La Bible a-t-elle raison ? Quatrième preuve : les prophéties accomplies

Peut-on confirmer la véracité de la Bible en prenant plusieurs de ses prophéties et en vérifiant si elles se sont bien accomplies ?

Qu’est-ce qu’une prophétie ? « [P]rédication inspirée de l’avenir... Dieu domine le temps et l’espace et il peut nous parler à la fois du passé, du présent et de l’avenir même éternel » (Nouveau Dictionnaire Biblique).
D’après cette définition, une grande partie de la Bible est prophétique. Seize prophètes nommés sont les auteurs de plusieurs livres de l’Ancien Testament : Ésaïe, Jérémie, Ézéchiel, Daniel, Osée, Joël, Amos, Abdias, Jonas, Michée, Nahum, Habakuk, Sophonie, Aggée, Zacharie et Malachie.
 
Moïse, l’auteur des cinq premiers livres de la Bible, est aussi appelé un prophète (Deutéronome 34:10). Le roi David avait un voyant, ou prophète, du nom de Gad (2 Samuel 24:11). Le prophète Nathan confronta David à propos de son adultère avec Bath-Schéba. Il y en avait aussi d’autres, comme Achija, Jéhu, Élie, Élisée, Schemaeja, Obed et Samuel.
 
Certains érudits estiment que le tiers de la Bible est prophétique. Comment un être humain pourrait-il prédire des événements futurs et les faire s’accomplir sans que Dieu soit impliqué ?
 
Dans le présent article, prenons simplement trois des quelque 2 500 prophéties contenues dans les pages de la Bible, et vérifions si elles se sont bien accomplies comme annoncées.
 

1. La prophétie de Jérémie sur les 70 ans

 
Débutons par la prophétie connue de nombreux chrétiens, sur « les 70 années », se trouvant dans Jérémie 25 :11-12 : «Tout ce pays deviendra une ruine, un désert, et ces nations seront asservies au roi de Babylone pendant soixante-dix ans. Mais lorsque ces soixante-dix ans seront accomplis, je châtierai le roi de Babylone et cette nation, dit l’Eternel, à cause de leurs iniquités ; je punirai le pays des Chaldéens, et j’en ferai des ruines éternelles ». 
 
Voilà bien une prophétie très précise fournissant la durée de la captivité des Juifs et de la ruine du pays. Il devrait être facile de prouver si elle s’est – ou non – accomplie.
 
Commençons par les 70 ans de captivité. La première déportation des Juifs de Babylone (dont faisaient partie Daniel et ses amis Schadrac, Méschac et Abed-Nego) débuta les 70 ans de captivité. Les commentaires bibliques la font débuter entre 607 et 605 avant notre ère. Diverses sources placent la date du retour des Juifs à Jérusalem entre 539 et 536 avant notre ère.
 
Que dire des 70 ans de ruine ou de désolation du pays proprement dit ? Vers 586 avant notre ère, le roi Nebucadnetsar détruisit Jérusalem et le temple qui avait été bâti par Salomon. Une fois la ville détruite, il emmena d’autres Juifs captifs. Ce que l’histoire séculière confirme.
 
La plupart des dates sur cette période sont difficiles à établir, mais les historiens s’accordent pour placer la destruction de Jérusalem entre 587 et 585 avant notre ère. L’année 586 avant notre ère étant généralement retenue – ce qui situerait la fin des 70 ans en 516 avant notre ère.
 
Que se passa-t-il en 516 avant notre ère ? Selon les historiens, c’est l’année où le temple, reconstruit, fut dédicacé. Les Juifs, enfin, après 70 ans, pouvaient offrir des sacrifices et adorer dans un temple, à Jérusalem.
 
Certains prétendent que cette prophétie fut écrite après 516. Est-ce bien le cas ? Il existe de nombreuses preuves historiques fiables que Jérémie écrivit son livre bien des années avant la dédicace du second temple, à Jérusalem.
 

2. La prophétie sur Bethléhem

 
Notre deuxième prophétie se trouve dans Michée 5:2 : « Et toi, Bethléhem Ephrata, petite entre les milliers de Juda, de toi sortira pour moi celui qui dominera sur Israël, et dont les activités remontent aux temps anciens, aux jours de l’éternité ».
 
Dans le Nouveau Testament, est décrit un groupe de mages se rendant chez Hérode pour s’enquérir du Messie. Une fois ces derniers partis, Hérode s’enquiert, auprès d’experts, du lieu de naissance prévu pour le Messie. Ils citent la prophétie de Michée, et déclarent qu’Il doit naître à Bethléhem. « Il assembla tous les principaux sacrificateurs et les scribes du peuple, et il s’informa auprès d’eux du lieu où le Christ devait naître. Ils lui dirent : A Bethléhem en Judée ; car voici ce qui a été écrit par le prophète » (Matthieu 2:4-5).
 
Michée écrivit sa prophétie vers 700 avant notre ère, et les évènements décrits dans l’Évangile selon Matthieu se produisirent en 4 avant notre ère. Notez la succession d’évènements qui devaient se produire pour que cette prophétie s’accomplisse. Quand un ange annonça à Marie qu’elle enfanterait le Messie, elle vivait à Nazareth, en Galilée et était fiancée à Joseph (Luc 1:26-27). Peu avant la naissance de Jésus, Joseph l’emmena à Bethléhem, un village éloigné de la Galilée.
 
