Des enfants bien éduqués

L’éducation des enfants n’est pas une science exacte et chaque famille est différente. Que pouvons-nous faire pour avoir les meilleures chances d’avoir des enfants heureux, en bonne santé et équilibrés ?

Quand ma femme et moi étions de jeunes mariés, nous passions beaucoup de temps à parler de notre avenir, y compris de notre désir d’avoir des enfants. Nous nous disions que nous avions analysé et résolu tous les problèmes qu’avaient nos amis et nos connaissances, en matière d’éducation des enfants. Nous étions convaincus que nous aurions des enfants obéissants, soumis, qui ne pousseraient jamais de crises de nerf et ne nous mettraient jamais mal à l’aise. Nos enfants allaient être parfaits, car nous savions comment bien éduquer nos enfants…

Heureux l’homme…

Il est dans les intentions divines que les couples aient des enfants et que les familles soient heureuses : « Voici, des fils sont un héritage de l’Éternel, le fruit des entrailles est une récompense. Comme les flèches dans la main d’un guerrier, ainsi sont les fils de la jeunesse. Heureux l’homme qui en a rempli son carquois » (Psaume 127:3-5). Apparemment, c’est clair !

Je ne vous surprendrai probablement pas si je vous dis que mon épouse et moi avons appris quelques leçons, ces dernières décennies. Nous n’étions pas des parents parfaits, et éduquer nos enfants ne s’est pas avéré aussi simple que nous l’avions – idéalistes – imaginé dans notre jeunesse. En revanche, il y a plusieurs principes bibliques que nous avons glanés en cours de route, et qui s’appliquent à toutes les familles, peu importe leurs cultures. Que vous ayez attendu impatiemment l’arrivée de votre premier bébé ou que la naissance, dans moins de neuf mois, d’un nouveau bout-de-choux vous ait pris totalement au dépourvu, au départ, nous avons pratiquement tous le même objectif : être de bons parents ! Étudions donc ensemble quelques principes bibliques sur l’éducation des enfants.

Faites connaître Dieu à vos enfants

Commençons par l’essentiel : Nous devons enseigner à nos enfants qui est Dieu. Notre enfance affecte le restant de notre vie. Il est donc facile de comprendre pourquoi expliquer à nos enfants dès le début qui est Dieu – ses lois et son dessein dans nos vies – est capital. Nos enfants ont besoin d’un fondement spirituel solide. Salomon a écrit : « Instruis l’enfant selon la voie qu’il doit suivre ; et quand il sera vieux, il ne s’en détournera pas » (Proverbes 22:6). Salomon comprenait que nous retenons généralement, une fois adultes, ce que nous apprenons dans notre enfance ; nous avons tendance à nous appuyer sur les modèles de notre éducation ; nous pratiquons généralement les mêmes principes de foi (ou de manque de foi) que nos parents nous ont enseignés.

Dieu inspira Moïse à enseigner aux Israélites l’importance capitale des instructions de leur Créateur comme fondement de leur vie familiale. « Maintenant, Israël, écoute les lois et les ordonnances que je vous enseigne. Mettez-les en pratique, afin que vous viviez, et que vous entriez en possession du pays que vous donne l’Éternel, le Dieu de vos pères » (Deutéronome 4:1). On peut lire quelques versets plus loin : « Enseigne-les à tes enfants et aux enfants de tes enfants » (verset 9). Cette instruction est aussi répétée dans Deutéronome 6:2. Comment pouvons-nous pratiquer cet enseignement ? Étudier la Bible avec nos enfants a, certes, sa place dans l’éducation que nous leur donnons, mais ce n’est pas le seul moyen et pas toujours le moyen le plus efficace de leur faire connaître Dieu.

Le tableau que Moïse brosse de la vie familiale et de l’enseignement que donnent les parents à leurs enfants a aussi lieu « quand tu seras dans ta maison, quand tu iras en voyage, quand tu te coucheras et quand tu te lèveras » (verset 7). Cet enseignement doit faire partie du modèle normal de notre comportement. Si les parents trouvent cela important, ils trouveront maintes occasions de parler de ce qui est vrai, juste et pur aux yeux de Dieu.

En tant que parents, nous savons qu’il y a des périodes où nos enfants sont plus réceptifs à l’apprentissage de certaines leçons. Nous devons guetter ces occasions précieuses, ou les créer, afin d’enseigner à nos jeunes comment vivre. Passer du temps avec eux – autant de temps que possible – en nous occupant uniquement d’eux, nous aide à créer ces occasions merveilleuses de les instruire.

