Est-il acceptable de porter une croix ? Pourquoi ou pourquoi pas ?

Pourquoi ne pas porter de croix comme symbole de la crucifixion de Christ – et de notre foi ? Le port d’une croix n’est-il pas pieux ?

Un peu partout dans le monde, on porte une croix, ou une médaille marquée d'une croix, comme signe extérieur de sa foi ou pour évoquer Jésus ou la religion chrétienne. Or, si vous assistez à l'une des réunions de l'Église de Dieu, Association Mondiale, et y rencontrez nos membres, vous remarquerez qu'ils ne portent pas de croix. Vous remarquerez aussi que ni nos sites ni nos ouvrages n'en sont dotés, bien que nous soyons chrétiens. Nous croyons que Jésus-Christ est Dieu, et nous Le reconnaissons comme notre Seigneur, notre Sauveur, et le Chef de notre Église (Colossiens 1:18).

Pourquoi, dans ces conditions, le symbole de la croix – qui, typiquement, symbolise la crucifixion de Jésus-Christ – n'a-t-il pas sa place chez nous ? Devriez-vous, vous qui nous lisez, porter une croix ou vous servir de ce symbole comme marque de votre foi ?

Qu'indiquent la Bible et l'histoire à ce propos ?

La croix était un symbole bien avant l'ère chrétienne

Quand on étudie l'histoire ancienne, on s'aperçoit que la croix était utilisée en tant que symbole religieux bien avant le 1er siècle de notre ère – quand Christ vécut, fut crucifié et ressuscité. Il n'est nulle part question dans la Bible de l'utilisation de la croix en tant que symbole religieux, tant dans l'Ancien Testament que dans le Nouveau. Par contre, de nombreux documents historiques de diverses civilisations font mention de la croix en tant que l'un de leurs symboles.

On peut lire, dans l'Encyclopaedia Britannica [l'Encyclopédie Britannique], 11e édition, ce qui suit : « La croix, de par sa forme simple, sert de symbole religieux et de décoration depuis l'aube de la civilisation humaine. Divers objets, datant de périodes bien antérieures à l'ère chrétienne, ont été découverts, comportant divers types de croix, dans pratiquement toutes les régions du monde » (vol. 7, p. 506).

George Willard Benson, dans son livre intitulé The Cross: Its History and Symbolism [La croix, son histoire et son symbolisme], écrit : « Des siècles avant l'ère chrétienne, de vieilles croix étaient utilisées en tant qu'emblèmes païens. On en a trouvées, gravées dans la pierre, remontant à des temps éloignés » (p. 16). Il est un fait qu'historiquement la croix est utilisée en tant que symbole de religions païennes depuis l'antiquité. Une étude plus approfondie révèle qu'elle faisait partie des religions anciennes comme celles de Babylone, de l'Inde, de la Syrie, de l'Égypte, de Rome et de plusieurs autres cultures païennes du passé.

Il est clair, d'après la Bible, que Dieu condamne le syncrétisme – pratique consistant à mélanger des croyances païennes au culte du vrai Dieu. Il est clairement établi que les adorateurs du vrai Dieu doivent faire preuve d'une extrême prudence pour ne pas adorer Dieu de la manière dont les nations païennes adorent et honorent leurs dieux (Deutéronome 12:29-32).  Il est clair, d'après l'histoire, que la croix sert depuis très longtemps à représenter et à adorer les faux dieux de nombreuses cultures et religions.

La croix – un symbole non biblique

La croix – en tant que symbole tangible – est absente des écrits du Nouveau Testament. Il n'est nulle part question, dans la Bible, des apôtres ou des premiers chrétiens affichant leur foi par le port d'une croix. Les documents historiques révèlent que la croix n'a pas été adoptée en tant que symbole institutionnel de la chrétienté pendant les 300 premières années ayant suivi la mort et la résurrection de Jésus-Christ. D'après l'Encyclopédie Britannique [Encyclopaedia Britannica], « c'est seulement à l'époque de Constantin qu'on a commencé à utiliser publiquement la croix en tant que symbole de la religion chrétienne » (11e édition, vol. 7, p. 506). Constantin régna sur l'empire romain plus de 250 ans après la mort et la résurrection de Jésus-Christ.

Pas nécessairement une croix

On est parfois étonné d'apprendre que la Bible ne précise pas que Jésus ait été crucifié sur une croix. Bien que le mot croix apparaisse dans de nombreuses traductions françaises du Nouveau Testament, il importe de se souvenir que le Nouveau Testament, à l'origine, fut rédigé en grec, et qu'il n'est pas question de croix dans l'original.

Le mot généralement traduit par croix dans nos Bibles françaises est le mot grec stauros. D'après le Vine’s Expository Dictionary of Old and New Testament Words [le dictionnaire complet des termes bibliques de l'Ancien Testament et du Nouveau Testament], le mot stauros signifie : « un poteau ou un piquet vertical ». Cet ouvrage classique de référence sur les mots de la Bible déclare en outre : « Il importe de distinguer, à la base, le nom aussi bien que le verbe stauroo – attacher à un poteau ou à un piquet – de la forme ecclésiastique de la croix à deux poutres » (p. 248). Le théologien E.W. Bullinger établit également cette distinction dans son appendice 162 de la Companion Bible : « Notre mot [...]    “croix” est la traduction du mot latin crux (kruks) ; or, le [mot] grec stauros ne s'applique pas plus à une croix que le mot “bâton” ne s'applique au mot “béquille” ».

S'il est probable que Christ ait été crucifié sur un simple poteau, sans poutre transversale, il est impossible de savoir avec certitude quelle forme avait ledit objet de torture. Les romains crucifiaient des condamnés sur divers dispositifs – parfois sur de simples poteaux verticaux, parfois sur des poteaux munis d'une traverse, et dans certains cas, ils crucifiaient même les criminels sur des arbres. Peu importe la forme du stauros employé. Ce qui compte, c'est la signification de la mort du Christ, venu pour payer l'amende des péchés de toute l'humanité (1 Pierre 2:24).

Un culte « en esprit et en vérité »

La Bible interdit l'usage d'icônes en tous genres pour adorer et représenter le vrai Dieu. Le second Commandement est sans équivoque : « Tu ne te feras point d’image taillée, ni de représentation quelconque des choses qui sont en haut dans les cieux, qui sont en bas sur la terre, et qui sont dans les eaux plus bas que la terre » (Exode 20:4). Dieu n'a jamais voulu que Son peuple se serve d'icônes ou de représentations physiques, d'images ou de symboles, pour Le représenter. Le Christ a dit : « Dieu est Esprit, et il faut que ceux qui l’adorent, l’adorent en esprit et en vérité » (Jean 4:24).

Nous sommes convaincus que nous devons adorer Dieu en esprit et en vérité – et nous nous concentrons sur les vérités spirituelles de la Bible, sans essayer de représenter Dieu par des objets quelconques. Il vaut mieux se concentrer sur l'importance de la précieuse vérité de la crucifixion de Jésus-Christ, sur le fait que – grâce à ce sacrifice suprême, aux souffrances et la mort de notre Seigneur – nos péchés peuvent être effacés et nous pouvons être réconciliés avec Dieu (Romains 5:8-11).