Les alliances dans la Bible

Il existe plusieurs alliances, dans la Bible – des contrats entre Dieu et les hommes. Que doit-on savoir à propos de l’Ancienne et de la Nouvelle Alliance ?

Il existe, dans la Bible, plusieurs alliances, mais la plus connue dans le monde chrétien est la Nouvelle Alliance.

Cela suscite pour nous des questions comme :

  • En quoi est-elle nouvelle ?
  • Cette Nouvelle Alliance remplace-t-elle une alliance plus ancienne ? 
  • En quoi remplace-t-elle toutes les autres ?

Le présent article a pour objet de servir de cadre permettant de comprendre plusieurs aspects importants des alliances bibliques.

Ce qu’il faut entendre par alliance

Une alliance, dans un sens général, est un accord. Dans la Bible, il est question d’un accord entre Dieu et les hommes. Cet accord, c’est Dieu qui le propose. En somme, Il dit à l’homme : « Si tu fais ceci, je m’engage à faire cela ».

Accords et promesses impliquant Abraham

Il y a environ 4 000 ans, Dieu fit une proposition à Abraham. Le début de leur relation est décrit dans Genèse 12, où l’Éternel dit : « L’Eternel dit à Abram : Va-t’en de ton pays, de ta patrie, et de la maison de ton père, dans le pays que je te montrerai. Je ferai de toi une grande nation, et je te bénirai ; je rendrai ton nom grand, et tu seras une source de bénédiction. Je bénirai ceux qui te béniront, et je maudirai ceux qui te maudiront ; et toutes les familles de la terre seront bénies en toi » (Genèse 12:2-3).

Les versets suivants montrent que la foi, l’obéissance et le culte d’Abram pour le vrai Dieu s’accrurent. L’Éternel Se mit à agir de diverses manières dans la vie du patriarche, dont le nom fut changé en Abraham.

L’apôtre Paul a précisé que tous les fidèles sont enfants d’Abraham et hériteront ses bénédictions spirituelles (Galates 3:7-9, 16-18, 29). Cette promesse spirituelle de salut est rendue possible par la postérité d’Abraham, c’est-à-dire le Christ (verset 16).

Les bénédictions physiques ont été accordées aux descendants d’Abraham. Du mariage entre ce dernier et Sarah, naquit Isaac, qui transmit les bénédictions à son fils Jacob qui – à son tour – les transmit à ses 12 fils (aux 12 tribus d’Israël). Ce sont ces 12 tribus – ces familles – qui connurent plus tard la servitude en Égypte.

Dieu conclut une alliance avec Israël

Dieu commença à ratifier Son alliance avec les enfants d’Israël, par l’intermédiaire de Moïse.

Moïse, guidé par Dieu, fit sortir Israël d’Égypte (un type du péché) et le mit sur le chemin de la Terre promise. C’est lors de ce processus consistant à faire d’Israël une nation, que Dieu Lui-même proposa un accord au peuple. Cet accord s’appuyait sur Sa loi – les 10 Commandements – qu’Il leur révéla au mont Sinaï.

Israël écouta, accepta, et s’engagea à respecter cette alliance, qui fut réitérée par Moïse peu avant sa mort, avant que les tribus d’Israël prennent possession de la Terre promise (Deutéronome 5).

Un échec?

En dépit de tous les exemples de leur histoire (préservés par Moïse dans la Torah – les cinq premiers livres de la Bible), les enfants d’Israël ne cessèrent de désobéir à Dieu, aux prophètes et à leurs dirigeants. C’est pourquoi, dans l’Épître aux Hébreux, il est question de blâme (Hébreux 8:8), les concernant.

Les bonnes lois et l’accord que Dieu proposa aux Israélites – ce qui devint ce qu’on appelle l’Ancienne Alliance – n’avaient rien de mauvais. Le problème se situait au niveau du peuple, qui ne respecta pas cet accord avec Dieu.

La nature humaine ne changeant pas, Dieu introduisit un système de sacrifices pour enseigner à l’homme que le péché ne donne pas de bons résultats et mène même, tout compte fait, à la mort. Il importe qu’on se repente de ses péchés et que leur amende soit payée ; et cela représentait un aspect-clé de la promesse faite par Dieu à Abraham. Sa postérité – le Messie promis (le Christ, l’Oint) – apparaîtrait et deviendrait une bénédiction pour tous. Jésus-Christ a volontairement payé l’amende de tous nos péchés.

