L’Ancienne Alliance

La Bible parle de l’Ancienne Alliance et de la Nouvelle Alliance. Que représente l’Ancienne ? Les lois divines ont-elles été abolies avec cette dernière ?

Les alliances sont courantes dans notre monde moderne, comme dans les temps bibliques. Une alliance est un contrat officiel ou un accord entre deux individus ou plus, en vertu duquel les partis impliqués s’engagent à respecter les termes stipulés dans ledit contrat.

Que représente l’Ancienne Alliance ?

La toile de fond de l’Ancienne Alliance

L’Ancienne Alliance remonte en fait à Abraham, l’ancêtre d’Israël. Dieu conclut avec Abraham une alliance par laquelle Il lui promit, comme postérité, une nation à part. Ce sont ses descendants qui, plus tard, conclurent avec Dieu une alliance au mont Sinaï.

Dans les passages suivants, Dieu énonce des promesses précises pour Abraham et ses descendants. Ces promesses incluent :

  • La formation d’une grande nation et d’un Commonwealth de nations (Genèse 12:2 ; 15:5 ; 17:2-7 ; 35:11).
  • Un territoire précis – la Terre Promise (Genèse 13:15 ; 15:18-21 ; 17:7-8).
  • La grandeur en tant que nation (Genèse 22:17 ; 27:28-29 ; 28:13-14).

Ces promesses d’alliance furent transmises d’Abraham à son fils Isaac (Genèse 17:19) ; au fils de ce dernier – Jacob – dont Dieu changea le nom en « Israël » (Genèse 35:10-12 ; 28:3-4, 13-14) ; aux 12 fils de ce dernier (Genèse 49) ; et à leurs descendants (qui devinrent les 12 tribus d’Israël).

Abraham mort, sa famille finit par se retrouver en Égypte où elle s’accrut considérablement. Le premier chapitre de l’Exode indique que là, elle fut asservie. « Dieu entendit leurs gémissements, et se souvint de son alliance avec Abraham, Isaac et Jacob » (Exode 2:24 ; c’est nous qui soulignons tout du long). Les dix chapitres suivants relatent l’intervention divine pour faire sortir Israël d’Égypte, par les dix fléaux que l’on connait et le choix de Moïse comme porte-parole de l’Éternel. Ensuite, 430 ans après avoir confirmé l’alliance conclue avec Abraham, Dieu libéra ses descendants de l’esclavage, étant enfin libres de commencer à vivre comme une nation indépendante (Exode 12:40-41).

L’alliance officiellement présentée à Israël

La dernière menace de l’Égypte fut noyée dans la mer Rouge (Exode 14). Dans les semaines qui suivirent, Dieu guida Israël hors de l’Égypte et l’amena au Sinaï – un lieu spécial où Il lui expliqua officiellement Son Alliance avec Son peuple. Plusieurs siècles s’étaient écoulés depuis que les ancêtres d’Israël avaient été en contact avec l’Éternel, et la plupart de ce qu’ils allaient entendre allait être nouveau pour eux. Le 19e chapitre de l’Exode décrit le peuple se préparant à rencontrer Dieu et à prendre connaissance de Son offre.

Rappelez-vous qu’une alliance est un accord officiel par lequel les partis en présence acceptent les termes stipulés ou leurs responsabilités respectives. En somme, Dieu exigeait d’Israël qu’il Lui obéisse, se conforme à tout ce qu’Il ordonnait. En échange, Dieu S’engageait à faire d’Israël la première nation de la terre. « Si vous écoutez ma voix, et si vous gardez mon alliance, vous m’appartiendrez entre tous les peuples, car toute la terre est à moi » (Exode 19:5-6). C’était remarquable, car aucune autre nation n’avait jamais eu l’occasion de bénéficier d’une alliance avec le Créateur de l’univers !

Le spectacle était très impressionnant, un son de trompette et du tonnerre se faisant entendre, des éclairs striant le ciel et de la fumée enveloppant la montagne. Le moment était venu pour Dieu de S’adresser à la nation : « Alors Dieu prononça toutes ces paroles, en disant… » (Exode 20:1).

