Le livre des Nombres

Le livre des Nombres contient beaucoup plus que le simple recensement des anciens Israélites. Il contient aussi des leçons spirituelles pour les chrétiens d’aujourd’hui.

De prime abord, le titre « Nombres » peut ne pas sembler très intéressant. Quand on ne s’intéresse pas aux chiffres et aux statistiques, il est facile – quand on n’en lit que le  titre – de l’éviter. Or, ceux qui l’étudient sont souvent surpris de constater qu’il contient bien des leçons et des principes spirituels importants. C’est un livre historique qui décrit beaucoup de prodiges que l’Éternel accomplit pour les Israélites pendant leurs errances dans le désert.

Nous allons nous plonger dans ce livre et traiter les sujets suivants :

  • La raison pour laquelle il porte ce titre.
  • Son auteur.
  • Le moment où il a été écrit.
  • Le nombre de chapitres qu’il contient.
  • Les évènements majeurs qui y sont décrits.
  • Les thèmes qui y sont développés.
  • Son schéma d’ensemble.
  • Ses références dans le Nouveau Testament.
  • Les leçons que nous pouvons en tirer.

La raison pour laquelle il porte ce titre

Il est appelé ainsi, du fait qu’il enregistre deux recensements effectués sur les Israélites pendant les années qu’ils passèrent dans le désert. Le premier de ces recensements eut lieu alors qu’ils se trouvaient au mont Sinaï (chapitres 1 et 2) ; et le second eut lieu 38 ans plus tard, quand ils atteignirent la frontière du pays de Canaan, à la fin de leurs errances dans le désert (chapitre 26).

Il y est donc question du nombre d’Israélites composant la population, à cette période de leur histoire. Le titre – « Nombres » – provient de la version grecque de la Bible – de la version dite « des Septante », qui l’appelle Arithmoi (mot grec pour « nombres », et duquel est tiré notre mot « arithmétique »).

Dans la Bible hébraïque, ce livre est évoqué par une expression hébraïque se trouvant dans le premier chapitre et signifiant « dans le désert ». C’est là une désignation plus détaillée, le livre des Nombres comprenant  l’histoire d’Israël errant dans le désert depuis le moment où il quitte le Sinaï, le second mois après l’Exode (Nombres 10:11) jusqu’à ce qu’il atteigne le pays de Moab, proche de la frontière de la Terre Promise, le 10e mois de la 40e année de ses déplacements. Le livre des Nombres est donc une séquelle de celui de l’Exode.

Son auteur

Moïse est celui qui l’a rédigé.

Bien qu’il ne comporte pas la moindre mention que Moïse l’ait rédigé, les preuves en ce sens abondent. Voici plusieurs raisons pour lesquelles nous croyons que Moïse en est l’auteur.

  1. Le livre débute par la mention que Dieu s’adressa à Moïse : « L’Eternel parla à Moïse dans le désert du Sinaï » (Nombres 1:1). Dans ledit ouvrage, la mention « Dieu s’adressa à Moïse » – ou une expression similaire – apparait plus de 50 fois. Vu qu’il y est mentionné tant de fois que Dieu s’adressa directement à Moïse, il paraît logique que Moïse ait enregistré ces interactions.
  2. Le livre des Nombres est, en somme, une séquelle du livre de l’Exode, poursuivant le récit là où se termine celui de l’Exode.
  3. On y lit que Moïse est celui qui conserva par écrit ce registre. Dans Nombres 33:2, il est précisé que « Moïse écrivit leurs marches de station en station, d’après l’ordre de l’Eternel ».
  4. Moïse fut éduqué à la cour égyptienne et fut probablement l’un des rares individus, parmi les Israélites, à posséder la culture et les aptitudes littéraires nécessaires pour rédiger les livres du Pentateuque (Actes 7:22).
  5. D’après les rédacteurs du Nouveau Testament, et Jésus lui-même, Moïse est l’auteur du Pentateuque (Jean 5:46-47 ; Romains 10:5).

Nous vous conseillons à cet effet nos articles sur la Genèse, l’Exode, le Lévitique et le Deutéronome.

Le moment où il a été écrit

Ce livre couvre une période de 38 ans. Il débute au second mois de la deuxième année succédant à l’Exode des Israélites hors d’Égypte et il se termine dans le 10e mois de la 40e année succédant à l’Exode. Il se peut que Moïse en ait rédigé le contenu pendant ces 38 années (un peu comme un journal), mais il se peut aussi qu’il l’ait écrit à la fin des 40 années. Quoiqu’il en soit, il semble qu’il en ait achevé la rédaction vers 1404 avant notre ère.