Ce que Dieu savait

Deutéronome 5:29 indique clairement que Dieu savait que la nature humaine échouerait. L’homme a beau avoir de bonnes intentions, il n’est pas capable de s’y conformer. Dieu a prophétisé, par la bouche des prophètes Jérémie et Ézéchiel, qu’Il nous donnerait un autre cœur, nous communiquerait Son Esprit, et écrirait Ses lois dans notre cœur et dans notre esprit (Jérémie 31:31-34 ; Ézéchiel 36:24-28).

Cette transformation est rendue possible par le sacrifice du Christ et par la grâce – et constitue l’essence même de la Nouvelle Alliance, qui est une alliance renouvelée. La différence ne se situe pas dans la loi, mais dans le réceptacle dans lequel cette loi est écrite. En ayant les lois divines écrites dans notre cœur et dans notre esprit, par le Saint-Esprit, nous avons le pouvoir et la motivation qui manquaient à Israël (Hébreux 8:7-13).

Alliances et testaments

Les mots testament et alliance passent souvent pour synonymes, mais ils ne le sont pas.

Un testament est un document manuscrit par lequel une personne lègue une partie ou la totalité de ses biens à un héritier. On conseille aux personnes rédigeant leur testament de le déposer en lieu sûr ; il s’agit en effet de leurs dernières volontés dans lesquelles elles stipulent comment elles souhaitent disposer de leurs biens une fois disparues. Le Nouveau Testament ayant compris la mort de Jésus-Christ, on peut dire que c’est un testament.

De nos jours, les termes Nouvelle Alliance et Nouveau Testament sont pour bien des gens synonymes. Or, selon la Bible, une alliance ou un accord est un élément clé indiquant la continuité des rapports de Dieu avec des êtres humains par l’Ancienne Alliance et la Nouvelle Alliance. L’Ancienne Alliance, conclue entre Dieu et la nation d’Israël, n’était pas un testament ; c’était un accord selon lequel les enfants d’Israël s’engageaient devant Dieu à Lui obéir. Pour Sa part, Dieu promettait de leur accorder d’abondantes bénédictions nationales et physiques.

Veuillez noter Exode 19:5 : « Maintenant, si vous écoutez ma voix, et si vous gardez mon alliance, vous m’appartiendrez entre tous les peuples » (c’est nous qui soulignons).

Avez-vous remarqué le petit mot si dans cette alliance ? Le peuple répondit qu’il était disposé à faire tout ce que l’Éternel leur disait. Ladite alliance fut ratifiée par le sang (Exode 24:4-8).

Bien qu’ayant accepté les termes et les conditions de l’Ancienne Alliance, le peuple, hélas, ne respecta pas sa part de l’accord. Il ne cessa de désobéir à Dieu et à Ses lois. Le problème ne venait pas de l’Éternel, ni de Son Alliance, mais du peuple qui refusa de se conformer aux termes et aux conditions qu’il avait pourtant acceptés au mont Sinaï (Hébreux 8:6-10). Si le peuple ne reçut pas les bénédictions nationales que Dieu avait promises et qu’Il était pleinement capable de leur accorder, c’était lui (le peuple) le fautif.

Les Israélites ne tinrent pas leur promesse et violèrent l’accord solennel qu’ils avaient conclu avec Dieu. C’est là un aspect important que peu de gens comprennent lorsqu’ils étudient les alliances bibliques.

Le merveilleux plan de salut divin

Dieu a créé l’homme à Son image, et selon Sa ressemblance, dans un dessein magistral – pour lui offrir, à lui et à ses descendants, la vie éternelle en tant que Ses enfants dans Sa famille (Hébreux 2:10). Or, les hommes ont décidé de Lui désobéir, s’attirant la mort.

C’est seulement par la promesse faite à Abraham que le salut est possible, que l’homme peut être sauvé. Les êtres humains doivent se repentir et se détourner du péché, accepter le sacrifice de Jésus-Christ qui est mort à leur place, avant de pouvoir obtenir ces offres d’éternité faites par leur Créateur.

Cette alliance biblique renouvelée s’appuie sur les mêmes lois, mais elle s’accompagne de l’aide du Saint-Esprit et de meilleures promesses. Cette Nouvelle Alliance remplace l’Ancienne et nous incite à examiner nos vies à la lumière de la loi divine, qui est sainte, juste et bonne. C’est seulement de cette manière que nous pouvons recevoir la promesse de la vie éternelle, que Dieu a rendue possible pour l’humanité, par Jésus-Christ.