Les termes de l’Alliance

Les chapitres 20 à 23 de l’Exode fournissent les termes fondamentaux de l’Alliance :

  • Les lois préexistantes de Dieu. Dans Exode 20, Dieu débute par les Dix Commandements. Ces lois n’étaient pas nouvelles. Notez, par exemple, que dans Exode 16 :4-5, 22-25, l’obéissance au commandement relatif au sabbat était clairement en vigueur avant que le peuple arrive au Sinaï. (Lire à cet effet notre article « Les Dix Commandements étaient-ils en vigueur avant Moïse ? »)

En plus des Dix Commandements, d’autres lois avaient été imposées aux humains longtemps avant qu’Israël n’arrive au Sinaï. Parmi elles, les statuts comme le versement de la dîme et les lois alimentaires. Notez que bien des siècles auparavant, Dieu avait dit : « Abraham a obéi à ma voix, et […] a observé mes ordres, mes commandements, mes statuts et mes lois » (Genèse 26:5).

  • Les lois civiles nationales. Israël étant devenue une nation en bonne et due forme, certains statuts et certaines ordonnances étaient nécessaires au maintien de la paix et de l’ordre dans le pays. Beaucoup de statuts étaient des amplifications de lois divines préexistantes comme, par exemple, « Tu n’affligeras point la veuve, ni l’orphelin » (Exode 22:22) – l’amplification de la loi divine fondamentale de l’amour pour le prochain – ou « Tu ne répandras point de faux bruit » – une amplification du Neuvième Commandement.

Les ordonnances étaient des précédents que les juges du pays devaient utiliser lors de conflits ou de violations des lois divines. Par exemple, « Si un homme dérobe un bœuf ou un agneau… » (Exode 22:1) fixe l’amende de cette transgression particulière du Huitième Commandement.

L’approbation d’Israël

Les lois résumées dans les Dix Commandements étaient en vigueur longtemps avant que Dieu n’ait conclu cette Alliance avec Israël. Elles étaient inclues dans – ou devinrent les exigences de – l’Ancienne Alliance, et elles font aussi partie de la Nouvelle Alliance.

Les chapitres 20 à 23 de l’Exode sont appelés « le livre de l’alliance » (Exode 24:4, 7). Après avoir pris note de ces termes fondamentaux, Israël dut signifier son approbation, son plein accord. Le peuple répondit : « Nous ferons tout ce que l’Eternel a dit, et nous obéirons » (Exode 24:3, 7).

Israël ayant approuvé les termes stipulés par Dieu, l’Alliance fut donc ratifiée (rendue officielle, valide et applicable) avec du sang. De nos jours, on appose sa signature sur un contrat pour signifier son accord des termes stipulés. L’« encre » de cette alliance, pourrait-on dire, était du sang animal. « Moïse prit le sang, et il le répandit sur le peuple, en disant : Voici le sang de l’alliance que l’Eternel a faite avec vous selon toutes ces paroles » (Exode 24:8).

Le sang des animaux préfigurait le sang que Christ allait un jour verser et qui allait devenir le sang de la Nouvelle Alliance.

Un contrat de mariage

Beaucoup ont entendu parler de l’Ancienne Alliance (aussi appelée « Ancien Testament »), mais rares sont ceux qui comprennent que – sous bien des aspects – cette alliance ressemblait à un contrat de mariage. Ce qui étonne encore davantage, c’est que c’était une alliance entre Israël et le Dieu de l’Ancien Testament, qui allait plus tard venir sur terre en la personne de Jésus-Christ. Veuillez noter les passages suivants :

« Moïse vint appeler les anciens du peuple, et il mit devant eux toutes ces paroles, comme l’Eternel le lui avait ordonné. Le peuple tout entier répondit : Nous ferons tout ce que l’Eternel a dit. Moïse rapporta les paroles du peuple à l’Eternel » (Exode 19:7-8).

« Frères, je ne veux pas que vous ignoriez que nos pères ont tous été sous la nuée, qu’ils ont tous passé au travers de la mer, qu’ils ont tous été baptisés en Moïse dans la nuée et dans la mer, qu’ils ont tous mangé le même aliment spirituel, et qu’ils ont tous bu le même breuvage spirituel, car ils buvaient à un rocher spirituel qui les suivait, et ce rocher était Christ […] Ne tentons point le Seigneur, comme le tentèrent quelques-uns d’entre eux, qui périrent par les serpents » (1 Corinthiens 10:1-4, 9).

