Le livre de l’Exode

Le livre de l’Exode décrit le départ des Israélites d’Égypte sous la direction de Moïse. Que devez-vous savoir pour bien comprendre ce livre et ce qu’il nous enseigne ?

L’Exode est le deuxième livre de la Bible, et le deuxième livre du Pentateuque – ou de la Torah – qui représente les cinq premiers livres des Saintes Écritures.

Le nom Exode provient de la version grecque des Septante et il signifie « départ » ou « sortie », décrivant la sortie, de la nation d’Israël, d’Égypte. Dans la Bible hébraïque, le nom de ce livre est tiré des deux premiers mots hébreux du verset 1 – elleh (ces) et shemoth (noms) – qui signifient «  voici les noms ».

Que devons-nous savoir pour mieux comprendre l’Exode ?

L’auteur

Moïse est l’auteur de l’Exode. C’est aisément prouvé. Dans ce livre, figurent plusieurs preuves convaincantes que Moïse l’a effectivement rédigé :

  • Exode 17:14 : « L’Eternel dit à Moïse : Ecris cela dans le livre, pour que le souvenir s’en conserve, et déclare à Josué que j’effacerai la mémoire d’Amalek de dessous les cieux. »
  • Exode 24:4 : « Moïse écrivit toutes les paroles de l’Eternel ».
  • Exode 34:27 : « L’Eternel dit à Moïse : Ecris ces paroles ; car c’est conformément à ces paroles que je traite alliance avec toi et avec Israël. »

Moïse ayant grandi dans la cour royale égyptienne, il était instruit et cultivé (Actes 7:22) ; de ce fait, il était qualifié pour rédiger une histoire de ce genre. Une mention supplémentaire est faite de sa rédaction, par Moïse, dans le livre de Josué (Josué 8:31).

Jésus précisa lui aussi, dans le Nouveau Testament, que Moïse était bien son auteur.

  • Marc 7:10 : « Moïse a dit : Honore ton père et ta mère ; et : Celui qui maudira son père ou sa mère sera puni de mort ».
  • Marc 12:26 : « Pour ce qui est de la résurrection des morts, n’avez-vous pas lu, dans le livre de Moïse, ce que Dieu lui dit, à propos du buisson : Je suis le Dieu d’Abraham, le Dieu d’Isaac, et le Dieu de Jacob ? » (citation d’Exode 3:6).

Bien que divers critiques modernes contestent que Moïse, seul, ait rédigé l’Exode (prétendant qu’il est l’œuvre de divers auteurs à des périodes différentes), nous pensons que les preuves que Moïse a rédigé ce livre sont solides. La plupart des érudits conservateurs (ceux qui croient en l’inspiration et l’exactitude de la Bible) sont également de cet avis.

De quoi est-il question, dans l’Exode ?

L’Exode relate l’histoire d’Israël depuis la mort de Joseph jusqu’à la construction du tabernacle (pendant la deuxième année succédant à la sortie du peuple, d’Égypte). En somme, il raconte l’histoire des Israélites devenus esclaves en Égypte ; l’appel de Moïse, leur libérateur ; les fléaux dont Dieu se servit pour briser l’orgueil des Égyptiens ; l’exode des enfants d’Israël et leur délivrance miraculeuse lors de la traversée de la mer Rouge ; leurs pérégrinations dans le désert ; la communication, par l’Éternel, de la loi divine ; la conclusion de leur alliance avec Dieu ; et la construction du tabernacle dans le désert.

Un dictionnaire biblique résume ce livre comme suit :

« L’Exode est le livre de la rédemption. Délivré de sa servitude en Égypte, la nation nouvellement constituée reçoit la loi, une prêtrise et un système sacrificiel pour adorer [Dieu] et réglementer le peuple racheté » (Merrill F. Hunger, The New Unger’s Bible Didtionary, p. 387-388).

Que nous enseigne l’Exode ?

Bien que ce livre mette l’accent sur la sortie d’Israël, d’Égypte, il contient plusieurs leçons et plusieurs parallèles avec l’appel et le cheminement des chrétiens, dans le Nouveau Testament.

