Qu'est-ce que le salut ?

Que veut dire être sauvé ? Va-t-on quelque part, quand on est sauvé ? Est-ce simplement un état d’esprit ? Qu’entend la Bible par salut ?

La définition biblique du salut est donc, en somme, une « délivrance ». Mais de quoi est-on délivré ? Quand les Israélites quittèrent l’Égypte, et atteignirent la mer Rouge, Moïse leur dit : « Ne craignez rien, restez en place, et regardez la délivrance que l’Eternel va vous accorder en ce jour » (Exode 14:13). Dans le cas cité, Dieu délivra physiquement les enfants d’Israël de l’armée égyptienne.

Dans le Nouveau Testament, le salut décrit essentiellement la formidable délivrance de l’amende du péché, c’est-à-dire de la mort éternelle (Romains 6:23). Voilà pourquoi l’on peut lire, dans Hébreux 2:3, qu’il s’agit d’« un si grand salut ».

Pourquoi les êtres humains ont-ils besoin d’être sauvés ? Commençons par remonter à l’époque de la création de l’homme par Dieu : « L’Eternel Dieu forma l’homme de la poussière de la terre, il souffla dans ses narines un souffle de vie et l’homme devint une âme vivante » (Genèse 2:7).

Plusieurs siècles plus tard, le prophète Ézéchiel expliqua que toutes les âmes [tous les êtres humains – l’hébreu nephesh indiquant de simples êtres vivants, rien d’immortel] ] appartiennent à Dieu. « Voici, toutes les âmes sont à moi ; l’âme du fils comme l’âme du père, l’une et l’autre sont à moi ; l’âme qui pèche, c’est celle qui mourra » (Ézéchiel 18:4). Cette idée est répétée au verset 20 : « L’âme qui pèche, c’est celle qui mourra ».

Tous les êtres humains [à l’exception de Jésus-Christ] ont péché ; « Car tous ont péché et sont privés de la gloire de Dieu » (Romains 3:23). L’amende du péché, c’est la mort : « Car le salaire du péché, c’est la mort ; mais le don gratuit de Dieu, c’est la vie éternelle en Jésus-Christ notre Seigneur » (Romains 6:23). 

Pourquoi a-t-on besoin d’être sauvé ?

L’homme a besoin d’être sauvé – d’être délivré de la peine de mort [éternelle] – et de recevoir le don divin de la vie éternelle. Et c’est à cette fin que Jésus est venu sur terre en tant qu’homme : « Car le Fils de l’homme est venu chercher et sauver ce qui était perdu » (Luc 19:10). Le salut n’est possible que grâce au sacrifice de Jésus-Christ.

Qu’a accompli Jésus ?

Jésus a offert Sa vie à notre place. Il est écrit : « Dieu prouve son amour envers nous, en ce que, lorsque nous étions encore des pécheurs, Christ est mort pour nous » (Romains 5:8).

Le Christ a offert Sa vie, une vie parfaite, sans péché, pour que nous puissions être sauvés. Notre salut est possible quand nous acceptons le sacrifice du Christ. C’est grâce à Son sang versé que le salut est maintenant accessible à l’humanité. Néanmoins, pour être sauvés, nous devons accepter ce sacrifice, et nous détourner de nos péchés.

Il est écrit : « Cherchez l’Eternel pendant qu’il se trouve ; invoquez-le, tandis qu’il est près. Que le méchant abandonne sa voie, et l’homme d’iniquité ses pensées ; qu’il retourne à l’Eternel, qui aura pitié de lui, à notre Dieu, qui ne se lasse pas de pardonner » (Ésaïe 55:6-7).

Les instructions de Jésus

On demanda un jour au Christ quoi faire pour hériter la vie éternelle (qu’on obtient quand on est sauvé). « Un docteur de la loi se leva, et dit à Jésus, pour l’éprouver : Maître, que dois-je faire pour hériter la vie éternelle ? Jésus lui dit : Qu’est-il écrit dans la loi ? Qu’y lis-tu ?

« Il répondit : Tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme, de toute ta force, et de toute ta pensée ; et ton prochain comme toi-même. Tu as bien répondu, lui dit Jésus ; fais cela, et tu vivras » (Luc 10:25-28).

Antérieurement, on avait demandé à Jésus : « Maître, que dois-je faire de bon pour avoir la vie éternelle ? » Ce à quoi Jésus avait répondu : « Pourquoi m’interroges-tu sur ce qui est bon ? Un seul est le bon. Si tu veux entrer dans la vie, observe les commandements » (Matthieu 19:16-17).

Le salut est un don ; on ne peut ni « s’en montrer digne », ni « le mériter » (Éphésiens 2:8). En revanche, nous avons été appelés à être « son ouvrage, ayant été créés en Jésus-Christ pour de bonnes œuvres, que Dieu a préparées d’avance, afin que nous les pratiquions » (verset 10). Observer les commandements et les lois divines fait partie des bonnes œuvres que – selon Jésus – nous devons pratiquer. « Le péché est la transgression de la loi » (1 Jean 3:4). Transgresser la loi, c’est la violer et s’opposer à la voie divine. Par conséquent, il faut que les violations de la Loi divine, dans nos vies, cessent.

La voie du salut

Jésus est venu mourir pour nos péchés, qui sont des gestes qui s’opposent à la Loi de Dieu. Il a payé l’amende de nos péchés – la peine de mort – à notre place, afin que nous puissions accéder à la vie éternelle. Il nous a réconciliés à Dieu le Père, a couvert nos péchés passés, nous a justifiés, en versant Son sang. De ce fait, quand nous nous repentons de nos péchés et acceptons le sacrifice de Jésus-Christ, notre salut – notre délivrance de la mort éternelle – est rendu possible.

Notez que nous ne devons pas continuer de transgresser les lois divines ! « Que dirons-nous donc ? Demeurerions-nous dans le péché, afin que la grâce abonde ? Loin de là ! Nous qui sommes morts au péché, comment vivrions-nous encore dans le péché ? » (Romains 6:1-2). Paul réaffirme ce point au verset 12 : « Que le péché ne règne donc point dans votre corps mortel, et n’obéissez pas à ses convoitises ».

Paul nous pose ensuite une question importante : « Ne savez-vous pas qu’en vous livrant à quelqu’un comme esclaves pour lui obéir, vous êtes esclaves de celui à qui vous obéissez, soit du péché qui conduit à la mort, soit de l’obéissance qui conduit à la justice ? » (Romains 6:16).

La réponse à cette question est claire : Le péché conduit à la mort, tandis que l’obéissance conduit à la justice. Paul savait qu’il recevrait – le moment venu – une « couronne de justice » (2 Timothée 4:8). Il savait aussi que cette promesse était loin de s’appliquer seulement à lui – « non seulement à moi, mais encore à tous ceux qui auront aimé son avènement », dit-il. La réception de la vie éternelle aura lieu quand le processus du salut sera achevé.

La question, pour nous, est donc de savoir si nous sommes sur la voie du salut. Dans le cas contraire, c’est le moment de nous mettre à la suivre !