« Car ton créateur est ton époux : L’Eternel des armées est son nom ; et ton rédempteur est le Saint d’Israël : Il se nomme Dieu de toute la terre » (Ésaïe 54:5). Pareil à la fiancée et au fiancé qui prononcent le « oui » fatidique après avoir pris note de leurs devoirs conjugaux respectifs, Israël accepta de se soumettre à son Mari, et Dieu promit d’aimer Israël et de pourvoir à ses besoins. Après Exode 24, Dieu continua de définir Ses lois et d’expliquer à Israël comment il devait vivre. Autrement dit, d’autres lois furent ajoutées après qu’Israël ait dit « oui ». Plusieurs de ces lois étaient des amplifications des Dix Commandements ; d’autres étaient des lois civiles supplémentaires ; d’autres encore des ordonnances supplémentaires.

Dieu ajouta également un tabernacle et un sacerdoce, ainsi que des lois et des règlements précis que devait suivre ce dernier dans ses fonctions pour le tabernacle. Des lois réglementant les sacrifices et les offrandes en faisaient partie (Exode 25-30).

Notez que le Saint-Esprit et l’immortalité ne faisaient pas partie des promesses faites dans cette Alliance. Il importe de s’en souvenir quand on mesure la nécessité d’une Nouvelle Alliance. Dieu ajouta également d’autres promesses relatives à l’obéissance d’Israël, en plus de l’héritage de la terre promise à Abraham et ses descendants (notez, par exemple, Lévitique 26:3-12).

L’Alliance violée, de nouveau asservis…

Israël, avant même d’avoir atteint la Terre Promise, viola ses engagements envers Dieu. Une fois installé dans cette dernière, pendant les sept siècles suivants, il ne cessa de se rebeller et d’être infidèle. Cela devint si flagrant qu’il abandonna le contrat de mariage auquel il était lié. Notez la réaction divine face à cette infidélité :

« J’ai vu que pour toutes les occasions par lesquelles Israël la revêche avait commis adultère, je l’ai renvoyée, et lui ai donné ses lettres de divorce ; toutefois Juda sa sœur l’infidèle n’a point eu de crainte, mais s’en est allée, et elle aussi s’est prostituée […] Enfants revêches, convertissez-vous, dit l’Eternel ; car j’ai droit de mari sur vous (Jérémie 3:8, 14 ; version Martin) […] Mais vous m’avez trahi ô communauté d’Israël, comme une femme qui trompe son mari, l’Eternel le déclare » (verset 20 ; Bible du Semeur).

Pour finir, vers 700 avant notre ère, Dieu permit que les 10 tribus du nord soient déportées et emmenées captives en Assyrie. Un siècle plus tard, environ, Babylone conquit les tribus du sud et les emmena également en captivité.

Il n’y a plus, à présent, aucune alliance active entre Dieu et la moindre nation physique. Les lois divines étant spirituelles et éternelles, et ne se limitant donc pas à l’Ancienne Alliance, les nations formant Israël se doivent toujours de les observer, et subiront un châtiment pour les avoir transgressées.

En cas de tâche inachevée, en transit vers une Nouvelle Alliance

Dans de nombreuses prophéties, Dieu rappelle les promesses qu’Il fit dans l’Alliance originale avec l’Israël physique, et de concert Il indique l’époque où Christ reviendra sur terre. Il déclare qu’Il ravivera ces promesses originales. Autrement dit, bien qu’Israël ait renoncé à l’Alliance, Dieu redonnera à Israël la terre qu’Il a promise à ses ancêtres et restaurera les autres bénédictions physiques qu’Il a promises à Abraham et ses descendants, il y a bien des siècles.

Deutéronome 30:1-5, par exemple, parle de l’époque future où les Israélites modernes (les 12 tribus) seront en captivité dans divers pays, et où Christ – de retour – les libérera et les ramènera dans la Terre Promise d’origine. Et notez le verset suivant : « L’Eternel, ton Dieu, circoncira ton cœur et le cœur de ta postérité, et tu aimeras l’Eternel, ton Dieu, de tout ton cœur et de toute ton âme, afin que tu vives ».