L’époque de la rédaction de l’Exode

Il semble que Moïse ait rédigé l’Exode pendant les 40 ans où Israël erra dans le désert (de 1440 à 1400 avant notre ère). Cette période représente les 40 dernières années de sa vie. Étant mort à l’âge de 120 ans, il l’écrivit vraisemblablement entre sa 80e année et sa 120e année. Il se peut que cela lui ait pris plusieurs années, et que d’autres – comme Josué – y aient apporté quelques modifications (comme la mise à jour de divers lieux) après sa mort.

L’érudit Merrill F. Unger a fait remarquer que l’éducation qu’avait reçue Moïse, et le milieu dans lequel il avait grandi, lui aurait permis de rédiger l’Exode en hiéroglyphes égyptiens, en caractères cunéiformes akkadiens et en hébreu ancien (Unger’s Bible Handbook, 1966, p.34). Il y a de fortes chances que Moïse écrivit l’Exode en caractères cunéiformes akkadiens (le langage diplomatique de l’époque) ou en hébreux ancien.

Quand l’Exode eut-il lieu ?

L’évènement charnière du livre de l’Exode est la sortie des Israélites, d’Égypte, et les évènements qui se produisirent immédiatement avant et après ce départ. Les érudits bibliques conservateurs situent ces évènements au milieu du 15e siècle avant notre ère (entre 1446 et 1443 avant notre ère). Bien que des critiques modernes le situent au 13e siècle, l’Église de Dieu, Association Mondiale enseigne que l’Exode eut effectivement lieu au 15e siècle avant notre ère.

Le rôle de Moïse, dans le livre

Le personnage central, dans tout le livre, est Moïse – nom qui signifie « retiré ». C’est le nom que lui donna la fille de Pharaon car, dit-elle, « je l’ai retiré des eaux » (Exode 2:10). Il grandit à la cour royale égyptienne et y reçut une formation notamment dans la sphère gouvernementale et dans l’administration (Actes 7:22), mais quand il prit la défense de son peuple opprimé, on le rejeta et il dut s’enfuir dans le désert.

Alors qu’il faisait paître le troupeau de son beau-père Jethro, près d’Horeb (dans le Sinaï), il y rencontra le Dieu de son père, « le Dieu d’Abraham, le Dieu d’Isaac et le Dieu de Jacob » (Exode 3:6) qui lui confia la mission de conduire les Israélites qu’il allait délivrer de l’esclavage en Égypte (verset 10). Moïse se trouva quatre excuses pour que quelqu’un d’autre soit choisi pour cette tâche, mais Dieu contra chacune d’elles, forçant Moïse à accepter. Aaron, son frère, lui servirait de porte-parole (Exode 4:14, 16, 27).

La vie de Moïse peut se diviser en trois périodes pendant lesquelles Dieu le prépara, puis l’utilisa comme chef :

  • Sa jeunesse et sa formation à la cour de Pharaon (entre les âges de 1 et 40 ans).
  • Sa formation de berger dans le pays de Madian (entre les âges de 40 et 80 ans).
  • Pour guider Israël dans le désert pendant 40 ans, arrivant enfin devant la terre promise (entre ses 80 ans et ses 120 ans).

On s’étonne souvent que lorsqu’on lit Exode 3 – quand Dieu lui confie la mission d’aller délivrer son peuple – Moïse a déjà 80 ans et a donc déjà vécu les 2/3 de sa vie.

Israël en Égypte

Le séjour d’Israël en Égypte se termine par l’Exode. Ces évènements marquent une période de 430 ans qui a débuté par l’alliance conclue avec Abraham quand il avait 99 ans (Exode 12:40 ; Galates 3:17).

