Le rôle clé des pères

Les pères se font de plus en plus rares et sont de moins en moins respectés. Or, que révèlent les enquêtes et les statistiques et pourquoi, selon la Bible, leur rôle est-il si capital ?

Dans l’une de mes photos préférées, une file de pères et d’oncles discutent à l’arrière de notre salle de réunions, la plupart d’entre eux portant des bébés dans leurs bras. Cette photo, à mon avis, montre à quel point ils se soucient de leurs enfants et à quel point ils sont impliqués dans leurs vies. Hélas, dans notre culture, ce cliché est une anomalie.

Les pères, à la télé

Avez-vous remarqué que dans les publicités, et même dans les émissions télévisées, les pères sont décrits de plus en plus souvent comme des faibles, dépassés par les évènements et manquant souvent d’intelligence, ou bien comme de méchantes brutes ? Ces portraits semblent insinuer que les pères ne sont guère utiles dans les familles.

Il est vrai que souvent ils sont totalement absents. En 2018, en Amérique, un enfant sur quatre grandissait dans un foyer sans père. Qu’est-ce qui pèche, dans ce tableau ? Les pères ont-ils un rôle important dans les familles ? Et dans l’affirmative, lequel ?

Le rôle d’un bon père

Au tout début, Dieu expliqua à nos premiers parents que – quand un couple fonde une famille – l’homme doit quitter ses parents et débuter un foyer à part, avec sa femme (Genèse 2:24). Il les encouragea en outre à avoir plusieurs enfants (1:28). L’Écriture exhorte les hommes à se réjouir auprès de la femme de leur jeunesse (Proverbes 5:18), ce qui évoque une longue et heureuse relation qui peut être marquée par la présence de petits-enfants (Proverbes 17:6) et qui se prolonge jusque dans leur vieillesse. Voilà un joli portrait d’une famille heureuse.

Dieu dit aussi aux pères (et aux mères) d’élever leurs enfants « en les instruisant selon le Seigneur » (Éphésiens 6:4), le faisant dès qu’ils se lèvent et jusqu’à ce qu’ils s’endorment le soir (Deutéronome 6:7). Un psaume parle de la compassion d’un père pour ses enfants (Psaume 103:13) et dans la parabole du fils prodigue, le père pardonne à son fils de s’être écarté du droit chemin et l’accueille à bras ouverts quand il se repent (Luc 15:11-32). Nous vous proposons à cet effet notre article Le fils prodigue : une parabole négligée.

Le portrait que Dieu brosse d’un père aimant le décrit compatissant, aimant ses enfants, les guidant activement, leur pardonnant leurs égarements et les chérissant. C’est loin d’être celui des pères faibles, dépassés par les évènements, insensés, méchants ou absents que nous décrit la culture populaire.

La formation de l’enfant

Quelques rapides recherches sur Internet fournissent de nombreux articles et diverses enquêtes montrant à quel point il importe que les pères soient impliqués dans la vie de leurs enfants. Dans un article sur le rôle-clé du père sur le développement de l’enfant, Claire Lerner explique que l’impact des pères se fait sentir même dans le stade prénatal (The Daddy Factor: The Crucial Impact of Fathers on Young Children’s Development).

L’université du Texas, dans une enquête, énonce cinq choses qu’il faut savoir sur l’importance des pères. Cette enquête révèle que les enfants dont les pères sont impliqués et aimants ont 39% plus de chances d’être de très bons élèves en classe et 45% moins de chances d’avoir à redoubler une classe, deux fois plus de chances de faire des études secondaires et de décrocher de bons emplois. Cette enquête montre en outre qu’ils ont 60% moins de chances d’être renvoyés ou expulsés ; 75% moins de chances (pour les filles) de tomber enceintes étant adolescentes ; et 80% moins de chances de faire de la prison.

Parmi les avantages que ces enfants ont, on note qu’ils ont de meilleurs résultats cognitifs et académiques ; savent mieux s’exprimer ; contrôlent mieux leurs impulsions ; ont un plus grand respect de soi ; ont moins de problèmes mentaux comme la dépression ; font de meilleurs choix sociaux ; ont de meilleurs rapports sociaux avec leurs pairs ; ont plus d’empathie, et bien davantage.

Dans son blog sur l’importance du rôle des pères, le Dr Gail Gross explique : « Les principaux rapports qu’a votre enfant avec son père peuvent affecter toutes ses relations […] Ces tendances primitives dans ses interactions avec son père sont celles qui se retrouveront dans toutes ses relations […] de surcroît, non seulement l’idée intrinsèque de ce qu’il ou elle a de lui ou d’elle-même dans ses rapports avec autrui, mais aussi dans ce que votre enfant trouve acceptable et charitable ». Les pères jouent donc un rôle majeur !

Le rôle clé du père pour la mère

Vous me direz : « En quoi cela me concerne-t-il ? Je ne suis pas père ! » Premièrement, cela compte beaucoup, car je suis mère ! Et je souhaite procurer à mes enfants tous les avantages que je peux leur donner. Avoir un père formidable dans leur vie leur fournit bien des avantages qui vont considérablement améliorer leur vie. Deuxièmement, avoir quelqu’un d’autre pour partager la tâche d’éduquer ses enfants est appréciable. L’un des avantages à avoir un père impliqué, comme plusieurs enquêtes l’ont démontré, est que cela aide la mère. La mère peut mieux s’acquitter de sa tâche quand le père remplit bien son rôle. On a dit que cela réduit le stress (n’est-ce pas ce que nous aimerions toutes ?).

Troisièmement, nous les mères, nous pouvons ou bien faciliter et encourager la relation de père à enfant, ou bien – malheureusement – empoisonner et détruire cette relation. Nous devons donc nous assurer que nous manions prudemment ce pouvoir. Soyons directes : Il est mal de dénigrer papa aux yeux de ses enfants. Nous avons toutes, nous les mères, la capacité de soutenir et d’encourager notre mari, notre frère, notre ami.

Notre Père céleste

Mais ce n’est pas tout. Tous ces aspects étonnants de la paternité évoqués plus haut s’appliquent aussi, et même bien davantage, à Dieu qui déclare être notre Père et nous appelle ses enfants. Il est compatissant, aime ses enfants, les guide, leur pardonne, et les chérit. Cela, le dieu de ce monde ne veut pas que vous le sachiez. Satan le diable veut vous faire croire que notre Père céleste est faible, indifférent, méchant, dominateur et autoritaire. Il a séduit tant de gens et leur fait croire que Dieu n’est pas – et ne devrait pas – être impliqué dans nos vies. Et il se sert du même manuel pour attaquer les pères. Admettons-le ; si nos rapports avec notre père humain ne sont pas bons, ne nous est-il pas difficile d’avoir une relation intime avec notre Père céleste invisible et de lui faire confiance ? Que la stratégie de Satan est habile !

Que vous soyez papa ou non, les pères méritent qu’on révise l’opinion que l’on a d’eux et qu’on les respecte bien plus. Avons-nous besoin de bons pères ? Assurément ! Leur rôle est vital pour le bien-être et la santé de nos familles tant physiques que spirituelles. J’aime beaucoup la photo de nos papas dans notre congrégation. Ce sont des pères qui éduquent des enfants sains et équilibrés. Que nous sommes bénis de les avoir !