Le nombre de chapitres qu’il contient

Il comprend 36 chapitres.

Les évènements majeurs qui y sont décrits

Voici une liste de plusieurs évènements majeurs ayant eu lieu dans l’histoire d’Israël et décrits dans le livre des Nombres :

  • La célébration de la deuxième Pâque (9:6-14).
  • Israël quitte le Sinaï et se dirige vers le nord, dans le désert (10:11-36).
  • Le peuple se lasse de la manne ; Dieu lui envoie des cailles (11:1-15, 31-35).
  • Marie et Aaron critiquent Moïse. Dieu confirme qu’il a l’intention de continuer de se servir de Moïse (12:1-16).
  • Un groupe de 12 Israélites part en reconnaissance dans la Terre Promise ; 10 d’entre eux reviennent avec un rapport tronqué et négatif (13:1-33).
  • Du fait de son infidélité, Israël est condamné à errer 40 ans dans le désert (14:26-39).
  • Koré, Dathan et Abiram se rebellent contre Moïse. Dieu détruit les rebelles par un tremblement de terre (16:1-40).
  • Dieu fait fleurir le bâton d’Aaron, pour bien montrer qu’il se sert d’Aaron et de ses descendants (17:1-13).
  • Le frère et la sœur de Moïse – Marie et Aaron – meurent dans le désert (20:1, 24-29).
  • Moïse pèche en frappant le rocher pour en retirer de l’eau, au lieu de parler à la pierre, comme l’Éternel l’avait ordonné. Dieu décide que Moïse ne conduira pas Israël dans la Terre Promise (20:8-13).
  • Le peuple se plaint de nouveau, et est affligé par des serpents. Dieu dit à Moïse de fabriquer un serpent de bronze. En le regardant, ceux qui ont été mordus seront guéris (21:5-9).
  • Israël vainc des ennemis à Sihon et à Basan, non loin du pays de Canaan (21:21-35).
  • Balak, roi de Moab, embauche Balaam pour qu’il maudisse Israël. Dieu ne permet pas à Balaam de le faire, le poussant en fait à bénir Israël (22:1 à 24:25).
  • Les Israélites se livrent à la débauche et à l’idolâtrie, à Baal-Peor. Dieu envoie un fléau qui prend fin avec le geste courageux de Phinées (25:1-18).
  • Dieu permet à Moïse de voir la Terre Promise, de loin, sans pouvoir y entrer (27:12-14).
  • Josué est désigné comme successeur de Moïse (27:18-23).
  • Moïse conduit Israël contre les Madianites, qui ont tenté Israël à pécher (31:1-54).

Les thèmes qui y sont développés

  • Dieu est présent parmi son peuple

Le Créateur Dieu rendit sa présence visible au milieu de son peuple : « Le jour où le tabernacle fut dressé, la nuée couvrit le tabernacle, la tente d’assignation ; et, depuis le soir jusqu’au matin, elle eut sur le tabernacle l’apparence d’un feu. Il en fut continuellement ainsi : la nuée couvrait le tabernacle, et elle avait de nuit l’apparence d’un feu » (9:15-16).

Le peuple se déplaçait quand la nuée se déplaçait, et dressait son camp là où elle s’arrêtait. Les Israélites savaient que tant que la nuée demeurait au-dessus du tabernacle, ils devaient rester en ce lieu, en présence de Dieu (9:17-18). Les tribus étaient arrangées en ordre autour du tabernacle, en présence de Dieu, et les Lévites se trouvaient au milieu.

À présent, nous n’avons pas de tabernacle, et Dieu n’est pas physiquement présent parmi nous comme il le fut pour les anciens Israélites. En revanche, de nos jours, les chrétiens sont exhortés à s’approcher de Dieu, qui promet alors d’agir en eux de manière très personnelle (Jacques 4:8 ; 2 Chroniques 15:2). Dieu est présent parmi son peuple par son Saint-Esprit (1 Corinthiens 6:19).

  • Les railleries irritent Dieu

Bien que Dieu soit continuellement au milieu d’eux, les Israélites ne cessaient de se plaindre, au point qu’ils cherchèrent même à se débarrasser de Moïse, à se choisir un autre chef et à retourner en Égypte (Nombres 14:4).

