Le christianisme à l'œuvre : Votre nom est-il inscrit dans le livre de vie ?

La Bible a fort à dire sur ceux qui ne figureront pas dans le livre de vie et ne seront pas dans le Royaume de Dieu. En faites-vous partie ? Et si c’est le cas, que pouvez-vous y changer ?

Il serait difficile de surestimer la miséricorde divine. De la première à la dernière page de la Bible, la miséricorde de notre Créateur court en filigrane dans les paraboles de la Bible, dans ses récits historiques, dans ses psaumes de louanges, dans ses épîtres et dans toutes les proclamations divines.

Un Dieu de miséricorde

La miséricorde divine est la seule raison pour laquelle vous et moi avons l’occasion de nous engager dans la voie chrétienne. Nous ne méritons pas la connaissance de la vérité. Nous n’avons pas été libérés, de l’amende de la peine de mort encourue par le péché, à la suite de quelque hasard cosmique ou d’un coup de chance. Il ne nous est pas donné d’entrer dans le Royaume de Dieu parce que nous sommes importants ou indispensables dans l’accomplissement du plan d’ensemble.

« Dieu, qui est riche en miséricorde, à cause du grand amour dont il nous a aimés, nous qui étions morts par nos offenses, nous a rendus vivants avec Christ […] Car c’est par la grâce que vous êtes sauvés, par le moyen de la foi. Et cela ne vient pas de vous, c’est le don de Dieu. Ce n’est point par les œuvres, afin que personne ne se glorifie » (Éphésiens 2:4-5, 8-9).

Dans le livre des Psaumes, le mot « miséricorde » apparaît dans 100 versets différents dans 49  psaumes.

« La bonté de l’Éternel dure à jamais pour ceux qui le craignent, et sa miséricorde pour les enfants de leurs enfants » (Psaume 103:17).

« O Dieu ! aie pitié de moi dans ta bonté ; selon ta grande miséricorde, efface mes transgressions » (Psaume 51:3).

« Louez l’Éternel, car il est bon, car sa miséricorde dure à toujours ! » (Psaume 118:29).

L’enseignement de Jésus sur la miséricorde divine

Lors de Son ministère terrestre, Jésus mit l’accent sur cet aspect du caractère de Dieu, dans Sa parabole du fils prodigue, qui revient vers son père après avoir pris, pendant des années, de mauvaises décisions, et qui est pardonné au lieu d’être rejeté (Luc 15:11-32) ; dans la parabole de la brebis perdue que le berger se donne grande peine à retrouver (Matthieu 18:11-14) ; dans Sa lamentation de voir la nation juive dans l’état où elle se trouve – « Jérusalem, Jérusalem, qui tues les prophètes et qui lapides ceux qui te sont envoyés, combien de fois ai-je voulu rassembler tes enfants, comme une poule rassemble ses poussins sous ses ailes, et vous ne l’avez pas voulu ! » (Matthieu 23:37).

Nul ne peut nier que Dieu est patient et miséricordieux « ne voulant pas qu’aucun périsse, mais voulant que tous arrivent à la repentance » (2 Pierre 3:9).

Qu’adviendra-t-il de ceux qui ne seront pas inscrits dans le livre de vie ?

Dieu est patient et miséricordieux, néanmoins…

Il est clair, d’après la Bible, que certains périront. D’après l’apôtre Jean, qui vit les dernières étapes du plan divin se dérouler dans une vision,  « quiconque ne fut pas trouvé écrit dans le livre de vie fut jeté dans l’étang de feu » (Jean 20:15).

La patience divine a ses limites.

La Bible révèle deux vérités capitales à propos de ce verset inquiétant de l’Apocalypse.

L’immense majorité des êtres humains ayant jamais vécu n’ont jamais compris Dieu, Sa ligne de vie, ni leur potentiel d’enfants de Dieu. La plupart des êtres humains ont été (et continuent d’être) spirituellement aveuglés et Dieu n’a pas encore ôté ce voile de devant leurs yeux (Ésaïe 25:7 ; 2 Corinthiens 3:12-18).

Ce voile va être ôté. Un jour, tous les êtres humains – y compris ceux étant morts dans les millénaires précédant le nôtre – auront l’occasion d’apprendre la voie divine et de la pratiquer, de se repentir de leurs péchés et de jouir personnellement de la miséricorde divine dans leurs vies. Pour de plus amples détails, lire à cet effet notre article « Le Dernier Grand Jour : la récolte finale »).

Puis viendra l’étang de feu.

Dans le Royaume, finies les douleurs, plus de péché !

Dieu souhaite que tous parviennent à la repentance, mais Il sait aussi que certains ne se repentiront pas. En fin de compte, même une fois que le voile d’endurcissement aura été ôté de leurs yeux et qu’ils comprendront la vérité, certains refuseront de renoncer au péché et diront – en voyant la voie parfaite de Dieu – « Je préfère agir à ma guise ! »

Le péché cause bien des douleurs et la souffrance, et il fait toujours mal. Dieu refuse de l’admettre dans Son règne. Dans Son Royaume, « Il essuiera toute larme de leurs yeux, et la mort ne sera plus ; il n’y aura plus ni deuil, ni cri, ni douleur, car les premières choses ont disparu » (Apocalypse 21:4) – ce qui ne sera possible que lorsque tout péché aura été éliminé. Tant que le péché existe, le chagrin, l’affliction et les souffrances sont inévitables. De ce fait, dans le dernier chapitre de la Bible, Dieu nous laisse avec une promesse et un avertissement :

« Heureux ceux qui observent ses commandements, afin d’avoir droit à l’arbre de vie, et d’entrer par les portes dans la ville ! Mais dehors seront les impudiques, les empoisonneurs, les fornicateurs, les meurtriers, les idolâtres, et quiconque aime et pratique le mensonge » (Apocalypse 22:14-15 ; version Ostervald).