Marie et Joseph vivant à Nazareth, il était peu probable qu’ils se trouvent à Bethléhem lors de la naissance de Jésus. Ce déplacement accomplissait clairement la prophétie de Michée et constitue une preuve supplémentaire de la véracité de la Bible.
 

3. La prophétie sur Cyrus, avant même qu’il ne soit né

 
Notre troisième prophétie est encore plus stupéfiante. Dans Ésaïe 45:1-3,  il est question d’un individu nommé Cyrus. « Ainsi parle l’Eternel à son oint, à Cyrus, qu’il tient par la main, pour terrasser les nations devant lui, et pour relâcher la ceinture des rois, pour lui ouvrir les portes, afin qu’elles ne soient plus fermées ; je marcherai devant toi, j’aplanirai les chemins montueux, je romprai les portes d’airain, et je briserai les verrous de fer ». 
 
Ésaïe écrivit cette prophétie au huitième siècle avant notre ère. Or, Cyrus ne naquit qu’au sixième siècle avant notre ère, environ 200 ans plus tard. Comment Ésaïe put-il nommer de nom Cyrus avant même qu’il ne soit né ?
 
D’après l’histoire, Cyrus était le fondateur de l’empire perse. Il régna de 559 à 530 avant notre ère – période durant laquelle il unifia les Mèdes et les Perses et en fit un formidable empire mondial. Guerrier, il mena de nombreuses batailles, mais l’une de ses batailles les plus connues fut sa conquête de la cité de Babylone, pourtant réputée imprenable du fait de l’épaisseur de ses murailles.
 
Mais Cyrus usa d’un subterfuge : Voici ce qu’on peut lire dans l’Encyclopédie en ligne d’histoire ancienne :
 
« En 540 avant notre ère, Cyrus prit Elam et sa capitale Suse. Cyrus pénétra en Babylonie et se battit à Opis, à – ou non loin de – cette ville stratégique sur le Tigre, au nord de Babylone. L’armée babylonienne fut mise en déroute, et Cyrus conquit Babylone (539 avant notre ère) sans rencontrer de résistance significative. Hérodote explique que pour accomplir cet exploit, les perses détournèrent l’Euphrate dans un canal afin que le niveau de l’eau descende jusqu’au milieu de la cuisse d’un homme, ce qui permit aux forces de l’envahisseur de traverser le lit de la rivière et de pénétrer dans la ville ».
 
La prophétie d’Ésaïe était très précise, allant même jusqu’à mentionner « les portes, afin qu’elles ne soient plus fermées […] les portes d’airain », tout ceci, environ 200 ans à l’avance ! Ésaïe prophétisa en outre que Cyrus permettrait aux Juifs de rentrer chez eux et de rebâtir Jérusalem. Quand Ésaïe écrivit cette prophétie, les Juifs n’étaient même pas encore partis en captivité et Babylone n’était pas encore une grande puissance.
 
Ésaïe 44:28 : « Je dis de Cyrus : Il est mon berger, et il accomplira toute ma volonté ; il dira de Jérusalem : Qu’elle soit rebâtie ! et du temple : Qu’il soit fondé ! » L’accomplissement de cette prophétie est mentionné dans les livres de 2 Chroniques et d’Esdras.
 
Esdras 6:3 : «  La première année du roi Cyrus, le roi Cyrus a donné cet ordre au sujet de la maison de Dieu à Jérusalem : Que la maison soit rebâtie, pour être un lieu où l’on offre des sacrifices, et qu’elle ait des solides fondements. Elle aura soixante coudées de hauteur, soixante coudées de largeur ».
 
Quel accomplissement stupéfiant d’une prophétie ! Et si détaillé ! Dans 2 Timothée 3:16, il est écrit que « Toute l’Ecriture est inspirée de Dieu ». Dieu seul aurait pu donner aux prophètes l’inspiration requise pour écrire leurs prophéties, et Lui seul aurait pu les faire se réaliser. Songez seulement à la succession d’événements nécessaires pour que Cyrus naisse, devienne le roi de Perse, conquiert la plus grande cité du monde (Babylone) et permette aux Juifs de retourner à Jérusalem pour la rebâtir et rebâtir le temple !
 
Il ne s’agit là que de trois prophéties bibliques, parmi tant d’autres, contenues dans l’Ancien Testament, mais elles illustrent un principe important : La Bible est la Parole de Dieu, et elle dit vrai !
 
Dans notre prochaine édition, nous examinerons les preuves que la Bible est digne de confiance et exacte. Tenez compte du fait que la Bible se compose de 66 livres rédigés par approximativement 40 auteurs différents, sur une période d’environ 1 500 ans. Il serait bien improbable que tous ces auteurs puissent écrire, sur une période aussi longue, un message simple et homogène, sans l’aide de Dieu.
 
Pour voir d’autres preuves que la Bible dit la vérité, consultez notre rubrique La Bible a-t-elle raison ?