« Nombres, par conséquent, n’est pas seulement un segment d’histoire ancienne ; c’est aussi un récit complexe d’infidélité, de rébellion, d’apostasie et de frustration, face à la fidélité, la présence, aux soins et à la patience de Dieu : (William LaSor, David Hubbard et Frederic Bush, Old Testament Survey, p. 99).

Le peuple oublia vite l’affliction de l’esclavage en Égypte et convoita les mets et le pays de leur servitude (11:4). Il fut ingrat, bien que Dieu ait pris soin de ses besoins quotidiens. En dépit de leurs râleries incessantes et des autres manières par lesquelles ils irritèrent l’Éternel, Dieu fut patient avec eux. Cela nous montre à quel point l’Éternel est incroyablement fidèle, miséricordieux et patient. Les récriminations du peuple et ses infidélités irritèrent Dieu, qui ne permit pas que cette génération entre dans la Terre Promise (11:1 ; 14:26-39). L’apôtre Paul fait allusion à cette situation et nous avertit de ne pas suivre leur exemple, ne pas pécher, murmurer, ni nous plaindre (1 Corinthiens 10:10-11). Les chrétiens doivent faire confiance à Dieu de ce qu’il pourvoira à leurs besoins et les soutiendra.

  • Moïse, un intercesseur

À de nombreuses occasions, Moïse agit comme intercesseur, au nom du peuple. Quand Marie et Aaron, pris de jalousie, critiquèrent Moïse, « la colère de l’Eternel s’enflamma contre eux » ; Marie fut frappée de lèpre et Aaron s’écria : « De grâce, mon seigneur, ne nous fais pas porter la peine du péché que nous avons commis en insensés, et dont nous nous sommes rendus coupables ! » Moïse intercéda et après avoir été bannie hors du camp pendant sept jours Marie fut guérie (Nombres 12:9-15).

Quand les Israélites se rebellèrent en entendant le rapport subjectif des espions, l’Éternel menaça de les déshériter, mais après que Moïse ait intercédé en leur faveur, Dieu pardonna leur iniquité, bien qu’il ne permette pas qu’ils entrent dans la Terre Promise (14:1-23). En cela, Moïse servit de type de Christ. Christ est notre intercesseur (Luc 22:31-32 ; Jean 17:20-21) et notre Souverain sacrificateur (Hébreux 7:25-26 ; 1 Jean 2:1-2).

Il y a, dans la Bible, de nombreux exemples de justes ayant intercédé au nom d’autres, comme Abraham, qui plaida pour Sodome (Genèse 18) ; Job, qui pria pour ses amis (Job 42:10) ; les membres qui prièrent pour Pierre emprisonné (Actes 12) ; et Samuel, qui pria pour les Israélites (1 Samuel 12:18-23).

Dieu recherche des individus capables d’intercéder pour d’autres, par des prières ferventes et sincères (Ésaïe 59:15-16 ; Jacques 5:16).

Schéma d’ensemble des Nombres

Schéma simplifié, basé sur les lieux parcourus

  • Chapitres 1 à 10 : Les Israélites au Sinaï.
  • Chapitres 11 à 20 : Les Israélites errent dans le désert et s’installent à Kadesh.
  • Chapitre 21 à 36 : Les Israélites arrivent dans les plaines de Moab et dans la Transjordanie.

Schéma détaillé

Chapitre 1 : Le recensement du peuple.

Chapitre 2 : L’organisation des familles dans le camp. Chaque famille a un étendard (2:2).

Chapitres 3 et 4 : Les fonctions des sacrificateurs et des lévites.

Les lévites furent choisis pour le service de Dieu à la place des premiers-nés, et dans ces chapitres, les fonctions des familles issues de Lévi – Guerschon, Kehath et Merari – sont précisées (3:25-39). Lors du transport de l’arche, les sacrificateurs (et personne d’autre) commençaient par la couvrir. D’autres lévites n’avaient pas le droit de toucher les ustensiles sacrés.

Chapitre 5 : Les lois sur ce qui était souillé.

Chapitre 6 : Le vœu de naziréat. Ceux qui faisaient un tel vœu étaient mis à part pour servir Dieu pendant une période déterminée et étaient strictement limités dans ce qu’ils pouvaient faire. Le mot « naziréen » provient du mot nazir qui signifie « séparé » ou « mis à part ». (On pense souvent que Jésus avait fait vœu de naziréat. C’est faux. Il était Nazaréen, c’est-dire qu’il habitait le village de Nazareth.

