Penez-y : Y a-t-il de l’espoir ?

Le 17 décembre 1927, le sous-marin américain USS S-4 suivait un itinéraire de routine le long de la côte du Massachusetts quand, en faisant surface, il fut accidentellement percuté et coulé par un destroyer garde côtier. Le mauvais temps ralentit les efforts de sauvetage pendant 24 heures, mais quand les plongeurs finirent par atteindre la coque du sous-marin, à leur grande surprise, ils entendirent des coups frappés de l’intérieur de ce dernier. C’était du morse, et ils apprirent que six survivants étaient enfermés dans cette prison d’acier.

Des efforts frénétiques furent alors tentés pour essayer de les libérer, mais le mauvais temps les ralentit considérablement. Pour finir, sachant que leur réserve d’oxygène serait bientôt épuisée, les hommes posèrent, en morse, la question suivante aux plongeurs : « Y a-t-il de l’espoir ? » Le capitaine Ernest King répondit : « Il y a de l’espoir. Tout ce qui est possible est fait ! »  

De l’espoir, dans un monde qui coule ?

Avez-vous parfois l’impression que l’humanité est piégée dans un vaisseau qui coule ; qu’il est impossible d’être optimiste quant à l’avenir de l’humanité ? À l’heure où j’écris ces lignes, l’invasion russe de l’Ukraine en est à sa première semaine. Quand vous me lirez, le monde aura changé. Comment ? Je l’ignore, mais ce ne sera pas pour le meilleur !

Le professeur israélien Yuval Noah Harasi a raison de dire : « Au cœur de la crise ukrainienne git une question fondamentale sur la nature de l’histoire et sur celle de l’humanité : un changement est-il possible ? Les humains peuvent-ils changer leur comportement ou faut-il que l’histoire se répète indéfiniment, ceux-ci étant condamnés à jamais à reproduire les mêmes tragédies sans rien y changer, sauf le décor ? »

Dieu a déjà répondu à sa question sur l’existence : Non ! les humains ne changent pas, et ils ne le peuvent pas, à moins de l’écouter. En fait, non seulement nous allons répéter les mêmes erreurs, mais notre comportement va empirer au point que « si ces jours n’étaient abrégés, personne ne serait sauvé » (Matthieu 24:22).

Sommes-nous condamnés ? Aucunement ! Même dans ces conditions, notre capitaine – Jésus-Christ – le Prince de notre salut, nous répond par des coups frappés sur la coque de notre vaisseau en détresse, qu’il y a de l’espoir ! Il ajoute, dans le même verset : « mais, à cause des élus, ces jours seront abrégés ». Dieu merci, le sauvetage de l’humanité ne dépend pas d’efforts humains. Ce sont des efforts humains qui ont causé notre naufrage. Néanmoins, « tout ce qui est possible est fait ! » – Dieu fait tout ce qui est possible pour garantir notre survie. Le sachant, « il y a de l’espoir ! »

Vie, espoir et vérité

Récemment, un publiciste m’a demandé : « Quel est le message unique de votre Église ? » J’ai aussitôt pensé à trois mots qui décrivent notre site et nos efforts de proclamation de l’Évangile : Vie, espoir et vérité.

« Nous souhaitons expliquer le dessein de la vie humaine, lui ai-je répondu. Tant de gens se demandent pourquoi ils sont nés, ignorent leur destinée ; nous nous efforçons donc d’expliquer ce que représente cette vie. Tant de gens ont aussi perdu tout espoir. Nous nous appliquons donc à leur faire lever les yeux et à leur indiquer l’avenir brillant que Dieu a promis. Et tout cela est possible, connaissant la vérité divine. La Bible a été déformée au point de devenir méconnaissable. Nous diffusons la vérité de la Bible et nous expliquons que suivre Dieu est le seul moyen d’échapper aux problèmes de ce monde ».

Nous voulons que les gens regardent autour d’eux, puis qu’ils se tournent vers Dieu et se demandent laquelle – de leur ligne de vie ou de celle de Dieu – offre de l’espoir. Ces six marins ne pouvaient se libérer. Emprisonnés dans leur coque d’acier avec leurs coéquipiers, ils suffoquaient, en peine non seulement d’air mais aussi d’espoir, de délivrance, voulant à tout prix vivre. À présent, tout espoir est dans leur résurrection (promise par Dieu) car, hélas, tout effort de les sauver s’avéra vain.

L’humanité est piégée par le péché et souhaiterait pouvoir espérer. Les efforts de Dieu se solderont par un succès, mais il est temps de se tourner vers lui et de marcher dans la vérité et non de poursuivre les voies de ce monde, temps de nous mettre à espérer !