Christ n’a pas condamné les non-chrétiens à l’enfer

Beaucoup d’Églises sont convaincues que quiconque meurt sans accepter Christ subira des tourments éternels dans le feu de l’enfer. Est-ce bien ce que Jésus enseignait ?

Pour avoir cru qu’il faut à tout prix accepter le nom de Jésus-Christ pour être sauvé, au fil des siècles, des milliers de missionnaires chrétiens ont tenté de convertir le plus possible de gens, et plusieurs croisades ont été menées dans ce sens. Cette doctrine a causé énormément d’inquiétude à propos du sort ultime de beaucoup d’êtres humains, et elle en a même poussé un grand nombre à douter de la validité du christianisme.

D’après cette doctrine, l’époque présente serait la seule à offrir l’occasion d’être sauvé ; autrement dit, tous ceux qui meurent sans accepter Jésus-Christ seraient condamnés à l’enfer pour l’éternité.

Nous ne contestons pas la sincérité de ceux ayant été poussés à prêcher Christ à cause de cette croyance. Ce que nous contestons, en revanche, c’est l’idée que Christ ait enseigné une telle doctrine.

Le Christ a-t-Il enseigné que ceux qui ne L’acceptent pas de leur vivant – et ceux qui sont égarés par des formes non bibliques de christianisme – sont perdus à tout jamais et condamnés à des tourments éternels dans les flammes d’un prétendu enfer ?

Des questions qui exigent des réponses

Des millions de gens ont lu des passages de la Bible qui parlent de l’exclusivisme du christianisme – d’après lesquels il n’y a qu’en Christ qu’on puisse être sauvé. Et c’est effectivement ce que ces passages déclarent.

Jésus a dogmatiquement déclaré : « Je suis le chemin, la vérité, et la vie. Nul ne vient au Père que par moi » (Jean 14:6).

L’apôtre Pierre, en parlant de Christ, a proclamé : « Il n’y a de salut en aucun autre ; car il n’y a sous le ciel aucun autre nom qui ait été donné parmi les hommes, par lequel nous devions être sauvés » (Actes 4:12). Beaucoup d’autres versets bibliques confirment ce principe de base – vous ne pouvez pas être sauvé tant que le Père ne vous appelle pas, et tant que vous n’acceptez pas de suivre Christ (Jean 3:36 ; 1 Timothée 2:5 ; 1 Jean 5:12).

Mais que dire du dilemme suivant ? Quel est le sort de tous ceux qui n’ont pas rempli les conditions de base de ces versets ? Qu’adviendra-t-il de ceux qui ont vécu sans même avoir eu l’occasion d’entendre parler de Jésus-Christ ? Que dire de ceux qui – bien qu’ayant entendu parler de Lui – ne l’ont jamais compris et n’ont pas compris Son message ? Et que dire de tous ces enfants morts en bas âge ?

Est-il trop tard, pour eux ? Ont-ils raté leur seule chance d’être sauvés ? Sont-ils condamnés à l’enfer ?

Et que dire des versets bibliques révélant l’amour, la miséricorde, la compassion divine et le désir qu’a Dieu de voir toute l’humanité sauvée ?

La Bible dit que Dieu « est amour » (1 Jean 4:8) et « veut que tous les hommes soient sauvés et parviennent à la connaissance de la vérité » (1 Timothée 2:4 ; 2 Pierre 3:9). Le verset le plus connu et le plus souvent cité dans la Bible est « Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse point, mais qu’il ait la vie éternelle » (Jean 3:16).

Comment un Dieu d’amour pourrait-Il condamner les gens à des tourments éternels en enfer pour ne pas avoir entendu le nom de Jésus ? Pensez aux millions  d’individus qui ont vécu dans l’histoire, et sont morts, dans les régions les plus reculées de notre globe, comme les aborigènes d’Australie, les tribus isolées dans des coins perdus d’Afrique, et les Indiens d’Amérique. Tous ces gens-là rôtissent-ils en enfer pour ne pas être nés au bon endroit, au bon moment ? Et que dire de ceux qui vécurent avant que Jésus ne vienne sur terre, et qui n’ont jamais eu le moindre contact avec le Dieu de la Bible ?

Jésus, Sodome et le jugement

Dans Matthieu 10, il est question des directives de Jésus à Ses disciples avant qu’ils ne s’en aillent répandre Son message. Dans Ses directives, Jésus mentionne un point important qui nous éclaire et nous fournit la réponse aux questions ci-dessus. Après leur avoir expliqué quoi faire quand les gens rejettent l’Évangile, Il fait une déclaration fascinante : « Je vous le dis en vérité : au jour du jugement, le pays de Sodome et de Gomorrhe sera traité moins rigoureusement que cette ville-là » (verset 15).

Jésus parlait de Sodome et de Gomorrhe, des deux villes infâmes mentionnées dans Genèse 19, que Dieu avait entièrement détruites à cause de leur dépravation. Il leur dit que les habitants de ces villes seront traités moins sévèrement que ceux des villes rejetant les apôtres.

