Christ face au christianisme : La vraie signification de la parabole du riche et de Lazare

La parabole du riche et de Lazare est l’une des paraboles de Jésus les plus mal comprises. Elle se trouve dans Luc 16:19-31.

On pense généralement qu’elle décrit le sort des défunts. Certes, de prime abord, le mendiant – Lazare – à sa mort, va au ciel, tandis que le riche – un égoïste – descend en enfer.

Le problème, avec cette explication de ladite parabole, est que plusieurs passages de l’Écriture – dont plusieurs citant directement notre Sauveur – contredisent ouvertement l’idée que l’on va au ciel ou en enfer dès que l’on meurt. Devons-nous tirer une leçon totalement différente de sa parabole ?

Qu’a dit Jésus à propos de la mort ?

Jésus a fait diverses déclarations, pendant son ministère, indiquant ce qui se passe – et ne se passe pas – dès que l’on meurt.

Dans Jean 11, Jésus ressuscite son ami Lazare (le frère de Marthe et de Marie, et non l’homme mentionné dans la parabole). Avant d’aller ressusciter son ami, Jésus dit à ses disciples : « Lazare, notre ami, dort ; mais je vais le réveiller » (verset 11). Ses disciples, ne sachant que penser, Jésus précise que Lazare est mort (versets 13-14). Il compare la mort au sommeil – à un état inconscient – ce qui confirme l’idée que les morts n’ont conscience de rien (Ecclésiaste 9:5). Il se serait contredit s’il avait enseigné que le pauvre Lazare et le riche étaient conscients, une fois morts.

Jésus a-t-il dit que l’on va au ciel ? Il l’a nié catégoriquement quand il a dit : « Personne n’est monté au ciel, si ce n’est celui qui est descendu du ciel, le Fils de l’homme qui est dans le ciel » (Jean 3:13). Il eût donc été étrange et illogique, pour lui, de dire à un moment donné que personne n’est monté au ciel, et de déclarer par ailleurs que Lazare serait monté au ciel.

Qu’enseignait Jésus à propos de l’enfer ? Dans Matthieu 10:28, Jésus dit : « Ne craignez pas ceux qui tuent le corps et qui ne peuvent tuer l’âme ; craignez plutôt celui qui peut faire périr l’âme et le corps dans la géhenne ». Il dit que l’on périt – que l’on est détruit – dans la géhenne. Quand on périt, qu’on est détruit, on cesse d’exister. Jésus a parlé de la géhenne comme d’un lieu de destruction totale et non comme d’un endroit où les morts sont tourmentés.

Cela s’accorde avec ce que d’autres passages déclarent à propos du sort ultime des méchants (Malachie 4:3 ; Romains 6:23). Nous vous proposons à cet effet notre article « Qu'est-ce que l'enfer ? » Les passages mentionnés montrent clairement ce qu’enseignait Jésus. On ne va pas immédiatement au ciel ou en enfer, quand on meurt. On attend – inconscient – une période future où les morts ressusciteront (Luc 14:14).

Quelle leçon morale Jésus enseignait-il ?

Quand on étudie une parabole, il importe de savoir de quoi il s’agit, et ce que ce n’est pas. Une parabole est une courte histoire fictive ayant pour objet d’enseigner une leçon morale ou spirituelle. On est souvent surpris de lire que Jésus n’utilisait pas des paraboles pour aider les foules à mieux comprendre ce qu’il disait, mais pour voiler ses propos (Matthieu 13:11-15). Il lui fallait souvent expliquer ses paraboles à ses disciples, en privé.

Quand Jésus voulait qu’on sache clairement ce qu’il disait, il ne se servait pas de paraboles (comme l’indiquent clairement les déclarations ci-dessus sur la mort, le ciel et l’enfer). Il concevait ses paraboles afin qu’elles soient apparemment ambiguës (Luc 8:10). Nous devons donc être prudents de ne pas les interpréter à la légère. Nous devons au contraire fouiller davantage afin d’identifier la leçon clé que Christ y donne – et ne pas nous perdre dans les détails du récit fictif dont il s’est servi pour enseigner cette morale.