Chapitres 7 à 10 : Dernières directives et derniers évènement avant de quitter le Sinaï.

La plus grande partie du chapitre 7 traite des offrandes que les responsables d’Israël apportèrent au tabernacle quand l’autel fut consacré.

Les 10 premiers versets du chapitre 10 décrivent les diverses utilisations des trompettes, les occasions auxquelles on devait s’en servir, et les raisons pour lesquelles on les utilisait. Par exemple, les deux trompettes d’argent étaient utilisées pour envoyer un signal à toute la congrégation. D’autres occasions sont mentionnées, comme la convocation des chefs (verset 4), l’alarme pour la guerre (verset 9) et l’annonce des jours de fêtes (verset 10).

La deuxième partie du chapitre 10 décrit Israël quittant le Sinaï (versets 11 à 13), devancé de l’arche de l’Alliance (versets 33 et 34).

Chapitre 11 : Trois jours, seulement, après avoir quitté le Sinaï, le peuple se mit à se plaindre. Cette attitude d’ingratitude déplut énormément à Dieu qui frappa les limites extérieures du camp d’un incendie pour leur apprendre – et nous apprendre – une leçon clé. Les Israélites n’avaient aucune gratitude pour ce que Dieu avait fait pour eux.

Songez à Moïse et aux leçons que nous pouvons apprendre de ce qu’il a subi. La réaction du peuple le décourageait à tel point qu’il souhaita, à un moment donné, que Dieu le fasse mourir : « Tue-moi, je te prie » (11:14-15). Quand nous prenons connaissance des divers incidents décrits dans ce livre, nous notons que l’ingratitude sape la foi et produit une réaction en chaine dans la nature humaine. En vouloir toujours plus peut produire de mauvais résultats (Jacques 4:1-3).

Chapitre 12 : Marie et Aaron critiquaient Moïse et ne le respectaient pas, probablement par envie. Une fois de plus, Dieu prit la défense de son serviteur. Marie fut frappée de lèpre. Moïse pria pour qu’elle en soit guérie. Dieu exauça sa prière.

Chapitres 13 et 14 : Douze éclaireurs furent envoyés à Canaan. Dix d’entre eux en firent un mauvais rapport, et cela poussa toute la nation à se rebeller contre Dieu. Le peuple ne crut pas que Dieu avait le pouvoir d’accomplir ses promesses et il craignit des êtres humains plus que son Créateur (13:28).

Le peuple se lamenta : « Que ne sommes-nous morts dans le pays d’Egypte, ou que ne sommes-nous morts dans ce désert ! » (14:2). Dieu les prit au mot. Au lieu d’accepter ce qu’il avait prévu pour eux, ils allaient errer dans le désert 40 ans et cette génération allait périr avant que ses enfants héritent de la Terre Promise. Cet incident fut suivi d’un autre péché, celui de présomption (verset 39 à 45). Une autre leçon à apprendre.

Chapitre 15 : Diverses lois sont confirmées

Chapitre 16 : Un autre exemple de rébellion contre l’autorité que Dieu a instituée. Koré – un cousin-germain de Moïse – et 250 responsables, accusent Moïse et Aaron de s’élever au-dessus de l’assemblée. Il semble qu’ils visaient surtout le sacerdoce. Ces dissidents voulaient avoir plus d’autorité et se nommer à des postes de responsabilité. Sans doute étaient-ils convaincus que leurs motifs étaient nobles, mais Dieu savait pertinemment de quoi il en retournait, connaissait mieux leurs cœurs.

Ces chefs contentieux refusaient de reconnaître qu’ils se rebellaient contre Dieu qui avait désigné Moïse et Aaron (Jude 10-11). Résultat ? Ils furent éliminés (16:31-33).

Aussi incroyable que cela puisse paraître, le lendemain même, le peuple critiqua de nouveau Moïse et Aaron, et Moïse dut de nouveau intercéder pour le peuple.

Chapitres 17 à 20 : L’incident du bâton d’Aaron qui fleurit est décrit. Douze bâtons – un pour chaque tribu – avaient été placés dans le tabernacle, mais seul celui d’Aaron fleurit et produisit même des amandes, prouvant que Dieu le soutenait (17:8).

