Pergame

L’Église de Pergame reçut, à la fin du premier siècle, un message de Jésus-Christ. Que signifiait ce message ? Et quel sens revêt-il pour nous ?

Comme nous l’avons déjà mentionné dans cette série d’articles, l’apôtre Jean décrit dans le livre de l’Apocalypse une vision qu’il reçut de Christ, à la fin du premier siècle. Cette vision comprenait des messages pour sept congrégations de l’Église de Dieu en Asie Mineure. L’Église de Pergame était l’une de ces congrégations (Apocalypse 1:11).

Dans le présent article, nous examinons l’histoire de la cité de Pergame à l’époque où ce message fut adressé, et ce que les chrétiens allaient devoir tirer de ce message dans les siècles suivants, y compris le nôtre.

L’histoire de Pergame

Fondée par des colons grecs plusieurs siècles avant notre ère, la ville de Pergame se situait dans la vallée du Caïcos, à environ 80 km au nord de Smyrne, et à environ 25 km de la mer Égée. Bien qu’elle ne puisse rivaliser Éphèse et Smyrne en termes de visiteurs et de commerce, elle excellait dans d’autres domaines.

Pergame servait de capitale à la dynastie grecque des rois attalides. Eumène II (197-159 avant notre ère) fut le plus illustre de cette dynastie, et pendant son règne, la ville connut son apogée. L’art et la littérature étaient encouragés, et – dans cette ville – se trouvait une bibliothèque contenant 200 000 livres (qu’Antoine offrit par la suite à Cléopâtre).

Une statue moderne d’Esculape, de l’Asclépion, à Pergame. Notez le serpent – un symbole lié à Esculape. Ce symbole continue, de nos jours, de représenter la médecine. (photo de Joël Meeker).
Une statue moderne d’Esculape, de l’Asclépion, à Pergame. Notez le serpent – un symbole lié à Esculape. Ce symbole continue, de nos jours, de représenter la médecine. (photo de Joël Meeker).
« Les livres étaient de parchemin, matériau qui y fut utilisé pour la première fois ; c’est de Pergame que nous vient le mot « parchemin ». Des structures agrémentant la cité, la plus réputée était l’autel de Zeus, dont la hauteur était de 12 m, et c’était l’une des merveilles de l’antiquité » (International Standard Bible Encyclopedia, 1939, “Pergamos; Pergamum).

Quand le royaume devint romain, Pergame fut désignée en tant que capitale de la province. En plus de fournir un gouvernement pour la région, cette ville était un centre religieux. Des temples impressionnants y furent érigés en l’honneur de quatre dieux païens : Zeus, Dionysos, Athéna et Esculape. Ce dernier était le dieu mythologique de la guérison, et il est intéressant de noter que le serpent enroulé sur un bâton est encore, de nos jours, un symbole de la médecine moderne.

« Des invalides, d’un peu partout en Asie, s’attroupaient au temple (d’Esculape), et là – pendant qu’ils dormaient dans le parvis – le dieu révélait aux prêtres et aux médecins, par des songes, les remèdes nécessaires pour guérir leurs maladies. De ce fait, les occasions de fourvoyer les gens étaient nombreuses. Une école de médecine était associée au temple…

« Smyrne, une cité rivale, était un centre commercial et – devenant plus prospère – elle finit par devenir le centre politique. Par la suite, quand elle devint la capitale, Pergame demeura le centre religieux » (ibid).

Située dans la Turquie moderne, Pergame s’appelle à présent Bergama. Parmi les ruines de l’antique cité, découvertes lors de fouilles organisées par le gouvernement allemand de 1879 à 1886, on peut voir la base de l’autel de Zeus, un amphithéâtre, l’agora, un gymnase et plusieurs temples.

Le message adressé à Pergame

Le message que Christ adressa à cette congrégation est le suivant: « Je connais tes œuvres, et où tu habites, {savoir} là où est le siège de Satan, et que cependant tu retiens mon Nom, et que tu n’as point renoncé ma foi, non pas même lorsqu’Antipas, mon fidèle martyr, a été mis à mort entre vous, là où Satan habite.

Mais j’ai quelque peu de chose contre toi : c’est que tu en as là qui retiennent la doctrine de Balaam, lequel enseignait Balac à mettre un scandale devant les enfants d’Israël, afin qu’ils mangeassent des choses sacrifiées aux idoles, et qu’ils se livrassent à la fornication. Ainsi tu en as, toi aussi, qui retiennent la doctrine des Nicolaïtes ; ce que je hais.

« Repens-toi : autrement je viendrai à toi bientôt ; et je combattrai contre eux par l’épée de ma bouche. Que celui qui a des oreilles, écoute ce que l’Esprit dit aux Eglises. A celui qui vaincra je lui donnerai à manger de la manne qui est cachée, et je lui donnerai un caillou blanc, et sur {ce} caillou sera écrit un nouveau nom, que nul ne connaît, sinon celui qui le reçoit » (Apocalypse 2:13-17 ; version Martin).