Il ne dit rien d’un enfer ni d’une condamnation éternelle. Il Se contenta d’expliquer que ces gens-là revivraient lors de la même période de jugement, et que l’un de ces groupes serait traité avec plus d’indulgence.

Cela devrait nous faire réfléchir. Se pourrait-il, en effet, que le sort final des non-chrétiens, à l’avenir, vous ait échappé ?

Jésus nous a apporté des précisions

Jésus fit d’autres déclarations du même genre, qui nous éclairent sur le jugement final des non-chrétiens.

S’adressant aux pharisiens qui Lui demandaient un signe, Jésus déclara : « Les hommes de Ninive se lèveront, au jour du jugement, avec cette génération et la condamneront, parce qu’ils se repentirent à la prédication de Jonas ; et voici, il y a ici plus que Jonas.

La reine du Midi se lèvera, au jour du jugement, avec cette génération et la condamnera, parce qu’elle vint des extrémités de la terre pour entendre la sagesse de Salomon, et voici, il y a ici plus que Salomon » (Matthieu 12:41-42).

Là encore, Jésus parlait du jugement dernier, et non comme on en parle généralement de nos jours. Ce jugement ne sera pas une condamnation expéditive. En feront partie les anciens Assyriens de Ninive, la reine de Saba, les pharisiens du temps de Jésus, et les habitants des anciennes Sodome et Gomorrhe ; tous revivront en même temps.

Les détails de ce jugement

Les déclarations de Jésus nous fournissent deux petits tableaux d’individus qui revivront « au jour du jugement », mais avec quelques détails supplémentaires. Quand ces gens-là revivront-ils ? Sous quelle forme ? Qu’adviendra-t-il alors ?

La réponse à ces questions se trouve dans deux livres prophétiques de la Bible – l’Apocalypse, et Ézéchiel.

Quand ?  Le 20e chapitre de l’Apocalypse est l’un des chapitres les plus importants de la Bible, parce qu’il fournit plusieurs détails sur la chronologie des évènements devant se produire après le retour de Jésus-Christ. On y découvre que Satan sera mis hors d’état de nuire pendant mille ans, immédiatement après le Second

Avènement de Christ (versets 1-3) et que les saints [les fidèles serviteurs de Christ à travers les siècles (versets 4-6) – seront ressuscités. Christ et Ses saints régneront pendant mille ans (le Millenium).

Après le Millenium, un autre groupe d’individus sera ressuscité à une autre vie physique. Il est question des « autres morts » (verset 5).

Qui ? Le verset 12 révèle qui seront ces gens-là : « Et je vis les morts, les grands et les petits, qui se tenaient devant le trône ». Feront partie de cette résurrection l’immense majorité des êtres humains ayant vécu et étant morts durant les millénaires de l’histoire humaine ; ils ressusciteront tous en même temps. Le prophète Ézéchiel eut, lors d’une vision, un avant-goût de cette résurrection future (Ézéchiel 37:5-6), et il vit que Dieu fera revivre, dans un corps physique, des milliards d’individus. Ne manquez pas de lire cette description et essayez d’imaginer ce qui se passera quand ces corps se formeront.

Qu’adviendra-t-il ? Après que ces individus auront repris conscience dans un autre corps physique, ils auront la possibilité d’apprendre la Parole de Dieu. L’Écriture dit : « Des livres furent ouverts » (Apocalypse 20:12). Ces livres (grec biblion) sont les livres de la Bible. Ceux qui, antérieurement, ne comprenaient pas la vérité divine (Marc 4:11-12 ; Apocalypse 12:9) auront alors ces livres « ouverts » pour eux – ils les comprendront entièrement !

Et le verset 12 de poursuivre : « Et un autre livre fut ouvert, celui qui est le livre de vie ». L’ouverture de ce livre représente l’occasion donnée à tous ces gens-là d’accéder à la vie éternelle. Dieu offrira alors Son Saint-Esprit à des milliards d’individus (Ézéchiel 37:14).

Tous ces gens-là, qui seront des milliards, auront enfin l’occasion de comprendre la Bible, de connaître Christ et de Lui obéir, et de vivre éternellement.

C’est ce qui adviendra de tous ces êtres humains dont Jésus a parlé – comme la reine de Saba et les habitants de Sodome – tous ceux qui ont vécus et sont morts au fil des siècles sans connaître le vrai Dieu et Sa vérité.

Une invitation à en savoir plus

C’est là un vaste sujet. En fait, c’est l’un des plus vastes. Qui fait l’objet de l’une de nos brochures gratuites, en préparation, de plus de 40 pages intitulée « L’ultime ennemi – ce qu’on devient, une fois mort ». Cet ouvrage couvre de nombreux passages bibliques et explique ce qu’il advient réellement de nous, quand on meurt, et l’espérance merveilleuse que peut avoir chaque être humain ayant vécu.