Le jour saint que Satan hait le plus

Le diable n’aime aucun des jours saints de Dieu, mais le jour des Expiations lui est particulièrement pénible. Quelle optique les chrétiens d’aujourd’hui devraient-ils avoir de ce jour ?

Quand j’étais jeune, et que j’apprenais à observer les jours saints divins, le jour des Expiations était pour moi difficile à comprendre. Bien que toutes les convocations divines soient, collectivement, appelées « fêtes » (Lévitique 23:2,4), celle qui a lieu le dixième jour du septième mois du calendrier hébreu – le jour des Expiations – n’avait rien de festif.

Au lieu de savourer de bons mets et des boissons, comme le faisait notre famille lors des autres jours saints, ce jour-là, il fallait « affliger son âme » en jeûnant. Autrement dit, en ne prenant aucune nourriture et en ne buvant aucun liquide pendant 24 heures (Lévitique 23:32 ; Esther 4:16).

Bien que je me souvienne d’un pasteur nous enseignant que, lors de ce jour saint, nous savourions de la nourriture spirituelle, cette explication n’aidait guère mon creux d’estomac. Étant grand et mince et ayant un métabolisme rapide, ne pas manger et ne pas boire pendant tout ce temps était… disons… pour le moins désagréable ! Mon âme était effectivement affligée – ce qui était, et est, l’objet de ce jeûne.

Quand ce jour apparemment bien long prenait fin et que je « revivais », ingérant voracement un repas et buvant abondamment, je me souviens avoir été soulagé à l’idée de ne pas avoir à observer ce jour-là pendant une autre année.

J’appris donc rapidement l’aspect « affliction » de ce jour des Expiations. Ce qui m’a pris plus longtemps à apprendre, c’est l’aspect positif de ce jour pour l’humanité entière. (Les parents qui apprennent à leurs enfants à observer le jour des Expiations devraient le faire en ne les faisant jeûner qu’une partie de la journée – allongeant progressivement la durée jusqu’à ce qu’une fois assez grands ils le fassent toute la journée).

L’aspect positif du jour des Expiations

L’un des aspects très positifs de ce jour est évoqué dans son nom. C’est un jour où est évoquée l’expiation. Expier pour quelque chose, c’est réparer, restituer ou compenser pour quelque chose. Ce jour nous apprend que l’humanité va se voir offrir l’expiation de tous ses péchés et avoir l’occasion d’être réconciliée à Dieu.

Si les chrétiens qui ont été appelés à se repentir à présent peuvent avoir leurs péchés pardonnés toutes les fois qu’ils s’en repentent (1 Jean 1:9 ; Actes 3:19), le jour des Expiations met l’accent sur la bénédiction étonnante de la réconciliation du monde à Dieu, qui va être rendue possible une fois que Christ sera revenu sur terre, après la grande détresse et le Jour du Seigneur. Ce don infiniment généreux et immérité d’une réconciliation est possible grâce à Christ.

La Bible enseigne que l’amende du péché, c’est la mort, et que tous ont péché (Romains 6:23 ; 3:23). De ce fait, nous méritons tous la mort. Le pardon de nos péchés, quand nous nous en repentons, est rendu possible du fait que Christ a offert Sa vie en rançon à notre place. Dieu le Père l’a fait « Celui qui n’a point connu le péché […] devenir péché pour nous » (2 Corinthiens 5:21).

Comme le dit l’Écriture, Jésus « a porté lui-même nos péchés en son corps sur le bois » (1 Pierre 2:24). « En lui nous avons la rédemption par son sang, le pardon des péchés, selon la richesse de sa grâce » (Éphésiens 1:7). Nous avons été « réconciliés avec Dieu par la mort de son Fils » (Romains 5:10).

Quand nous parvenons à comprendre l’ampleur de ce don stupéfiant de réconciliation et de pardon qui va être offert au monde entier – ce que nous rappelle le jour des Expiations – ce jour se met à revêtir pour nous une profonde signification. Que cette bénédiction, que Dieu accorde à l’humanité, est merveilleuse !

Insistant sur l’importance énorme de la célébration de ce jour saint, Dieu dit aux anciens Israélites que toute personne qui  n’observerait pas ce jour de jeûne ou y travaillerait serait « retranchée de son peuple. » (Lévitique 23:29-30). Il est clair que l’observance de ce jour était vitale à l’époque, et l’est encore aujourd’hui.