C’est une allusion à une nouvelle promesse qui sera offerte à ce moment-là – la conversion, grâce au Saint-Esprit – qui fera partie de la Nouvelle Alliance qui sera proposée à cette époque-là. Notez également le verset 8 : « Et toi, tu reviendras à l’Eternel, tu obéiras à sa voix, et tu mettras en pratique tous ces commandements que je te prescris aujourd’hui ». On remarque que lorsque la Nouvelle Alliance sera en vigueur, elle n’abolira pas les lois divines !

Notez aussi Jérémie 31:31-33, qui annonce la Nouvelle Alliance et n’abolit aucunement la loi divine :

« Voici, les jours viennent, dit l’Eternel, où je ferai avec la maison d’Israël et la maison de Juda une alliance nouvelle, non comme l’alliance que je traitai avec leurs pères, le jour où je les saisis par la main pour les faire sortir du pays d’Egypte, alliance qu’ils ont violée, quoique je sois leur maître [ou mari], dit l’Eternel. Mais voici l’alliance que je ferai avec la maison d’Israël, après ces jours-là, dit l’Eternel : Je mettrai ma loi au-dedans d’eux, je l’écrirai dans leur cœur ; et je serai leur Dieu, et ils seront mon peuple ».

Une autre prophétie sur cette époque future, après le retour de Christ, annonce également l’achèvement de tâches non accomplies sous l’Ancienne Alliance, quand entrera pleinement en vigueur la Nouvelle Alliance :

«  Je vous retirerai d’entre les nations, je vous rassemblerai de tous les pays, et je vous ramènerai dans votre pays […] Je mettrai mon Esprit en vous, et je ferai en sorte que vous suiviez mes ordonnances, et que vous observiez et pratiquiez mes lois. Vous habiterez le pays que j’ai donné à vos pères ; vous serez mon peuple, et je serai votre Dieu » (Ézéchiel 36:24, 27-28).

L’Ancienne Alliance comprenait uniquement des promesses physiques, matérielles – Dieu allait bénir Son peuple, lui procurer la santé et la guérison, le protéger contre ses ennemis, lui fournir du beau temps, etc. La Nouvelle Alliance peut également inclure ces bénédictions, mais elle comprend en outre la promesse d’un plein pardon des péchés, le don du Saint-Esprit et de son pouvoir, et la vie éternelle.

Le peuple, et non l’Alliance, était à blâmer

Hébreux 8:6 décrit Christ comme « le médiateur d’une alliance plus excellente ». Cette Alliance s’appuie-t-elle sur de meilleures lois, comme beaucoup le croient ? Aucunement ! Elle est « établie sur de meilleures promesses » (même verset). Ces dernières comprennent le pardon des péchés, le Saint-Esprit de Dieu et l’immortalité. Les versets suivants indiquent que c’était le peuple – et non l’Alliance – qui était à blâmer (« car ils n’ont pas persévéré dans mon alliance » – verset 9).

Pour finir, notons le verset 13 : « Ce qui est ancien, ce qui a vieilli, est près de disparaître ». Les verbes, dans cette phrase, sont au présent continu, décrivent une action en cours. Ces mots ont été écrits une trentaine d’années après que Christ ait quitté la terre. Il est question de la tâche inachevée de l’Ancienne Alliance et de l’introduction de la Nouvelle Alliance, peu après le retour de Christ.

C’est alors que la Nouvelle Alliance sera inaugurée avec la maison d’Israël, et en fait toutes les nations. Entre-temps, Dieu offre, à un nombre limité d’individus qu’Il appelle à se détacher du monde pour faire partie de Son Église, de participer d’avance à cette Nouvelle Alliance. Leur esprit a été ouvert à la compréhension de la vérité et ils comprennent le besoin de se repentir pour recevoir le Saint-Esprit qui leur permet d’intérioriser les lois justes de Dieu.

La pleine application de la Nouvelle Alliance n’aura lieu que quand Christ sera revenu et que tous, ayant la loi divine écrite dans leurs cœurs, seront nés dans la famille divine.

Nous vous invitons à lire, à cet effet, notre article En quoi la Nouvelle Alliance est-elle nouvelle ?