Seront dans le Royaume ceux qui se sont repentis de leurs péchés et se sont consacrés à vivre dans les limites de la loi divine. En seront exclus ceux qui s’accrochent au péché ; eux et leurs styles de vie corrompus seront définitivement éliminés dans l’étang de feu, détruits à jamais.

Quels noms sont inscrits dans le livre de vie ?

Il est difficile, quand on est chrétien, de ne pas se demander si l’on va être ou non inscrit dans le livre de vie ; difficile de ne pas se dire : « Et si j’ai trop péché ? Et si je n’ai pas suffisamment vaincu mes défauts, éliminé mes fautes ? Vais-je être exclu ? Le Royaume va-t-il m’être refusé ?

Si vous vous le demandez, vous n’êtes pas le premier à le faire, ni le dernier. C’est quelque chose dont nous nous soucions tous plus ou moins. Jésus a donné plusieurs paraboles où il est écrit : « Il y aura des pleurs et des grincements de dents » à propos de ceux qui refusent d’assumer leurs responsabilités (Matthieu 13:42 ; 22:13 ; 24:51 ; 25:30). Il est facile d’imaginer qu’on s’est relâché sans même s’en rendre compte – de se demander si l’on ne s’est pas égaré hors des frontières du Royaume.

Examinez de plus près ces paraboles. Qui sont ceux qui vont être châtiés ? « Les fils du malin » (Matthieu 13:38) ; l’invité méprisant qui n’a pas revêtu un habit de noces ; le serviteur méchant et tel autre, paresseux. Ce ne sont pas des rôles qu’on finit par remplir sans le faire exprès, mais qu’on remplit de son plein gré. Ces paraboles ne condamnent pas ceux qui essaient, mais trébuchent, mais ceux qui cessent d’essayer et qui, dans bien des cas, s’opposent ouvertement à Dieu.

Cela vous décrit-il ? J’en doute fort. J’ai le sentiment que vous cherchez à plaire à Dieu ; sinon, vous ne liriez pas cet article. Vous êtes un chrétien en herbe, ce qui veut dire que vous échouez probablement plus que vous le voudriez (et dans ce cas, vous êtes des nôtres !), mais s’il vous arrive de chuter, cela ne veut pas dire que vous n’essayez pas.

Et ce qui compte, c’est de continuer à faire des efforts. Vous repentez-vous ? Faites-vous des efforts ? Vous forcez-vous à vous améliorer ? Avez-vous des objectifs spirituels que vous vous efforcez d’atteindre ?

Voici ce qu’il faut savoir à propos du livre de vie : Les personnes dont le nom n’y sera pas inscrit sont celles qui ne souhaitent pas l’être. Celles qui ne sont pas disposées à se repentir et à changer, même lorsqu’elles auront été confrontées à la vérité divine. Celles qui refusent de faire un effort. Par leurs actions, elles auront dit à Dieu : « Ce que tu m’offres ne m’intéresse pas ; je préfère continuer à pécher plutôt que de vivre à ta manière, et je refuse de changer. »

Si c’est notre attitude et si nous refusons de changer, nous pouvons être certains que nous ne serons pas inscrits dans le livre de vie et ne serons pas dans le Royaume de Dieu. Par contre, si telle n’est pas notre attitude ; si nous sommes simplement des êtres imparfaits qui fautent et se débattent avec leur nature humaine mais essaient de rechercher Dieu et de Lui obéir, nous n’avons pas besoin d’avoir peur.

Dieu veut inscrire votre nom dans l’arbre de vie

Notre place dans le livre de vie et dans le Royaume de Dieu nous est réservée grâce à la miséricorde divine : « Car c’est par la grâce que vous êtes sauvés, par le moyen de la foi. Et cela ne vient pas de vous, c’est le don de Dieu. Ce n’est point par les œuvres, afin que personne ne se glorifie » (Éphésiens 2:8-9).

Nul parmi nous n’a la force d’ouvrir les portes du Royaume, mais la grâce divine, que nous ne méritons pas, les ouvre pour nous en grand. C’est par la grâce de Dieu que nous pouvons être purifiés quand nous chutons. C’est par Sa grâce que nous sommes justifiés à Ses yeux. Et c’est par Sa grâce que – de la périphérie du Royaume – nous pénétrerons dans ce Royaume et entrerons dans la famille divine.

Jésus a dit à Ses disciples : « Ne crains point, petit troupeau ; car votre Père a trouvé bon de vous donner le royaume » (Luc 12:32).

Il est difficile de surestimer la miséricorde divine. De la première à la dernière page de la Bible, elle court en filigrane, nous rappelant que – si nous sommes disposés à suivre notre Créateur – rien au monde ne pourra nous empêcher de franchir les portes du Royaume de Dieu et d’y entrer.