Autrement dit, une parabole est un peu comme un emballage de cadeau ; au lieu de nous attarder sur l’emballage (ses jolis motifs, sa couleur, le matériau utilisé, etc.), nous devrions surtout nous intéresser au cadeau qu’il contient.

Qu’est-ce que Jésus voulait que nous tirions de cette parabole ? Commençons par noter son contexte. Immédiatement avant de donner cette parabole, Jésus avait eu une discussion animée avec les pharisiens : « Les pharisiens, qui étaient avares, écoutaient aussi tout cela, et ils se moquaient de lui.  Jésus leur dit : Vous, vous cherchez à paraître justes devant les hommes, mais Dieu connaît vos cœurs ; car ce qui est élevé parmi les hommes est une abomination devant Dieu » (Luc 16:14-15).

Christ avait affaire à des hypocrites qui cherchaient surtout à s’enrichir et qui se faisaient passer pour justes. Or, ils étaient injustes, cupides, et ne se souciaient guère des autres. Leur « justice » n’était qu’un faux-semblant. Jésus se servit de la parabole du riche et de Lazare comme avertissement des pièges et des dangers d’une existence basée sur la cupidité et le manque d’amour pour le prochain. Le contexte de sa parabole n’était pas celui de la mort ou de ce qu’il advient des défunts. Le contexte était celui du danger encouru par la cupidité et l’hypocrisie.

Le sens de la parabole

Il y a deux personnages clés dans ce récit : un riche (qui est vêtu de pourpre et de fin lin, et qui chaque jour mène joyeuse vie) et un pauvre, nommé Lazare (couvert d’ulcères, et apparemment incapable de travailler pour se nourrir). Le riche, au lieu d’aider Lazare, le méprise et n’a cure de ses souffrances.

Les deux meurent. Jésus décrit ce qui se passe ensuite. Les rôles sont inversés. Lazare, guéri, se retrouve « auprès d’Abraham » (verset 22 ; version Segond 21) alors que le riche est « en proie à une grande souffrance » (verset 23 ; ibid). Vu la chronologie des résurrections, il semble qu’il soit question de la courte période mentionnée dans Apocalypse 20:14-15, lors de laquelle les méchants qui ont déjà eu la possibilité d’être sauvés mais ne se seront pas repentis, connaîtront la seconde mort dans l’étang de feu.

Le riche supplie Lazare de le consoler, mais il est trop tard, et il n’y a aucun remède à sa situation. Le riche supplie même qu’on avertisse ses frères pour qu’ils se repentent et changent, afin de ne pas subir le même sort.

La leçon spirituelle à tirer est profonde. Fixez-vous les bonnes priorités dès à présent. Au lieu d’être cupide et hypocrite, souciez-vous avant tout d’aimer Dieu et de rendre service aux autres dès maintenant. Ne remettez pas cela à plus tard, car vous ne savez pas quel sera le terme de votre vie.

Une autre leçon, dans cette parabole, est le principe que Paul a soulevé plus tard, à savoir que « Dieu a choisi les choses folles du monde pour confondre les sages ; Dieu a choisi les choses faibles du monde pour confondre les fortes » (1 Corinthiens 1:27).

Au début, dans cette parabole, Lazare est faible et impuissant comme nul autre, tandis que le riche est prospère et puissant. Mais en fin de compte, les rôles sont inversés. Du fait de son humilité et de son intégrité, Lazare se retrouve auprès d’Abraham ; et du fait de sa cupidité et de son indifférence, le riche est grandement abaissé. La leçon de la parabole du riche et de Lazare nous concerne. Nous vous invitons à lire notre article « La parabole du mauvais riche et de Lazare prouve-t-elle l’existence de l’enfer ? »