L’Exode documente les premières mesures prises par Dieu pour son peuple, au niveau national. Auparavant, l’Éternel a travaillé avec divers individus, dont Abraham (dont descend la nation d’Israël). Dieu se met dorénavant à travailler avec toute une nation. Il leur communique ses dix commandements et leur donne des lois civiles, des ordonnances et des statuts pour maintenir l’ordre dans le pays. Ce n’est évidemment pas la première fois que Dieu donne des lois aux humains ; il y a longtemps que les serviteurs de l’Éternel les respectent. Il est en effet écrit : « Abraham a obéi à ma voix, et […] a observé mes ordres, mes commandements, mes statuts et mes lois » (Genèse 26:5). Lire à cet effet notre article Les Dix Commandements étaient-ils en vigueur avant Moïse ?

L’introduction des sacrifices

Un an après avoir conduit les Israélites hors d’Égypte, Dieu introduit des sacrifices (Jérémie 7:22-26). Plutôt que de se soumettre aux lois divines, le peuple adore des idoles et de faux dieux (Amos 5:25-26 ; Actes 7:40-43). Les sacrifices sont introduits du fait des transgressions du peuple, afin d’enseigner à ce dernier l’habitude de l’obéissance.

Les sacrifices étaient « une ombre des biens à venir » (Hébreux 10:1-4). Dieu s’attendait à ce que les sacrifices soient imposés « seulement jusqu’à une époque de réformation » à laquelle Christ allait devenir l’ultime sacrifice pour toute l’humanité (Hébreux 9:9-14).  Ils furent institués par Dieu, dans sa sagesse infinie, pour enseigner le peuple et le conduire à lui.

Le schéma d’ensemble du livre

Voici un plan d’ensemble du livre :

Chapitre 1 à 12 : Israël en Égypte.

Chapitre 1 : Israël en esclavage en Égypte.

Chapitres 2 à 4 : L’entrée en scène de Moïse, que Dieu choisit comme libérateur.

Chapitres 5 à 12 : Dix fléaux s’abattent sur l’Égypte. La Pâque et la fête des pains sans levain                        sont instituées.

Chapitres 13 à 40 : Les Israélites dans le désert et au mont Sinaï.

Chapitres 13 à 15 : Dieu fait sortir les Israélites d’Égypte et les fait franchir la mer Rouge ; Moïse et Miriam célèbrent cette délivrance par un cantique.

Chapitre 16 : Dieu fait pleuvoir la manne et insiste sur le commandement-épreuve du sabbat.

Chapitre 17 : Dieu fait jaillir de l’eau d’un rocher et Israël se bat contre les Amalécites.

Chapitre 18 : Jethro, beau-père de Moïse, donne à son gendre des conseils de gestion.

Chapitre 19 et 20 : Israël arrive au mont Sinaï, où Dieu communique ses dix commandements.

Chapitres 21 à 23 : Dieu fournit à son peuple diverses lois, divers statuts et ordonnances.

Chapitre 24 : L’alliance est ratifiée par le peuple.

Chapitres 25 à 31 : Dieu communique ses instructions pour la fabrication du tabernacle, ainsi que la consécration d’Aaron et de ses fils. Au chapitre 31, Dieu institue l’alliance du sabbat.

Chapitre 32 : Le peuple se détourne de Dieu et se fond un veau d’or ; environ 3 000 adorateurs de l’idole périssent.

Chapitres 33 et 34 : L’alliance est remise en question.

Chapitres 35 à 40 : Le sacerdoce est établi et le tabernacle est érigé.

Leçons de l’Exode

Tirons plusieurs leçons de l’étude du livre de l’Exode :

Première leçon : Sachez apprécier la grandeur de Dieu, sa puissance et ses directives.

Les Israélites étaient dans une situation désespérée, et c’est seulement grâce à la puissance merveilleuse de Dieu qu’ils furent délivrés de leur captivité. L’Éternel annihila l’armée la plus puissante du monde, à l’époque, sans que les Israélites aient à prendre les armes. Dieu promit qu’il combattrait pour eux : « L’Eternel, votre Dieu, qui marche devant vous, combattra lui-même pour vous, selon tout ce qu’il a fait pour vous sous vos yeux en Egypte » (Deutéronome 1:30). « Malgré cela, vous n’eûtes point confiance en l’Eternel, votre Dieu », ajouta-t-il (verset 32 ; c’est nous qui soulignons tout du long).

