Jésus mangeait-Il du porc ?

De nos jours, les lois sanitaires bibliques sont généralement ignorées. Y a-t-il des raisons pour lesquelles Dieu qualifie certains animaux d’impurs ? Jésus mangeait-Il du porc et des fruits de mer ?

Mangez ceci, mais pas cela ! C’est ce que déclare une société multi-médiatique éduquant les gens sur leur alimentation. Bien que la Bible ne soit pas un ouvrage de diététique, un chapitre entier, dans l’Ancien Testament pourrait avoir le titre ci-dessus « Mangez ceci, mais pas cela ! »

Le 11e chapitre du Lévitique consacre 47 versets à nous aider à établir la distinction entre « ce qui est impur et ce qui est pur, l’animal qui se mange et l’animal qui ne se mange pas » (verset 47). D’autres directives sont aussi fournies dans le 14e chapitre du Deutéronome. La Bible explique donc quelles sont les viandes « pures » et « impures ».

Résumons ce que nous enseignent le 11e chapitre du Lévitique et le 14e chapitre du Deutéronome :

  • Les mammifères propres à la consommation ont le sabot fendu et ruminent. Il est question d’animaux comme, entre autres, les bovins, les moutons et les cervidés. Par contre, les mammifères comme le cochon (ou porc) et les rongeurs sont impropres à la consommation.
  • Les poissons comestibles sont ceux qui ont à la fois des nageoires et des écailles – comme, entre autres, la morue, le saumon, la truite et le thon. En revanche, les créatures aquatiques comme l’écrevisse, le homard, les crevettes, le crabe et le poisson-chat, entre autres, ne sont pas comestibles.
  • Les volailles propres à la consommation sont, entre autres, le poulet, la dinde, le canard et la caille. Par contre, le vautour, la mouette et les oiseaux de proie comme le faucon et l’aigle, entre autres, sont impropres à la consommation.

Hélas, la plupart des gens (mis à part les Juifs pratiquants) rejettent ou ignorent ces lois alimentaires qui passent généralement pour d’anciennes lois cérémonielles juives périmées.

Or, que dire si ces lois n’étaient pas d’anciennes lois désuètes ? Dieu – le Créateur des règnes humain et animal – aurait-Il créé certains animaux comestibles, et d’autres non ? En pareil cas, ces lois représenteraient une sagesse essentielle communiquée par notre Créateur pour notre bien.

Comment se fait-il que la plupart des gens prétendant avoir la Bible comme guide ne voient aucun inconvénient à manger une pizza au peppéroni, des côtes de porc, du jambon ou des crevettes ? Jésus mangeait-Il de ces viandes lorsqu’Il vécut, il y a environ 2 000 ans ?

Jésus était l’Auteur des lois alimentaires bibliques

Pour comprendre ce sujet, il importe de savoir Qui était Jésus. Avant d’être incarné, Il était – aux côtés de Dieu le Père – le Créateur de toutes choses et Celui qui communiqua les lois de l’Ancien Testament (Jean 1:3 ; Éphésiens 3:9 ; Colossiens 1:16-18 ; 1 Corinthiens 10 :1-4). Il S’adressa à Moïse et révéla de manière détaillée quelles sont les créatures propres ou impropres à la consommation (Lévitique 11:2).

C’est également Lui qui communiqua d’autres lois de la diététique et d’autres sages conseils en matière de santé couramment acceptés de nos jours – comme la prescription d’éviter le gras animal et d’ingérer du sang (Lévitique 3:17). En tant que Créateur, Il a conçu toutes les formes de vie de manière à ce qu’elles remplissent diverses fonctions dans l’écosystème terrestre. Certaines créatures ont été créées pour servir d’aliments aux êtres humains, et d’autres pour remplir d’autres rôles.

Par exemple, les crustacés comme les palourdes, les huitres, le homard, le crabe et les crevettes remplissent d’autres rôles – agissant par exemple comme des filtres aquatiques naturels. Ils ingèrent des bactéries, des virus et des parasites se trouvant dans l’eau des mers et des océans. C’est là une fonction pour laquelle Dieu les a créés, et c’est probablement pour cela que Dieu les a déclarés impropres à la consommation humaine.

Dans son livre What Would Jesus Eat? [Que mangerait Jésus ? ], le Dr Don Colbert fournit beaucoup de raisons pour lesquelles, selon lui, le cochon (ou la viande de porc) devrait être évité. Il écrit que « les cochons mangent d’énormes quantités de nourriture, et cela dilue l’acide hydrochlorique de leur estomac. Cela permet aux poisons, aux virus, aux parasites et aux bactéries d’être absorbés dans leur chair […] Ils mangent des ordures, des excréments, et même du poisson pourri. Tout ce qu’ils ingèrent finit par se retrouver dans leur chair. Les cochons abritent aisément des parasites comme la trichinella, le ténia du porc, et la toxoplasmose » (2002, p. 49).

