Quatre lois spirituelles aussi importantes que celle de la pesanteur

Les lois physiques qui gouvernent notre univers sont constantes et nécessaires à la vie – mais les lois spirituelles invisibles sont tout aussi importantes.

Ce que j’apprécie le plus dans la loi de la pesanteur, c’est qu’on peut s’y fier. Quand mon pain grillé saute du grille-pain, il ne poursuit pas son ascension jusqu’au plafond. Quand je tourne le robinet de l’évier, l’eau ne se divise pas en d’innombrables gouttelettes pour se répandre partout autour de moi. Quand je trébuche, je ne m’envole pas dans la stratosphère, comme un ballon.
 
La loi de la pesanteur (ou de la gravité) agit 24 heures sur 24, sept jours par semaine, sans exception. Heureusement ! Il est difficile d’imaginer ce qui se produirait si cette loi cessait d’agir ne serait-ce qu’un jour ; ce serait – et c’est le moins qu’on puisse dire – bien désagréable !
 
Notre atmosphère commencerait par être aspirée par le vide énorme de l’espace. Tout ce qui n’est pas arrimé, sur Terre, se mettrait à flotter – y compris les océans, qui se mettraient à bouillir en l’absence de pression atmosphérique. Et pour rajouter l’insulte à l’injure, les couches de lave, dans l’écorce terrestre, remonteraient en surface, détruisant notre planète en un tourbillon apocalyptique de lave et de mort.
 
À en croire James Overduin, physicien à Towson University (dans l’État du Maryland), sans gravité, ou pesanteur, l’univers serait « totalement plat et sans la moindre caractéristique ».
 
Et évidemment, vous seriez mort !
 

Le pouvoir de la constance

 
Cela ne devrait-il pas nous inquiéter quelque peu ? Si un court laps de temps sans pesanteur était si désastreux, pourquoi n’avons-nous rien prévu au cas où cette dernière cesserait de s’appliquer ? 
 
Ce serait futile, n’est-ce pas ?  Il est question de pesanteur – une loi constante ! Une loi fondamentale dans l’univers, et elle agit toujours pareillement, à chaque coup. Nous pouvons compter sur elle.
 
Voilà une loi qui est si prévisible que les physiciens ont développé et perfectionné des équations que nous pouvons utiliser pour calculer ses effets dans toutes les situations. Voici, par exemple, les équations de champ d’Einstein : Gμv=8πTμv  = Rμv– ½ gμv R
 
Pour les personnes qui les comprennent, ces équations représentent des outils précieux qui leur permettent d’examiner les effets de la pesanteur dans pratiquement toutes les situations, n’importe où dans l’univers. 

Interpréter l’univers

 
Il en va de même pour une foule d’autres lois physiques – qu’il s’agisse d’électromagnétisme ou de thermodynamisme, ou autre – tout est constant dans l’univers. Les physiciens s’appuient sur cette constance et définissent ces lois et ces équations pour créer de nouvelles technologies et progresser scientifiquement.
 
Il importe de noter un lien vital : ces équations sont façonnées par l’univers, et non le contraire. Autrement dit, la pesanteur agissait bien avant que les savants se soient mis à définir cette dernière. Ce ne sont pas les manuels de classe qui font tomber tout objet ; c’est la pesanteur. Modifier ces équations ne change rien à la réalité ; cela les fausse. Elles nous aident à comprendre le monde qui nous entoure, mais elles ne le changent pas.
 

Nous interrompons cet article…

 
Passons temporairement à autre chose. Permettez-moi de vous présenter quelqu’un qui est le fruit de mon imagination. Je l’appellerai Hugo.
 
Hugo va en baver, aujourd’hui.
 
Voyez-vous, Hugo travaille au deuxième étage d’un bâtiment abritant les bureaux d’une grande société, et il se dit que la pesanteur n’est pas ce qu’on prétend. En dépit des avertissements frénétiques de ses collègues de travail, Hugo se dirige vers la fenêtre ouverte du bureau d’angle.
 
