Le christianisme à l’œuvre : Qu’est-ce qui est vraiment trop païen ?

En tant que chrétiens, quelle optique devrions-nous adopter à l’égard d’une activité, d’une tradition ou d’un objet d’origine païenne ? La Bible nous dit clairement que faire.

Aïe ! Ce que vous aimez a une origine païenne !

Pire : Pratiquement tout a une origine païenne.

Quelle réaction Dieu veut-il que vous ayez ?

« Garde-toi de t’informer de leurs dieux »

Peu avant que les Israélites entrent dans la terre promise, Dieu leur lança l’avertissement suivant : « Lorsque l’Éternel, ton Dieu, aura exterminé les nations que tu vas chasser devant toi, lorsque tu les auras chassées et que tu te seras établi dans leur pays, garde-toi de te laisser prendre au piège en les imitant, après qu’elles auront été détruites devant toi. Garde-toi de t’informer de leurs dieux et de dire : Comment ces nations servaient-elles leurs dieux ? Moi aussi, je veux faire de même.

« Tu n’agiras pas ainsi à l’égard de l’Éternel, ton Dieu ; car elles servaient leurs dieux en faisant toutes les abominations qui sont odieuses à l’Éternel, et même elles brûlaient au feu leurs fils et leurs filles en l’honneur de leurs dieux » (Deutéronome 12:29-31).

La terre promise était remplie de nations païennes qui adoraient de faux dieux, en l’honneur desquels ses habitants « servaient leurs dieux en faisant toutes les abominations qui sont odieuses à l’Éternel » (verset 31), y compris le sacrifice rituel de leurs propres enfants. Dieu ne mâcha pas ses mots ; il fit savoir aux Israélites que ces pratiques religieuses étrangères étaient totalement incompatibles avec le culte du vrai Dieu. Adorer Dieu, c’est l’adorer comme il veut que nous l’adorions. « Vous observerez et vous mettrez en pratique toutes les choses que je vous ordonne ; vous n’y ajouterez rien, et vous n’en retrancherez rien » (verset 32).

Le problème, avec Noël et Pâques

Les chrétiens qui étudient des passages comme ceux ci-dessus comprennent qu’ils ne sont pas supposés célébrer des fêtes comme Noël et Pâques. Il est bien connu que ces célébrations s’appuient sur un véritable banquet de coutumes religieuses païennes. Le sapin, le gui, les guirlandes et les illuminations, les lapins et les œufs sont tous des pratiques païennes recyclées. L’argument avancé en faveur de leur célébration est pratiquement toujours le même : On leur a donné une nouvelle raison d’être ; « Ces coutumes étaient jadis païennes, c’est vrai, mais à présent elles glorifient Jésus-Christ ! »

Dieu n’accepte pas un tel recyclage cultuel. Il n’accepte pas qu’on donne une autre allure à « toutes les abominations qui sont odieuses à l’Éternel ». Si nous l’adorons en adoptant volontairement des coutumes païennes à cet effet, il rejette un tel culte. Et si nous persistons à le faire, il nous rejette.

Dieu hait-il les vergers ? Et que dire des gâteaux de raisins ?

Il est facile de se demander jusqu’où va cette interdiction. Historiquement, le peuple de Dieu a toujours été minoritaire, ce qui veut dire que pratiquement tout autour de nous risque d’avoir une origine païenne. Il y a deux principes importants à retenir de l’instruction divine contenue dans Deutéronome 12 :

N’incorporez pas des coutumes religieuses païennes dans votre vie.

Le culte est le problème. Les objets qu’il contient ne le sont pas nécessairement.

Dieu a dit : « Garde-toi de t’informer de leurs dieux » et « Tu n’agiras pas ainsi à l’égard de l’Éternel, ton Dieu » (versets 30-31). Telles sont les limites à respecter. Dieu ne nous dit pas de proscrire tout ce que les païens ont touché ; il nous dit de rejeter leurs types de cultes. Exemple :

Les païens se servaient souvent de vergers comme sites sacrés pour adorer leurs dieux – cultes qui comprenaient souvent la prostitution rituelle (Osée 4:13-14). Cela veut-il dire que les chrétiens devraient éviter les vergers ou ne jamais planter d’arbres ? Aucunement ! Dieu donna à son peuple des vergers (Josué 24:13). Ce ne sont pas les arbres qui sont un problème ; le problème, c’est ce que les païens faisaient de ces arbres.