Nous avons beau ne pas toujours comprendre pourquoi certains animaux sont déclarés « impurs » ; Dieu Lui le sait, car Il les a créés.

Si Jésus a créé les lois sur les viandes pures et impures, les aurait-Il transgressées pendant Sa vie terrestre ?  Nullement !

Il y a trois raisons à cela :

1. Jésus n’a jamais transgressé Sa propre loi

Quand on examine attentivement la liste des viandes pures et impures, on constate que « telle est la Loi touchant les bêtes, et les oiseaux, et tout animal ayant vie, qui se meut dans les eaux, et toute chose ayant vie, qui se traîne sur la terre. Afin de discerner entre la chose souillée et la chose nette, et entre les animaux qu’on peut manger, et les animaux dont on ne doit point manger » Lévitique 11:46-47 ; version Martin). Manger du cochon (du porc) – la viande impure la plus souvent mentionnée dans la Bible – est pour Dieu une « des choses abominables » (Ésaïe 66:3, 17). L’Écriture est formelle : Jésus n’a jamais péché (1 Pierre 2:22 ; 2 Corinthiens 5:21 ; Jean 8:29).

2. Jésus n’a jamais été accusé de manger des viandes impures

Généralement, le silence n’est pas le meilleur argument, mais parfois il peut représenter une prise de position très éloquente. La plupart de ceux qui connaissent assez bien le récit de la vie de Jésus savent que les pharisiens étaient loin de L’adorer. Ils L’observaient de très près, essayant de Le surprendre commettant quoi que ce soit de nature à passer pour un péché afin de Le discréditer aux yeux des gens. 

Les évangiles rapportent bon nombre de leurs accusations. Par exemple, ils L’accusèrent de transgresser le sabbat (Matthieu 12:10) ; de blasphème (Jean 10:33) ; et d’inciter les gens à ne pas payer leurs impôts (Luc 23:2). Il va sans dire qu’il était flagrant que ces accusations étaient non fondées.

Imaginez ce qui ce serait produit si Jésus avait mangé du porc ou quelque autre viande impure. Les pharisiens l’auraient appris et l’aurait publié à tous vents dans la communauté juive. Et une telle accusation aurait discrédité Christ. Or, c’est une accusation que les pharisiens ne firent pas, parce que cela n’eut jamais lieu.

3. Pour Jésus, les cochons n’étaient pas comestibles

Prenons un évènement fascinant dans la vie de Christ. Le 5e chapitre de l’Évangile selon Marc relate une rencontre que fit Jésus avec un homme possédé de nombreux démons le poussant à se meurtrir et à se comporter bizarrement (versets 2 à 5). Quand Jésus ordonna aux démons de quitter l’individu, ces derniers Lui demandèrent d’entrer dans « un grand troupeau de pourceaux » paissant non loin de là (versets 11 et 12).

« Il le leur permit. Et les esprits impurs sortirent, entrèrent dans les pourceaux, et le troupeau se précipita des pentes escarpées dans la mer : il y en avait environ deux mille, et ils se noyèrent dans la mer » (verset 13 ; c’est nous qui soulignons).

À une autre occasion. Jésus montra qu’Il prenait bien soin de ne pas gâcher de nourriture (Jean 6:12). Si, à Ses yeux, ces cochons étaient bons à manger, aurait-Il permis aux démons d’en détruire 2 000 ? Il y avait assez de nourriture pour alimenter des centaines – voire des milliers – de personnes. Or, Jésus ne s’en soucia pas car, à Ses yeux, ces cochons étaient impropres à la consommation. On ne peut non plus ignorer le rapport entre les démons, qui sont appelés des esprits impurs, attirés par des animaux impurs, et autorisés à les posséder.

Jésus ne mangeait pas de porc, ni de fruits de mer, et aucun aliment impur n’entra jamais dans Sa bouche. Quand Il mangeait de la viande, Il ne mangeait que des viandes pures – comme du poisson à nageoires et à écailles, du mouton, du chevreau ou du bœuf. Si vous êtes un chrétien qui s’efforce d’imiter l’exemple de Jésus, il est temps de commencer à manger comme Il mangeait.

Nous vous proposons les articles suivants, affichés sur notre site : « Viandes pures et impures : Dieu Se soucie-t-Il des viandes que nous mangeons ? » ; « La vision de Pierre, dans Actes 10, abolit-elle les lois sur les viandes pures et impures ? » ; « Paul, dans 1 Timothée 4:1-5, veut-il dire que la loi sur les viandes pures et impures est abolie ? » ; « Paul, dans Colossiens 2:16-17, veut-il dire que la loi sur les viandes pures et impures est abolie ? » et « Dans Romains 14, Paul abolit-il la loi relative aux viandes pures et impures ? »