« Hugo ! As-tu perdu la tête, crie l’un de ses amis ? » Un pied sur le rebord, Hugo se retourne et répond calmement : « Ne vous inquiétez donc pas. Je ne crois plus à la pesanteur ! »
 

Deux types de lois

 
Personne ne peut empêcher Hugo d’ignorer la loi de la pesanteur, mais personne ne peut non plus l’empêcher de se briser les os. La pesanteur n’est pas une affaire d’opinion ; peu importe ce que vous ressentez à son égard, si vous sautez, vous allez tomber. C’est inévitable. Quiconque a une autre opinion se fait des illusions.
 
Dans le même ordre d’idées, comment se fait-il que, chaque jour, plusieurs milliards d’individus insistent pour croire quelque chose qui est tout aussi délirant, et encore plus dangereux ?
 
Voyez-vous, l’univers réagit à bien autre chose qu’à des lois physiques. Le Législateur de ces lois physiques a aussi établi des lois spirituelles qui sont aussi importantes que les lois physiques.
 
Le problème, c’est qu’il est facile de trouver certaines lois essentielles, et d’autres… nettement moins. Personne ne conteste la force nucléaire inouïe qui empêche nos atomes de se désintégrer, mais il est rare qu’on pense que l’univers va s’écrouler si l’on ignore les instructions contenues dans la Bible, n’est-ce pas ?
 

Des constantes… constantes

 
En fait, c’est précisément ce qui se produit partout autour de nous. Le monde spirituel n’est pas aussi tangible que le monde physique – il n’est pas palpable, ni visible, ni audible – mais le mépris des lois spirituelles peut être infiniment plus douloureux que le mépris des lois physiques. Tenez-en compte, multipliez-le par plusieurs milliers d’années de désobéissance, et vous avez le genre de monde dans lequel nous vivons à présent.
 
Pour l’humanité, depuis des milliers d’années, la loi de Dieu est comme celle de la pesanteur, pour Hugo ; et nous ne savons plus où donner de la tête. On se trouve toutes sortes de raisons pour ignorer les lois divines, mais aucune d’elles ne mitige les dégâts issus de leur mépris.
 
La loi de Dieu, tout comme celle de la pesanteur, est constante et ne change pas. Elle agit irrévocablement 24 heures sur 24, 7 jours par semaine. A l’instar des équations dont se servent les physiciens pour appliquer la gravité, les instructions divines contenues dans la Bible nous aident à comprendre comment comprendre et agir face au monde spirituel qui nous entoure. Modifier ou réinterpréter ces instructions n’a aucun effet sur les forces spirituelles qu’elles décrivent ; cela ne fait qu’annuler ces changements ou réinterprétations.
 

Des équations spirituelles de base

 
Cela dit, voici quelques-unes des équations spirituelles fournies par le Créateur de l’univers. Cette liste est loin d’être complète, mais elle constitue un bon point de départ.
 

1. On récolte ce que l’on sème 

Ce principe est énoncé de plusieurs manières. On dit par exemple que « cela se retourne toujours contre ceux qui ont recours à cela » ou que « c’est au fruit qu’on connaît l’arbre ». Peu importe la manière dont on énonce ce principe, cela rejoint ce qu’a écrit l’apôtre Paul : 
 
« Ne vous y trompez pas : on ne se moque pas de Dieu. Ce qu’un homme aura semé, il le moissonnera aussi » (Galates 6:7).
 
On imagine souvent Dieu une main prête à appuyer sur un bouton rouge portant la mention « Frappe ! », comme s’Il avait hâte de nous punir toutes les fois que nous fautons. Or, c’est rarement Lui qui nous punit. La plupart du temps, nous nous attirons le châtiment que nous recevons. Les lois qu’Il a établies ne sont pas arbitraires ; elles ont pour objet de nous protéger contre des décisions et des comportements conduisant à de douloureuses conséquences pour nous-mêmes et pour d’autres.
 