Les devoirs et les responsabilités des sacrificateurs et des lévites sont énoncés au chapitre 18, et le chapitre 19 traite de l’impureté cérémonielle.

Les Israélites quittent Kadesh pour la plaine de Moab, au chapitre 20. En route, Marie meurt (20:1), puis Aaron un peu plus tard (verset 28).

Dans cette période, Moïse commet une faute grave qui va l’empêcher d’entrer dans la Terre Promise. Le peuple se plaint de nouveau de ce qu’il manque d’eau. Dieu dit à Moïse de parler au rocher, mais Moïse, irrité, parle au peuple et frappe le rocher à deux reprises (20:10-11). C’est une autre leçon que nous devons apprendre. Nous devons prendre les directives divines au sérieux et les suivre minutieusement. La Bible nous avertit de ne pas nous fier à notre propre sagesse (Proverbes 3:5-7).

Chapitre 21 : Des tribus cananéennes attaquent Israël et sont vaincues. Le peuple se plaignant de nouveau, des serpents brûlants pénètrent dans le camp. Dieu dit au peuple de se faire un serpent de bronze et de le placer sur un poteau. Ceux qui le regarderont seront guéris.

Chapitres 22 à 25 : Balak, roi des Moabites, demande à Balaam de maudire Israël, mais le prophète en est incapable, Dieu l’en empêche. Par contre, Balaam conseille que des femmes moabites incitent les hommes en Israël à se livrer à des rites païens pour que Dieu les punisse (25:1-9 ; Apocalypse 2:14).

Chapitres 26 à 31 : Au chapitre 26, le second recensement est pris. Dieu choisit Josué (27:18). Les chapitres 28 et 29 traitent des sacrifices lors des fêtes divines, et les vœux sont expliqués au chapitre 30. Au chapitre 31, Madian est vaincu et Balaam est tué.

Chapitre 32 : Le territoire à l’Est du Jourdain est donné à Ruben, Gad et la moitié de la tribu de Manassé.

Chapitre 33 : Ce chapitre évoque l’errance des Israélites dans le désert pendant 40 ans.

Chapitres 34 à 36 : Le sacrificateur Eléazar et Josué désignent les territoires des tribus (chapitre 34) ; des villes précises sont désignées pour les lévites (chapitre 35) et les règlements pour les héritages sont approfondis (chapitre 36).

Le livre des Nombres dans le Nouveau Testament

Il existe plusieurs références au livre des Nombres, dans le Nouveau Testament. En voici quelques exemples :

  • Nombres 12:7 dans Hébreux 3:5-6.
  • Nombres 14:16 dans 1 Corinthiens 10:5.
  • Nombres 17:8 dans Hébreux 9:4.
  • Nombres 19:1-9 dans Hébreux 9:13.
  • Nombres 22:5 dans  2 Pierre 2:15 ; Jude 11 et Apocalypse 2:14.
  • Nombres 27:17 dans Matthieu 9:36 et Marc 6:34.

Des leçons à tirer des Nombres

Le livre des Nombres contient maintes leçons spirituelles et morales, et il traite des épreuves et de la foi. Il nous incite à être reconnaissants au lieu de nous plaindre et de critiquer ; à accepter les responsables que Dieu place sur nous et à suivre les instructions divines. Le péché inflige de terribles conséquences.

L’Épître aux Hébreux en résume les leçons en nous disant de ne pas endurcir nos cœurs comme le firent les anciens Israélites qui ne purent, de ce fait, entrer dans la Terre Promise (Hébreux 3:7-11). « Prenez garde, frères, que quelqu’un de vous n’ait un cœur mauvais et incrédule, au point de se détourner du Dieu vivant […] afin qu’aucun de vous ne s’endurcisse par la séduction du péché » (verset 12-13). Le livre des Nombres nous rappelle : « Sachez que votre péché vous atteindra » (Nombres 32:23).

Dieu souhaite que nous ne répétions pas les mêmes erreurs que les anciens Israélites, et que nous nous conformions à ses vérités énoncées dans sa parole. C’est l’espérance que nous avons d’entrer dans la Terre Promise – le Royaume de Dieu – en tant qu’enfants de Dieu.

Nous vous invitons à lire notre article Les atouts et les avantages de l'étude biblique  et les articles connexes. Pour l’étude d’autres livres de la Bible, nous vous invitons à consulter notre centre d’apprentissage.