Montrez le bon exemple

On dit que « les actes en disent plus long que les paroles » et c’est bien vrai ! Si nous disons à nos enfants qu’il faut être honnête et dire la vérité, et qu’ils nous voient mentir, à quoi devons-nous nous attendre de leur part ? L’approche « Fais ce que je te dis, et non ce que je fais » n’est pas valable. Les enfants sont d’excellents imitateurs. Il y a bien des années, je me trouvais dans un groupe important avec des familles que je ne connaissais pas. Une femme s’entretenait avec d’autres, une main sur une hanche et ayant un pied en avant. Il n’était guère difficile de savoir qui était sa fille, car – à quelques mètres de là – une petite fille de cinq ou six ans avait adopté la même posture. Nul doute que la petite fille avait étudié les gestes de sa mère et l’imitait merveilleusement. Mes deux garçons sont maintenant adultes, et je remarque chez eux des petites manières qu’ils tiennent de moi. Sans doute à leur insu, pour le meilleur comme pour le pire, ils me copient. C’est ainsi que Dieu nous a faits ; les enfants suivent l’exemple de leurs parents.

L’apôtre Paul donna des instructions à Tite pour son ministère et nous devons aussi en tenir compte en tant que parents : « te montrant toi-même à tous égards un modèle de bonnes œuvres, et donnant un enseignement pur, digne » (Tite 2:7). Que voient nos enfants quand nous parlons à d’autres personnes, ou à leur sujet ? Notre exemple est-il un exemple d’intégrité, de fidélité et d’honnêteté ? Tenons-nous parole ? Nos enfants nous voient-ils prier ou étudier la Bible ? Nous voient-ils appliquer des principes bibliques dans notre manière de nous comporter ? Ils le devraient ! Ne sous-estimez surtout pas le pouvoir de votre exemple.

Disciplinez avec amour

Le mot « disciplinez » a pratiquement toujours mauvaise presse, évoquant une punition ou la suppression de privilèges. Cela peut faire partie du processus, mais cela devrait représenter plus que cela. D’après le dictionnaire, discipliner signifie soumettre quelqu’un, un groupe à l’obéissance, à un ensemble de règles, l’assujettir à des règles, le plier à une discipline intellectuelle ou morale, l’éduquer.

Les règles ont un objectif, et l’un des objectifs majeurs des parents n’est-il pas d’enseigner à leurs enfants comment se comporter et s’entendre avec les autres ? Ces règles (que l’on appelle souvent lois une fois adulte) font partie du tissu de la société. Cela, il importe que nos jeunes le comprennent dès le départ. Fixez des règles justes. Les limites fixées contribuent au succès et à l’harmonie dans la famille. Les enfants veulent instinctivement savoir jusqu’où ils peuvent aller, et même s’ils rechignent à en observer certaines, ils se sentent plus en sécurité, sachant quelles sont les limites fixées.

Nous voulons protéger nos enfants de divers dangers, surtout quand ils sont trop jeunes pour les reconnaître. En tant que parents, nous devons fixer des règles pour leur sécurité, comme…

  • Ne jouez pas dans la rue.
  • Ne jouez pas avec les prises de courant.
  • Ne montez pas dans l’auto d’un inconnu.

Il y a aussi des règles qui doivent être établies pour le bien-être de toute la famille, comme…

  • Rangez vos jouets, quand vous avez fini de jouer.
  • Videz vos corbeilles à déchets.
  • Aidez les autres à nettoyer la table après le dîner.

Nous basons nos règles sur l’âge et les capacités de nos enfants, les fixant d’abord simples et fondamentales, et augmentant ensuite nos exigences à mesure qu’ils grandissent. Ils apprennent ainsi à devenir responsables et à acquérir des aptitudes dont ils auront un jour besoin une fois adultes et ayant leur propre foyer.

Un renforcement positif

Il importe de faire respecter les règles de manière positive. Il est facile de critiquer un enfant quand il se comporte mal, mais de se taire, bien que satisfait, quand il fait bien. Il importe de le soutenir plus quand il fait bien et ne pas s’attarder sur nos reproches quand il se comporte mal. Quand il fait ce que vous lui avez demandé, empressez-vous de le féliciter. Et s’il fait plus que ce qui lui est demandé (si, par exemple, il débarrasse la table mais fait aussi la vaisselle), ne soyez pas avare de compliments. Mark Twain déclara un jour : « Un bon compliment peut me motiver pendant deux mois ». Nos enfants ont besoin d’être félicités, et que ce soit nous qui les félicitions.