Il importe que nous comprenions ce principe si nous voulons comprendre les lois de Dieu. Notre Père céleste veut que nous « semions des graines » qui germeront tout compte fait et produiront le bonheur, et non la douleur et le chagrin. Et nous sommes davantage enclins à faire cela quand nous nous rendons compte que…
 

2. Tout résultat prend du temps

Le roi Salomon, qui était sage, se lamenta un jour que « parce qu’une sentence contre les mauvaises actions ne s’exécute pas promptement, le cœur des fils de l’homme se remplit en eux du désir de faire le mal » (Ecclésiaste 8:11). Autrement dit, beaucoup de méchants font des méchancetés, et – au lieu d’être incinérés par un feu venant du ciel – semblent prospérer. C’est révoltant.
 
Mais Salomon voyait plus loin. Il voyait le plan d’ensemble. Et il ajouta : « Cependant, quoique le pécheur fasse cent fois le mal et qu’il y persévère longtemps, je sais aussi que le bonheur est pour ceux qui craignent Dieu, parce qu’ils ont de la crainte devant lui » (verset 12).
 
Les méchancetés n’attirent pas toujours un châtiment immédiat, et il est rare que les bonnes actions soient immédiatement récompensées, mais tout comportement sème quelque chose, et la moisson approche.
 
3. Le péché ne soustrait rien ; il détruit
 
À ce propos, il est facile de se dire que les bonnes actions, comme les mauvaises, sont un peu comme des crédits ou des retraits sur un compte en banque spirituel – toute bonne action augmentant notre capital, et toute mauvaise action le réduisant. Or, ce n’est pas ainsi que cela fonctionne. Le péché n’ôte pas simplement quelque chose de notre compte spirituel ; il le dilapide totalement.
 
Paul a écrit que « le salaire du péché, c’est la mort » (Romains 6:23). Aucune quantité de bonnes actions ne peut annuler un péché. Un seul péché peut nous faire mériter l’amende de la mort éternelle – laquelle ne peut être annulée que par le sacrifice de Christ.
 
Bon, dans l’ensemble, ne suffit pas. Avec l’aide de Dieu, nous devons nous efforcer d’être entièrement bons, tout le temps.
 
4. La justice nous transforme
 
Le prophète Malachie décrit Dieu comme un feu de fondeur, purifiant Son peuple comme on purifie l’or ou l’argent, éliminant ses impuretés et le conduisant à la perfection (Malachie 3:2-3). Rien, dans ce processus, n’est agréable ni facile, mais le résultat final en vaut la peine.
 
À propos de « ceux qui craignent l’Eternel », Dieu promet : « Au jour où j’agirai, déclare l’Eternel, le Seigneur des armées célestes, ces gens seront pour moi un trésor précieux […] Alors à nouveau vous verrez qu’il y a une différence entre les justes et les méchants, et entre celui qui sert Dieu et celui qui ne le sert pas » (Malachie 3:16-18 ; version du Semeur).
 
Ésaïe, un autre prophète de l’Éternel, a brossé un tableau similaire : « La droiture habitera dans le désert, et la justice aura sa demeure dans le verger. L’œuvre de la justice sera la paix, et le fruit de la justice le repos et la sécurité pour toujours » (Ésaïe 32:16-17).
 
La justice – l’obéissance envers Dieu – produit un changement en nous et dans le monde qui nous entoure. Nous explorons l’ultime résultat de la justice dans notre brochure gratuite intitulée « Le mystère du Royaume de Dieu ».
 

Qu’allez-vous faire ?

 
Il ne s’agit là que de quelques équations spirituelles que Dieu nous présente dans la Bible. Vous n’avez pas besoin de croire cet article. Vous n’avez même pas besoin de croire Dieu ; en effet, vos convictions n’ont pas le moindre impact sur la réalité. L’univers fonctionne comme Dieu l’a prévu, tant physiquement que spirituellement, et vous ne pouvez rien y changer.
 
Néanmoins, étant donné que Dieu nous aime et souhaite le meilleur pour nous, Il nous a communiqué des équations et des principes spirituels pour que nous tirions le maximum de cette vie et de notre vie future.
 
Si nous sommes futés, nous ne manquerons pas d’exploiter ce que Dieu nous a confié.