Pensez-y : Pourrons-nous enfin, de nos glaives, forger des hoyaux ?

Il eût été difficile – que l’on soit ou non croyant – de ne pas mesurer l’ironie de la situation. Une puissance mondiale militariste athée offrait au monde un présent s’inspirant de … la Bible !

C’était en 1959, et l’Union Soviétique offrait aux Nations Unies une statue en bronze d’un costaud tenant un marteau avec lequel il refaçonnait une épée – symbole de guerre et de destruction – pour en faire un soc, symbole de paix et de bonté.

Le geste de la Russie – un régime qui méprisait la Bible, persécutait les croyants et venait de massacrer plusieurs millions de ses citoyens – sonnait faux, mais les paroles gravées sur cette statue connue – « Forgeons de nos glaives des hoyaux » – résonnaient dans le cœur des gens, dans le monde, comme c’est encore souvent le cas de nos jours.

En acceptant ce don, le Secrétaire général Dag Hammarskjöld déclara que « le rêve ancestral de l’humanité reflétait les paroles d’Ésaïe » et que ce rêve avait inspiré la création des Nations Unies.

La statue ne reproduit pas les paroles exactes d’Ésaïe, mais dans un parc situé en face de l’ONU, est érigé « le mur d’Ésaïe » sur lequel est gravée la citation du prophète dans son entier : « De leurs glaives ils forgeront des hoyaux, et de leurs lances des serpes : Une nation ne tirera plus l’épée contre une autre, et l’on n’apprendra plus la guerre » (Ésaïe 2:4).

Des géants nucléaires d’une morale enfantine

Comme c’est étrange ! Les déclarations les plus avisées sur la paix proviennent souvent d’individus dont la profession est de brandir des armes. Une évaluation pertinente du général américain Douglas McArthur figurait dans un article sur les efforts futiles des hommes visant à instaurer  la paix, intitulé Pursuing Peace: UN 75th Anniversary Assessment. Témoins des ravages des guerres, certaines personnes s’interrogent indubitablement sur la question.

Un autre vétéran de la Deuxième Guerre mondiale – le général Omar Bradley – fit la réflexion suivante : « Nous avons beaucoup d’hommes de science, mais peu d’hommes de Dieu. Nous avons percé les mystères de l’atome, mais rejeté le sermon sur la montagne […] Le monde est devenu génial mais ne s’est pas assagi ; puissant mais dénué de conscience. Notre monde est un monde de géants nucléaires d’une morale enfantine ; nos connaissances guerrières surpassent nos connaissances sur la paix ; nous en savons plus sur l’art de tuer que sur l’art de vivre ».

Ce que le général Bradley a dit de plus effrayant est ceci : « Si nous continuons de réaliser des progrès technologiques sans faire preuve de sagesse ou sans être prudents, notre serviteur risque de devenir notre bourreau ».     

Notre article principal – « Comment vaincre la peur » vaut la peine d’être lu, car Bradley et McArthur avaient raison. Le monde va connaître une période effrayante. Néanmoins, Dieu a promis qu’au-delà de cette dernière, l’humanité va connaître un avenir merveilleux !

Le pire des conflits

Les Nations Unies viennent de célébrer leur 75e anniversaire et notre revue Discerner son 7e. Nous aspirons tous à la même chose – l’article principal de notre édition inaugurale, en 2014, était « L’on n’apprendra plus la guerre » – mais la manière dont cela va se réaliser est bien différente de celle des Nations Unies.

L’éditorial de notre première édition expliquait cette autre voie, et notre raison d’être : « Le palmarès de l’humanité prouve qu’il est impossible de comprendre ces questions sans l’aide de Dieu. “Mes pensées ne sont pas vos pensées, et vos voies ne sont pas me voies, dit l’Éternel”. Néanmoins, Il nous assure que nous pouvons apprendre à penser comme Lui : “Si tu rends ton oreille attentive à la sagesse, et si tu inclines ton cœur à l’intelligence ; oui, si tu appelles la sagesse, et si tu élèves ta voix vers l’intelligence…” (Proverbes 2:2-3) ».

« Assurément, la plus grande bataille qui est menée dans le monde à présent est pour le contrôle des idées et du cœur de chaque individu. Et dans la clameur de toutes ces idées qui flottent, notre revue Discerner ajoute elle aussi sa voix. Ce premier numéro vous donne un petit échantillon de ce qu’elle a à offrir : un nouveau point de vue pour examiner les questions de la vie à la lumière de Dieu et des principes éternels de sa Parole ».

Sept ans plus tard, nous espérons que vos idées continuent d’être remises en question et éclairées, et que votre vie a changé, grâce à Discerner.