Jeûner nous aide à comprendre que le jour des Expiations est critique pour notre avenir et celui du monde entier. Physiquement, il nous rappelle que sans nourriture et sans liquide, nous ne pouvons pas survivre. Parallèlement, sans le pardon de nos péchés et sans notre réconciliation à Dieu, nous n’avons aucun avenir spirituel.

La raison pour laquelle Satan hait ce jour saint

Étant notre adversaire, Satan est constamment à l’œuvre, cherchant à nous égarer et à nous pousser à pécher – sabotant du même coup notre relation avec Dieu (1 Pierre 5:8 ; Apocalypse 12:9). Essayant continuellement d’empêcher les êtres humains de devenir membres de la famille éternelle de Dieu, Satan est loin d’être satisfait d’un jour saint préfigurant notre réconciliation avec Dieu.

En plus de la réconciliation de l’humanité à Dieu évoquée par ce jour des Expiations, deux aspects de ce dernier rendent aussi Satan furieux.

Premièrement, jeûner – quand c’est fait convenablement, avec une sincère humilité – nous rapproche de Dieu et oblige Satan à s’écarter de nous. Comme l’explique l’apôtre Jacques, « Dieu résiste aux orgueilleux, mais il fait grâce aux humbles. Soumettez-vous donc à Dieu ; résistez au diable, et il fuira loin de vous.  Approchez-vous de Dieu, et il s’approchera de vous […] Humiliez-vous devant le Seigneur, et il vous élèvera. » (Jacques 4:6-8, 10 ; c’est nous qui soulignons).

Voir les humains s’humilier devant leur Créateur doit rendre Satan furieux, à tel point qu’il ne peut supporter un tel comportement. Et s’il ne peut supporter de côtoyer des êtres humains qui se rapprochent de Dieu, il n’a pas l’occasion de leur nuire, comme il le fait habituellement.

De ce fait, notre réconciliation avec Dieu s’accompagne de la fuite de Satan. Évidemment, notre adversaire ne s’enfuit que temporairement, mais il ne tarde pas à revenir à l’assaut et à faire sa sale besogne, essayant de nous séduire. Néanmoins, pour un jour – celui des Expiations – Satan perd une grande partie de son influence sur ceux qui s’humilient devant Dieu.

Le jour des Expiations revêt encore une autre signification, qui est une bonne nouvelle pour les humains, et une mauvaise pour Satan. La mauvaise nouvelle, pour l’Adversaire, est que ce jour saint préfigure une époque où il va être mis hors d’état de nuire et ne va plus pouvoir égarer les gens – pendant mille ans.

L’apôtre Jean a décrit cet évènement futur : « Puis je vis descendre du ciel un ange, qui avait la clé de l’abîme et une grande chaîne dans sa main. Il saisit le dragon, le serpent ancien, qui est le diable et Satan, et il le lia pour mille ans. Il le jeta dans l’abîme, ferma et scella l’entrée au-dessus de lui, afin qu’il ne séduise plus les nations, jusqu’à ce que les mille ans soient accomplis. » (Apocalypse 20:1-3).

Satan mis en détention et ne pouvant plus séduire les gens, chacun aura l’occasion de bien comprendre la ligne de vie divine, de se repentir de ses péchés, et d’être sauvé. C’est une merveilleuse nouvelle pour l’humanité.

Pour Satan, par contre, ce sera une période de frustration et de colère car – quand il sera enchaîné – il sera impuissant, incapable d’empêcher des millions de personnes de se réconcilier avec leur Créateur et de recevoir la vie éternelle.

Une bien meilleure idée

En vieillissant, jeûner est devenu moins difficile pour moi, j’ai appris la bonne nouvelle du jour des Expiations pour nous autres humains, et je me suis rendu compte à quel point c’est une mauvaise nouvelle pour Satan. La nourriture et la boisson me manquent toujours, quand je jeûne, mais j’observe à présent ce jour avec respect et compréhension. Et franchement, je l’apprécie davantage, sachant ce qu’il présage pour Satan et la raison pour laquelle il le hait autant.

Si vous souhaitez en savoir plus sur cette fête divine, nous vous proposons notre article « Le jour des Expiations » et notre brochure Des jours fériés aux jours saints – le plan divin pour vous.