L’imposition des mains

Le besoin de se repentir et de se faire baptiser était enseigné par Christ. A-t-on besoin de l’imposition des mains d’un serviteur de Dieu pour recevoir le Saint-Esprit ?

Quand Jean-Baptiste débuta sa prédication, il ordonna à ceux qui l’écoutaient de se repentir. « En ce temps-là parut Jean-Baptiste, prêchant dans le désert de Judée. Il disait : Repentez-vous, car le royaume des cieux est proche » (Matthieu 3:1-2). Il est nécessaire de se repentir avant de se faire baptiser (lire à cet effet notre article intitulé « Qu’est-ce que le repentir ? »).

Il est clair qu’un grand nombre de ceux qui écoutaient Jean-Baptiste comprenaient ce qu’est le repentir. Ils étaient convaincus d’avoir péché, s’en repentaient et se faisaient baptiser. « Les habitants de Jérusalem, de toute la Judée et de tout le pays des environs du Jourdain, se rendaient auprès de lui ; et, confessant leurs péchés, ils se faisaient baptiser par lui dans les eaux du Jourdain » (versets 5-6).

Mais leur manquait-il quelque-chose ? Assurément oui !

Après le repentir et le baptême, de quoi avons-nous encore besoin ?

Suffit-il de se repentir et de se faire baptiser pour pouvoir changer, ou y a-t-il quelque chose d’autre dont nous avons besoin, et qui vient de Dieu ?

Notez bien la question que l’apôtre Paul posa à plusieurs des disciples qu’il rencontra à Éphèse : « Avez-vous reçu le Saint-Esprit, quand vous avez cru ? Ils lui répondirent : Nous n’avons pas même entendu dire qu’il y ait un Saint-Esprit » (Actes 19:2).

Paul posait une question importante : « Avez-vous reçu le Saint-Esprit ? » Ils s’étaient repentis, s’étaient fait baptiser, mais ils lui répondirent qu’ils n’avaient pas reçu le Saint-Esprit.

Notez bien la réponse de Paul : « Il dit : De quel baptême avez-vous donc été baptisés ? Et ils répondirent : Du baptême de Jean. Alors Paul dit : Jean a baptisé du baptême de repentance, disant au peuple de croire en celui qui venait après lui, c’est-à-dire, en Jésus.  Sur ces paroles, ils furent baptisés au nom du Seigneur Jésus. Lorsque Paul leur eut imposé les mains, le Saint-Esprit vint sur eux, et ils parlaient en langues et prophétisaient » (versets 3-6 ; c’est nous qui soulignons tout du long).

Qu’est-ce, au juste, que l’imposition des mains ?

À simplement parler, les mains d’un serviteur de Dieu sont placées sur la tête d’une personne pour la mettre à part au nom de Dieu, qui lui accorde une attention spéciale ou une bénédiction spéciale. L’imposition des mains, en elle-même, ne communique pas le Saint-Esprit. À l’instar du baptême, c’est un acte physique comportant un élément spirituel. Quand un pasteur impose les mains à une personne, après son baptême, c’est Dieu – et non le pasteur – qui lui communique le Saint-Esprit.

Il existe, dans le Nouveau Testament, de nombreux exemples d’imposition des mains. Les mains du serviteur de Dieu sont placées sur des individus (sur leurs têtes) lors d’onctions, pour les guérisons (Jacques 5:14), pour bénir des enfants (Matthieu 19:13-15), pour ordonner des ministres – des pasteurs – (1 Timothée 4:14), et, comme nous venons de le voir dans Actes 19, pour communiquer à des croyants le Saint-Esprit.

Il est question de l’imposition des mains, accompagnée d’une prière pour demander à Dieu le don du Saint-Esprit, dans le passage suivant :

Quand une personne se repent, croit et se fait baptiser, c’est pas l’imposition des mains qu’elle reçoit l’Esprit-Saint. « Les apôtres, qui étaient à Jérusalem, ayant appris que la Samarie avait reçu la parole de Dieu, y envoyèrent Pierre et Jean. Ceux-ci, arrivés chez les Samaritains, prièrent pour eux, afin qu’ils reçoivent le Saint-Esprit […] ils avaient seulement été baptisés au nom du Seigneur Jésus. Alors Pierre et Jean leur imposèrent les mains, et ils reçurent le Saint-Esprit » (Actes 8:14-17).

Une fois qu’une personne est baptisée, une prière spéciale est faite, demandant à Dieu de placer Son Saint-Esprit dans ceux qui se sont repentis et ont accepté Christ en tant que leur Sauveur personnel. Dans la Bible, seuls les représentants de Dieu (les ministres ordonnés) ont le droit d’imposer les mains à la personne nouvellement baptisée. Dieu est Celui qui accorde Son Saint-Esprit ; ce don, personne ne peut l’acheter ou le marchander.

Ils leur imposèrent les mains, et ils reçurent le Saint-Esprit

Lorsqu’une personne se repent de ses péchés, croit et se fait baptiser, c’est par l’imposition des mains qu’elle reçoit de Dieu le Saint-Esprit. L’Esprit de Dieu entre alors en cette personne comme le « consolateur » promis (Jean 14:16), permettant à celle-ci de devenir disciple de Christ et, ultérieurement, d’être sauvée (Romains 8:9-11). Pour de plus amples détails, consulter notre section sur le Saint-Esprit.

Nous ne devons pas négliger le Saint-Esprit qui vit en nous, ni permettre qu’il ne s’éteigne (1 Thessaloniciens 5:19). Au contraire, comme l’a écrit Paul à Timothée, nous devons « ranimer la flamme du don de Dieu que tu as reçu par l’imposition de mes mains. Car l’Esprit que Dieu nous a donné ne nous rend pas timides ; au contraire, son Esprit nous remplit de force, d’amour et de sagesse » (2 Timothée 1:6-7).

L’imposition des mains est-elle un enseignement de l’Église du Nouveau Testament ?

L’imposition des mains est l’une des doctrines de base mentionnées dans Hébreux 6.

« C’est pourquoi, laissant les éléments de la parole de Christ, tendons à ce qui est parfait, sans poser de nouveau le fondement du renoncement aux œuvres mortes, de la foi en Dieu, de la doctrine des baptêmes, de l’imposition des mains, de la résurrection des morts, et du jugement éternel » (versets 1-2).

Une fois que ces échelons de compréhension sont établis, nous devons croître vers la perfection (tendre vers la maturité spirituelle). Dieu veut que nous maintenions ce fondement et édifiions sur ce dernier, dans nos vies de convertis.

Avec l’imposition des mains faisant suite au baptême (et la réception subséquente du Saint-Esprit), une nouvelle vie s’offre à nous, à mesure que nous réalisons à quel point cet Esprit est précieux. « Si quelqu’un est en Christ, il est une nouvelle création. Les choses anciennes sont passées ; voici, toutes choses sont devenues nouvelles » (2 Corinthiens 5:17).

Vous manque-t-il le Saint-Esprit de Dieu ?

Sans le Saint-Esprit de Dieu, notre « transformation » par le processus de la conversion (notre changement) est incomplète. Recevoir le don de l’Esprit de Dieu par l’imposition des mains n’est que le commencement. Le processus de la conversion et le développement en nous du caractère juste et saint de l’Éternel requiert du temps. Afin d’en savoir plus à ce sujet, consulter nos articles intitulés « La conversion c’est quoi ? » et « Comment savoir si le Saint-Esprit est en vous ? »