Comment compter trois jours et trois nuits ?

Jésus déclara qu’Il serait dans le Sépulcre trois jours et trois nuits. Or, comment insérer ce laps de temps entre l’après-midi du vendredi saint et le dimanche de Pâques traditionnels ?

On s’attendrait à ce que la plupart des gens sachent compter jusqu’à trois sans problème. Or, il semble que ce ne soit pas le cas quand il s’agit du laps de temps que Christ, selon Ses propres propos, a dit devoir passer dans Son sépulcre, mort, avant de ressusciter. Voulait-Il réellement dire « trois jours et trois nuits ». Est-Il possible qu’Il ait voulu dire « seulement une portion de trois jours et trois nuits » ?

Le christianisme traditionnel observe la mort de Christ et Sa résurrection subséquente le «vendredi saint» et le « dimanche de Pâques ». Et les Églises chrétiennes, de par le monde, attirent des foules immenses ces jours-là pour leurs offices religieux.

Par contre, pour quiconque prend la Bible au sérieux, il est extrêmement difficile (et même impossible) d’insérer trois jours et trois nuits – voire même une portion de cet intervalle – entre le coucher du soleil le vendredi et la période précédant l’aube, le  dimanche suivant.

Où se situe la vérité ? Que déclare, en fait, la Bible ?

Matthieu 12 :39-40 est un passage-clé : « Il leur répondit : Une génération méchante et adultère demande un miracle ; il ne lui sera donné d’autre miracle que celui du prophète Jonas. Car, de même que Jonas fut trois jours et trois nuits dans le ventre d’un grand poisson, de même le Fils de l’homme sera trois jours et trois nuits dans le sein de la terre » (c’est nous qui soulignons).

Un décompte impossible

Avant d’examiner ces versets, commençons par déterminer s’il est possible d’insérer trois jours et trois nuits entre le vendredi en fin d’après-midi et le dimanche suivant, avant l’aube (la Bible précisant « il faisait encore obscur » – Jean 20:1). Comptons ensemble : Le vendredi soir marque la première nuit ; le samedi est le premier jour ; le samedi soir marque le début de la seconde nuit. Et c’est tout ! Il s’agit là, en tout, de deux nuits et d’un jour !

Il est tout bonnement impossible de compter trois jours et trois nuits entre le coucher du soleil, vendredi, et l’aube, le dimanche.

Est-il possible de compter partiellement trois jours et partiellement trois nuits entre le vendredi en fin d’après-midi et le dimanche avant l’aube ? Pour ce faire, il faudrait se dire que la courte période, en fin d’après-midi, le vendredi, représente partiellement un jour ; avec le vendredi soir, on a une nuit entière ; samedi, on a un jour entier ; samedi soir débute une nuit supposément entière ; et le dimanche matin compterait pour un jour partiel (bien que, d’après l’apôtre Jean, lorsque les femmes se rendirent au sépulcre, qu’elles trouvèrent vide, « il faisait encore obscur »). Un tel décompte nous donnerait toujours des portions diurnes le vendredi et le samedi, mais guère le dimanche) et seulement deux périodes nocturnes (vendredi et samedi).

Il devient évident qu’il est impossible de parler de trois jours et de trois nuits quand on décrit le laps de temps situé entre le vendredi après-midi et le dimanche matin, et également impossible de parler de nuits et de jours partiels.

Si l’on croit ce que déclarent les Écritures, il est impossible que la crucifixion ait eu lieu le vendredi et la résurrection le dimanche matin.

Croire Christ sur parole

Ce qu’enseigne le christianisme traditionnel – à savoir, que Christ fut crucifié un vendredi et ressuscité le dimanche matin suivant – est erroné et contredit la Bible. Il importe que nous acceptions les déclarations sans équivoques des Écritures et que nous basions nos croyances sur elles, au lieu d’accepter quelque chose qui soit « plus pratique ». Nous croyons Christ sur parole : Il a précisé qu’Il serait trois jours et trois nuits dans le Sépulcre.

D’après le Bullinger’s Companion Bible, la phrase de Matthieu 12 signifie précisément trois jours et trois nuits et n’est pas un idiome sujet à interprétation :

« Quand le nombre de nuits est mentionné, ainsi que le nombre de jours, cette expression cesse d’être un idiome et devient une déclaration littérale factuelle » (Appendice 144, p. 170).

Quel jour Christ fut-Il crucifié ?

Si Christ ne fut pas crucifié un vendredi, quel jour le fut-Il ? Dans Matthieu 26:19-21 et dans Matthieu 27:33-35, il est écrit qu’Il fut crucifié à un endroit appelé Golgotha, le jour de la Pâque, le 14e jour du premier mois du calendrier hébreu (Lévitique 23:5).

D’après le récit de Jean, beaucoup de Juifs mangèrent leur repas pascal la nuit succédant à la mort de Christ (Jean 18:28), c’est-à-dire au début du 15 nisan, étant donné que – pour les Juifs – chaque jour débute au coucher du soleil. On prétend parfois que Jésus eut un repas «avant la Pâque» et non lors de la vraie Pâque, la veille du jour où Il mourut. Que déclare la Bible à ce propos ?

Neuf versets décrivent le repas consommé par Christ et Ses disciples comme celui de la Pâque. Trois versets dans Matthieu ; trois versets dans Marc ; et trois versets dans Luc (Matthieu 26:17-19 ; Marc 14:12, 14, 16 ; Luc 22:8, 11, 15). À partir de ces preuves, nous pouvons être certains que Jésus et Ses disciples consommèrent le repas de la Pâque la veille de Sa mort, qui – d’après les Écritures – tombait le soir du 14 nisan.

Quelle année ?