À règles justes conséquences justes

En revanche, nos enfants ne font pas toujours ce qui est bien, et ils doivent dans ce cas être corrigés et punis. Salomon a écrit : « Corrige ton enfant, et il te donnera du repos, et il fera la joie de ton âme » (Proverbes 29:17 ; version Ostervald). Quand une règle a clairement été expliquée, et au besoin même a été réitérée, toute désobéissance doit être accompagnée d’une punition adéquate basée sur la gravité de la faute et l’âge de l’enfant. C’est pour son bien ! Paul a écrit : « Pères, n’irritez pas vos enfants, mais élevez-les en les corrigeant et en les instruisant selon le Seigneur » (Éphésiens 6:4).

Dieu ne dit pas que nous ne devrions jamais contrarier nos enfants. Nous devons les aimer, les éduquer et être justes dans tout ce que nous faisons. Ce faisant, tout parent chrétien doit s’assurer que des règles justes ont des issues justes. Il n’est jamais justifié d’être cruel quand on corrige. Peu importe l’offense, et la mesure que nous devons prendre, nos jeunes ne devraient jamais douter de notre amour pour eux.

Ne tombez jamais dans le piège des menaces en l’air ; ne menacez jamais de faire quelque chose que vous ne seriez jamais disposé à faire. Priver votre enfant de télévision pendant quelques heures peut être raisonnable, mais se débarrasser du poste de télé ne l’est probablement pas. Quand un enfant s’aperçoit que les menaces ne sont jamais appliquées, il cesse de respecter la règle et le parent.

La discipline et la porte manquante

Je connais un jeune homme qui – quand il s’irritait contre ses parents – courait vers sa chambre et en claquait la porte. C’était irrespectueux et cela endommageait aussi cette porte et son cadre. Son père l’avait averti que s’il claquait la porte une fois de plus, il la démonterait. Quelques jours plus tard, la porte avait de nouveau été claquée, et le papa s’était levé tranquillement et était allé la démonter.

Au bout de quelques jours, le garçon non seulement s’était excusé de s’être mal comporté, mais avait aussi promis de ne plus la claquer si papa pouvait la réinstaller. Il savait que ses parents étaient justes et faisaient ce qu’ils disaient. Il ne la claqua plus jamais.

Des répercutions normales ou des parents trop zélés

Dans notre désir de protéger nos enfants, il est naturel de chercher à toujours intervenir pour leur éviter les conséquences de leur mauvais comportement. Il importe que nous nous demandions si cela les aide et leur permet d’apprendre leurs leçons. Plusieurs enseignants avec qui je me suis entretenu m’ont parlé de plusieurs cas où des parents ont fait irruption dans leur école pour défendre leurs enfants, contester une mauvaise note ou la perte de certains privilèges ou une colle après les cours. S’il est vrai que nos enfants savent que nous les défendrons dans des situations dangereuses, dans la plupart des cas, nous devons laisser les répercutions normales de leurs actions faire leur effet. Nos enfants ont besoin d’apprendre à respecter les responsables, à tirer les leçons des corrections, et même à s’accommoder de décisions injustes. Il faut qu’ils sachent ce qui se passe normalement quand on fait certaines choses et qu’ils apprennent ainsi à affronter les réalités de la vie.

L’éducation des enfants, imparfaite mais positive

Avoir des enfants et les éduquer est un miracle et une expérience fort enrichissante. Mon épouse et moi ne nous sommes pas avérés être les parents parfaits que nous avions prévu être, et la tâche a été plus énorme que nous l’avions imaginée. S’il était possible, dans la vie, de … « s’y prendre autrement », il y a bien des choses qu’à présent nous aimerions faire différemment. Tant de leçons ont été apprises !

Le tempérament et la personnalité de vos enfants exigent peut-être certains ajustements à ce que je viens de partager avec vous. Il se peut que vous ayez à guider vos enfants un peu différemment de ce que font d’autres parents pour les leurs. Néanmoins, je pense que vous trouverez ces principes bibliques de base toujours applicables et utiles pour votre famille et vos chers petits. Nous vous proposons à cet effet notre article Comment éduquer nos enfants.