Les païens cuisaient aussi des gâteaux de raisins qu’ils offraient à leurs dieux (Osée 3:1). Les chrétiens devraient-ils éviter de mettre des raisins dans leurs gâteaux ? Là encore, nullement ! Il n’y a rien de mal, spirituellement parlant, à mettre des raisins dans nos gâteaux. Il est mal de cuire un gâteau de raisins pour l’offrir à Dieu. Ce n’est pas ainsi que Dieu veut que nous l’adorions.

Les chrétiens devraient-ils éviter de pratiquer le yoga ?

Les exemples ci-dessus appartiennent au passé. Prenons-en un plus moderne : la pratique du yoga.

Cette discipline est étonnamment controversée chez les chrétiens. Elle est originaire de l’Inde et elle joue un rôle important dans les religions orientales comme le bouddhisme et l’hindouisme. Ses adeptes croient qu’elle les aide à améliorer leur connaissance, harmoniser leurs points énergétiques, maîtriser leurs douleurs, être illuminés et s’harmoniser avec l’ultime réalité de l’univers. Souvent, ces objectifs sont recherchés par divers étirements. Il ne fait aucun doute que les chrétiens ne doivent pas s’adonner à ces pratiques spirituelles païennes. Mais que dire des étirements ou des exercices d’assouplissement proprement dits ? Est-il mal de s’assouplir ? Les exercices d’assouplissement du yoga sont-ils quelque chose que les chrétiens devraient éviter ?

La différence entre ce qui est interdit et ce qui est permis

Le même principe que celui des vergers et des gâteaux de raisins est applicable. Dieu ne voit aucun mal à ce que vous vous étiriez pour assouplir vos muscles. Ce qu’il n’approuve pas, c’est que vous pratiquiez ces exercices pour essayer de réaligner vos supposés points d’énergie ou d’essayer de puiser dans une supposée conscience cosmique.

C’est là qu’est la démarcation entre le permis et l’interdit. Incorporez-vous, ou non, des formes païennes de culte dans votre vie ? Rien de mal avec les vergers, les pains aux raisins et les exercices d’assouplissement. Nous n’évitons pas les œufs parce qu’ils jouent un rôle dans les traditions de Pâques. Nous n’évitons pas le pain d’épices parce que c’est un gâteau courant à Noël.

(Évidemment, la Bible nous dit de nous assurer de ne pas souiller notre conscience. Si quelque chose nous gêne ou si nous avons le sentiment que ce que nous disons ou faisons risque d’être mal interprété ou d’offenser, nous devrions nous abstenir – lire 1 Corinthiens 8 et Romains 14:23 à cet effet).

Ce que Dieu ne veut pas, c’est que nous prenions ces choses et les utilisions comme les païens le faisaient. Nous n’adorons pas dans des vergers. Nous ne cuisons pas des gâteaux de raisin pour les offrir à Dieu. Nous ne faisons pas d’exercices d’assouplissement pour aligner nos chakras. Nous ne colorions pas des œufs et n’essayons pas d’en trouver, dissimulés dans nos jardins, à Pâques. Et nous ne décorons pas des maisons en pain d’épices pour Noël. Dieu ne tolère pas que nous nous servions de ces symboles païens pour lui rendre un culte.

La prochaine fois que vous découvrez que quelque chose, dans votre vie, a des origines païennes, demandez-vous si cette chose puise ses racines dans une forme de culte que Dieu interdit, et si c’est le cas, si vous permettez qu’elle exerce une influence spirituelle dans votre vie. Dans l’affirmative, la seule solution est de vous en débarrasser. Quand il s’agit d’adorer Dieu, même un peu de paganisme est trop.