Les points saillants du message

La fondation de l’autel de Zeus, dont les vestiges ont été emmenés à Berlin dans les années 1800 (photo de Joël Meeker).
La fondation de l’autel de Zeus, dont les vestiges ont été emmenés à Berlin dans les années 1800 (photo de Joël Meeker).
Plusieurs suggestions ont été faites pour expliquer l’allusion à l’endroit ou Satan habite ou, comme l’ont plusieurs versions, au « trône de Satan » se trouvant à Pergame (verset 13). Il est possible qu’il ait été question de l’autel du dieu païen Zeus (une merveille de l’antiquité) ; du culte d’Esculape (le dieu païen de la guérison, et la raison pour laquelle beaucoup de gens se rendaient à Pergame) ; des nombreux temples païens se dressant dans la ville ; ou du fait que les empereurs romains y étaient adorés. Il est possible que Christ ait pensé à tous ceux-ci quand Il déclara que Satan habitait à Pergame ou que son trône s’y trouvait.

Il importe aussi de noter que l’allusion au « trône de Satan » indique que ce dernier a un gouvernement sur la terre. Il est effectivement le dieu du « présent siècle mauvais » (Galates 1:4), « le prince de la puissance de l’air » (Éphésiens 2:2) et l’être qui pouvait offrir à Jésus – s’Il l’adorait –  « tous les royaumes du monde et leur gloire » (Matthieu 4:8-9).

En disant : « Tu retiens mon nom, et tu n’as pas renié ma foi, même aux jours d’Antipas, mon témoin fidèle, qui a été mis à mort chez vous » (Apocalypse 2:13), Jésus félicite l’Église de Pergame de Lui être demeuré fidèle. Bien qu’environnés de cultes païens, subissant la pression de se conformer à la société qui les entourait, les membres de l’Église avaient continué d’obéir à Dieu.

D’après le Smith’s Bible Dictionary, (rubrique « Antipas »), Antipas était – avant 100 de notre ère – l’évêque de Pergame. Dans Son message à l’Église de Pergame, Christ dit à ses membres qu’Il est conscient du fait que ce fidèle, membre de leur congrégation, a été martyrisé.

Bien que les membres, à Pergame, se soient accrochés à la foi, Christ leur dit qu’il y avait plusieurs choses dont ils avaient besoin de se repentir. Selon Lui, il y en avait qui étaient « attachés à la doctrine de Balaam » et « à la doctrine des Nicolaïtes » (versets 14 et 15).

La « doctrine de Balaam » est celle, erronée, de ce dernier qui essayait de servir Dieu tout en satisfaisant ses propres intérêts – qui s’opposaient à ceux de Dieu – quand l’ancien Israël se dirigeait vers Canaan (Nombres 22-24). En somme, Dieu S’attend à ce que nous Lui obéissions pleinement, de tout notre cœur (Deutéronome 6:5 ; Psaumes 119:2 ; Matthieu 22:37).

Il n’est pas précisé, dans la Bible, ce que représente « la doctrine des Nicolaïtes »  (Apocalypse 2:15). D’après ce qu’on peut lire dans ce passage et dans le message adressé à l’Église d’Éphèse (au verset 6), il est clair que c’est quelque chose que Dieu hait. À la manière dont c’est exprimé au verset 15, il est possible que la doctrine des Nicolaïtes soit la même que celle de Balaam.   

En quoi cela nous concerne

Comme tous les messages adressés aux Églises, Jésus conclut Son message pour Pergame en admonestant le lecteur à prêter l’oreille aux messages pour les sept Églises. De ce fait, que devons-nous tirer de ce message adressé à Pergame ?

Une leçon importante pour nous est que nous devons résister à l’influence de Satan, et s’il le faut, même jusqu’à la mort. Satan est un être spirituel puissant qui séduit le monde entier (Apocalypse 12:9). Lui et ses démons se font passer pour des « ministres de justice » (2 Corinthiens 11:14-15), et ils décrivent faussement Dieu et Sa voie. Lui, ses cohortes, et le monde, font pression sur nous pour que nous compromettions notre culte sincère de Dieu.

Avec l’aide de la Bible et du Saint-Esprit, les chrétiens peuvent résister à Satan et à la mentalité  tordue du monde. Si vous êtes prêt à vous engager dans la vie que Dieu veut que vous ayez, passez à l’action dès maintenant :

  • Les articles affichés dans notre section croître fournissent d’excellents conseils pour effectuer les changements nécessaires.
  • De plus, fréquenter une Église qui enseigne le christianisme que Jésus et les apôtres du premier siècle enseignaient et pratiquaient accélérera votre croissance et vous fournira la fraternisation dont vous avez besoin avec des personnes partageant les mêmes convictions. Nous pouvons vous aider à trouver la congrégation de l’Église de Dieu, Association Mondiale, la plus proche de votre domicile.

Rappelez-vous que nous sommes ici pour vous aider à développer une relation avec Dieu, afin que vous puissiez faire un jour partie de Sa famille éternelle. N’hésitez pas à nous contacter et à nous faire savoir en quoi nous pouvons vous aider.