquels tout levain doit être proscrit, et lors desquels la consommation de pains sans levain revêt un sens spirituel profond. Hélas, cette célébration – et les autres « fêtes de l’Éternel » dont il est question dans ce chapitre, sont de nos jours généralement ignorées.

Bien que ce passage se trouve dans l’Ancien Testament, ces fêtes étaient observées par l’Eglise primitive, dans le Nouveau Testament. Plus de 20 ans après la mort et la résurrection de Christ, l’apôtre Paul dit à la congrégation païenne de Corinthe de célébrer les Jours des Pains sans levain. Il expliqua même leur application spirituelle aux chrétiens, sous la Nouvelle Alliance (1 Corinthiens 5:6-8).

Que représente donc le levain ?

D’après le dictionnaire, le levain est une « culture de micro-organismes, utilisés pour faire fermenter un aliment, notamment la pâte à pain ; au sens figuré germe d'une passion, d'une action, etc. » (le dictionnaire.com) et par  extension, « cause de quelque maladie comparée à une fermentation. Ce mal-là ne se guérit jamais si bien qu'il n'en reste quelque levain » (disco-définitions.com).

Il faut entendre par « levain » toute levure et tout agent chimique comme le bicarbonate de soude et le bicarbonate de potassium.

(On pense parfois que la levure de bière, l’extrait de levure, la levure de torula, l’extrait de levure autolysée, la crème de tartare et l’amidon de maïs sont des agents levants. Ce n’est pas le cas).

Pourquoi Dieu Se sert-Il du levain comme élément important dans des jours particuliers qui – à Ses yeux – sont des jours saints ? Le levain est un produit ordinaire connu de pratiquement tout foyer, et que nous ingérons, en occident, quasiment tous les jours. Quelle leçon spirituelle Dieu veut-Il nous enseigner en en faisant un symbole ? Pour répondre à cette question, il importe de consulter l’histoire pour bien situer le contexte.

L’histoire ancienne d’Israël

La Bible retrace l’histoire de l’ancienne nation d’Israël – des descendants du croyant Abraham – à qui Dieu révéla Sa loi au mont Sinaï. Leurs ancêtres étaient venus en Égypte pour échapper à une terrible famine, et y étaient restés. Au bout d’un certain temps, ils étaient devenus esclaves. Ils attendaient un libérateur capable de les délivrer de leur servitude et de les conduire dans la Terre promise – pays que l’Éternel avait promis à Abraham.

Moïse avait été désigné pour les faire sortir d’Égypte ; et après une série de fléaux envoyés par Dieu – y compris la mort de tous les premiers-nés des Égyptiens – Pharaon avait fini par les laisser partir. Ils étaient partis de nuit, en hâte, prenant leur pâte à pain mais ne lui permettant pas de lever (Exode 12:33-34).

Ils étaient enfin libérés de l’esclavage et de l’oppression de l’Égypte.

Célébrant leur sortie d’Égypte avec des pains sans levain

Dieu donna à Moïse des directives précises relatives à la manière dont les Israélites devaient quitter l’Égypte. Il leur avait expliqué qu’ils devaient commémorer leur exode hors de l’Égypte en observant sept jours sans levain, en tant que fête.

« Vous conserverez le souvenir de ce jour, et vous le célébrerez par une fête en l’honneur de l’Eternel ; vous le célébrerez comme une loi perpétuelle pour vos descendants.  Pendant sept jours, vous mangerez des pains sans levain. Dès le premier jour, il n’y aura plus de levain dans vos maisons ; car toute personne qui mangera du pain levé, du premier jour au septième jour, sera retranchée d’Israël. Le premier jour, vous aurez une sainte convocation ; et le septième jour, vous aurez une sainte convocation. On ne fera aucun travail ces jours-là ; vous pourrez seulement préparer la nourriture de chaque personne.

« Vous observerez la fête des pains sans levain, car c’est en ce jour même que j’aurai fait sortir vos armées du pays d’Egypte ; vous observerez ce jour comme une loi perpétuelle pour vos descendants.

« Le premier mois, le quatorzième jour du mois, au soir, vous mangerez des pains sans levain jusqu’au soir du vingt et unième jour. Pendant sept jours, il ne se trouvera point de levain dans vos maisons ; car toute personne qui mangera du pain levé sera retranchée de l’assemblée d’Israël, que ce soit un étranger ou un indigène. Vous ne mangerez point de pain levé ; dans toutes vos demeures, vous mangerez des pains sans levain » (Exode 12:14-20).