Pour savoir quel jour de la semaine, nous devons aussi nous poser une autre question : Quelle année cela eut-il lieu ? On pense généralement que cela eut lieu en 33 de notre ère ; or, d’après la Bible, cela n’eut pas lieu aussi tard.

Il existe, dans la Bible, plusieurs indices pointant vers une autre année : 1) la prophétie des 70 semaines, de Daniel  ;  2) la gouvernance de Pilate ; 3) la mort d’Hérode ; 4) le recensement pendant le règne de César Auguste ; et 5) le nombre de Pâques pendant le ministère de Jésus, d’après les Écritures.

La liste des Pâques observées pendant Son ministère prouve que ce dernier – qui débuta en automne, en 27, quand Jésus avait environ 30 ans – dura trois ans et demi et s’étendit sur quatre Pâques (28, 29, 30 et 31 de notre ère). À partir de ces preuves, nous pensons que l’an 31 est plus exact comme année de la mort de Christ.

À l’aide du calendrier hébreu, il est possible de calculer quel jour la Pâque eut lieu en l’an 31. C’était un mercredi.

Les évènements entourant la mise au tombeau de Christ

Voici ce que la Bible révèle des évènements qui eurent lieu ce mercredi-là. Christ fut crucifié vers 09h00 (Marc 15:25). De midi à 15h00, il y eut des ténèbres sur toute la terre (verset 33). Christ mourut vers 15h00 (verset 34). Joseph d’Arimathée alla voir Pilate pour lui réclamer le corps de Jésus (Jean 19:38). Avec l’accord de Pilate, Joseph s’empressa de déposer le corps de Jésus dans une tombe, à proximité, peu avant le coucher du soleil, vers 18h00.

Ce soir-là, débutait un sabbat – mais pas un sabbat hebdomadaire. Un « grand jour » – le premier jour de la fête des Pains sans levain (Jean 19:31). Cela se produisit si rapidement que les femmes n’eurent pas le temps de bien préparer le corps. Chacun se reposa lors de ce jour saint (de ce « sabbat » annuel). Les femmes n’eurent pas le temps d’acheter ni de préparer des aromates tant que ce sabbat annuel ne fut pas achevé.

Les femmes purent acheter et préparer des aromates le vendredi, le lendemain du premier sabbat de cette semaine-là (un « grand jour », qui tombait le jeudi). Les aromates achetés et préparés, les femmes n’eurent pas le temps de se rendre au sépulcre pour les appliquer sur le corps de Jésus avant le second sabbat (hebdomadaire, cette fois, le samedi) qui débutait au coucher du soleil (Luc 23:55-56).

Après ce deuxième sabbat, tôt le premier jour de la semaine – le dimanche – avant même que le soleil se lève – les femmes se rendirent au sépulcre, apportant avec elles les aromates. Or, quand elles arrivèrent au tombeau, le corps n’y était plus (Luc 24:1-3). Jésus était ressuscité comme Il l’avait annoncé, après 72 heures précisément, dans Son Sépulcre, le samedi en fin d’après-midi.

Y a-t-il contradiction ?

Que dire à présent des passages où apparaissent les expressions « après trois jours » ; « le troisième jour » ; et « en trois jours » ? Contredisent-ils la durée de «trois jours et trois nuits» ?

L’expression « Après trois jours » apparaît dans Matthieu 27:63. Si Jésus ressuscita peu avant le coucher du soleil le samedi, exactement après que Son corps ait été déposé dans le tombeau, le mercredi, c’était en fait « après trois jours ». Une mise au tombeau à 18h00 le mercredi, et une résurrection à 18h00 le samedi s’accordent avec la déclaration « après trois jours ».

L’expression « le troisième jour » apparaît dans Matthieu 16:21. Si Christ fut  mis au tombeau au coucher du soleil, le mercredi, samedi était le troisième jour (jeudi étant le premier jour, vendredi le second, et samedi le troisième). Cette expression ne contredit pas non plus le laps de temps de trois jours et trois nuits. Samedi était bien le troisième jour.

L’expression « en trois jours » apparaît dans Matthieu 26:61. Même remarque ici : Une résurrection vers 18h00 le samedi s’inscrit dans la période de « trois jours et trois nuits ».

Pourquoi le vendredi saint et le dimanche de Pâques ?

Il est clair, d’après la Bible, que Jésus ne fut pas crucifié un vendredi, et qu’Il ne ressuscita pas le dimanche matin. Il mourut un mercredi après-midi, fut mis au tombeau vers 18h00, et ressuscita 72 heures plus tard, vers 18h00, le samedi.

Pourquoi le christianisme traditionnel insiste-t-il sur une crucifixion un vendredi et une résurrection un dimanche ? Pour la plupart des chrétiens, il s’agit là de la preuve principale que le dimanche est le bon jour de culte. On se dit que si Christ ressuscita un dimanche, cela justifie le culte le dimanche au lieu du septième jour ordonné par la Bible.

En tant que chrétiens, nous devons accepter les Écritures (la Bible) pour ce qu’elles déclarent, et non ce que nous voudrions qu’elles déclarent. Christ donna seulement un signe pour prouver qu’Il était le Messie – Il allait rester trois jours et trois nuits dans le Sépulcre. Sinon, de Sa propre admission, Il n’était pas le Messie et devait être rejeté en tant que notre Sauveur.

Or, Il fut précisément trois jours et trois nuits dans le tombeau. Comme Il l’avait annoncé. Il est notre Sauveur !

Comment compter trois jours et trois nuits ? C’est facile. Fiez-vous à la Bible !

Téléchargez au centre d’apprentissage à Vie, Espoir et Vérité notre infographie qui explique de manière visuelle la chronologie de la crucifixion et de la résurrection de Christ.