Le levain représente le péché

La libération, des Israélites, de la servitude de l’Égypte, était symbolique de quelqu’un qui échappe à l’esclavage du péché. Comme l’a expliqué Paul, « Mais grâces soient rendues à Dieu de ce que, après avoir été esclaves du péché, vous avez obéi de cœur à la règle de doctrine dans laquelle vous avez été instruits. Ayant été affranchis du péché, vous êtes devenus esclaves de la justice » (Romains 6:17-18). 

Dieu Se soucie davantage de ce que nous apprenions à vivre pieusement, plutôt que de la manière dont nous préparons notre pain. En revanche, Il nous enseigne des leçons par des exemples physiques ou des analogies, pour nous aider à mieux comprendre.

Notez comment ce principe est évoqué par Paul : « C’est bien à tort que vous vous glorifiez. Ne savez-vous pas qu’un peu de levain fait lever toute la pâte ? Faites disparaître le vieux levain, afin que vous soyez une pâte nouvelle, puisque vous êtes sans levain, car Christ, notre Pâque, a été immolé. Célébrons donc la fête, non avec du vieux levain, non avec un levain de malice et de méchanceté, mais avec les pains sans levain de la pureté et de la vérité » (1 Corinthiens 5:6-8).

La Fête des Pains sans levain revêt toujours une importance signification, de nos jours ; Dieu continue de nous enseigner, par sa célébration, une importante leçon spirituelle.

Le levain symbolise l’hypocrisie

Christ ne tolérait guère les dirigeants religieux de Son temps qui se faisaient passer pour justes et qui, pourtant, ne se souciaient guère de leur prochain et ne faisaient pas preuve d’amour, de miséricorde et de bienveillance. Dans Matthieu 23, Il les traite d’hypocrites conscients de leurs fautes.

Il avait averti Ses disciples d’éviter ce genre de comportement, en se servant du levain comme métaphore pour celui-ci : « Les disciples, en passant sur l’autre bord, avaient oublié de prendre des pains. Jésus leur dit : Gardez-vous avec soin du levain des pharisiens et des sadducéens. Les disciples raisonnaient en eux-mêmes, et disaient : C’est parce que nous n’avons pas pris de pains.

« Jésus, l’ayant su, dit : Pourquoi raisonnez-vous en vous-mêmes, gens de peu de foi, sur le fait que vous n’avez pas pris de pains ? Etes-vous encore sans intelligence, et ne vous rappelez-vous plus les cinq pains de cinq mille hommes et combien de paniers vous avez emportés, ni les sept pains des quatre mille hommes et combien de corbeilles vous avez emportées ? Comment ne comprenez-vous pas que ce n’est pas au sujet de pains que je vous ai parlé ? Gardez-vous du levain des pharisiens et des sadducéens.

« Alors ils comprirent que ce n’était pas du levain du pain qu’il avait dit de se garder, mais de l’enseignement des pharisiens et des sadducéens » (Matthieu 16:5-12).

Le levain représente la désobéissance

L’apôtre Paul fit également allusion au levain quand il parla aux Galates de l’obéissance aux lois divines. Il y en avait qui tordaient la grâce de Dieu en disant qu’elle nous autorise à pécher. Paul expliqua qu’une petite déformation de la vérité peut mener à beaucoup de confusion et à une grave séduction.

« Vous couriez bien : qui vous a arrêtés pour vous empêcher d’obéir à la vérité ? Cette influence ne vient pas de celui qui vous appelle. Un peu de levain fait lever toute la pâte. J’ai cette confiance en vous, dans le Seigneur, que vous ne penserez pas autrement. Mais celui qui vous trouble, quel qu’il soit, en portera la peine » (Galates 5:7-10).

Le péché est décrit comme ressemblant au levain qui se répand dans la pâte à pain – et dans ce cas, aux autres chrétiens. Dieu n’a que faire de ceux qui fourvoient les gens et les empêchent de comprendre et d’observer Sa parole.

Êtes-vous « levé »?

La question que vous devez vous poser, d’après la Bible, est la suivante : « Suis-je levé ? » (Y a-t-il en moi du levain ?)

Autrement dit, aux yeux de Dieu, est-ce que je mène une vie qui me pousse à pécher ? Ai-je appris à adorer Dieu « avec les pains sans levain de la pureté et de la vérité » (1 Corinthiens 5:8), ou suis-je un hypocrite, péchant aux yeux de Dieu ? Suis-je spirituellement « sans levain » ? Ne devrais-je pas observer les Jours saints divins, chargés de sens – y compris la Fête des Pains sans levain ?