Chaque personne a le choix. Ou bien elle lui obéit, ou bien elle rejette sa ligne de vie. « J’en prends aujourd’hui à témoin contre vous le ciel et la terre, j’ai mis devant toi la vie et la mort, la bénédiction et la malédiction. Choisis la vie, afin que tu vives, toi et ta postérité » (Deutéronome 30:19).

Dieu fit sortir Israël d’Égypte par des signes et des prodiges ; il les conduisit par une colonne de nuée dans la journée et par une colonne de feu, la nuit. Il fendit miraculeusement la mer Rouge et leur donna à manger et de l’eau dans le désert. Il extirpa son peuple d’Égypte et le conduisit dans la terre promise par maints miracles et maints prodiges. Tout cela a été préservé pour nous pour que nous puissions apprécier la puissance de l’Éternel et nous appuyer sur lui.

Deuxième leçon : Respectez les dix commandements

Le 20e chapitre de l’Exode reproduit les dix commandements. Les quatre premiers définissent nos rapports avec Dieu – la manière d’aimer, de profondément respecter notre Créateur et de lui plaire. Comment cela ? L’apôtre Jean nous le dit : « L’amour de Dieu consiste à garder ses commandements. Et ses commandements ne sont pas pénibles » (1 Jean 5:3).

Les six autres commandements décrivent les standards de base menant à des rapports justes et positifs avec nos semblables, montrant comment les peuples et les nations devraient vivre ; dans la paix et l’harmonie. Sur quoi l’amour pour le prochain devrait-il s’appuyer ? « Et maintenant, ce que je te demande, Kyria — non comme te prescrivant un commandement nouveau, mais celui que nous avons eu dès le commencement, — c’est que nous nous aimions les uns les autres. Et l’amour consiste à marcher selon ses commandements. C’est là le commandement dans lequel vous devez marcher, comme vous l ‘avez appris dès le commencement » (2 Jean 5-6).

D’après la Bible, pécher consiste à transgresser n’importe quel commandement divin. Une définition du péché se trouve dans 1 Jean 3:4 : « Quiconque pratique le péché transgresse la loi, et le péché est la transgression de la loi ».

Si l’on acceptait partout tous les commandements de l’Éternel comme principes conducteurs dans la vie, le monde serait un endroit infiniment meilleur et paisible. Dieu veut que nous observions les dix commandements, pour notre bien (Matthieu 19:17-19 ; Romains 13:9-10). Pour en savoir plus sur les dix commandements, lire notre article Les dix commandements et la manière de vivre de Dieu.

Troisième leçon : Acceptez le signe identificateur

Dieu a dit : « Parle aux enfants d’Israël, et dis-leur : Vous ne manquerez pas d’observer mes sabbats, car ce sera entre moi et vous, et parmi vos descendants, un signe auquel on connaîtra que je suis l’Eternel qui vous sanctifie. Vous observerez le sabbat, car il sera pour vous une chose sainte. Celui qui le profanera, sera puni de mort ; celui qui fera quelque ouvrage ce jour-là, sera retranché du milieu de son peuple » (Exode 31:13-14).

Le mot hébreu traduit en français par « signe » signifie également « drapeau », « bannière » ou « monument » (Strong’s Concordance). Un signe est souvent un symbole d’identité et Dieu ordonne à son peuple de garder le sabbat comme « un signe qui devra durer à perpétuité » (verset 17) entre lui et son peuple. Christ a également précisé que le sabbat a été fait pour l’humanité et qu’il en était le maître (Marc 2:27-28). Pour en savoir plus à ce sujet, lire notre article Le sabbat identifie-t-il le peuple de Dieu ?

Quatrième leçon : Écoutez la voix de Dieu

Dieu fit une promesse à la nation d’Israël quand elle se présenta devant lui, au Sinaï : « Maintenant, si vous écoutez ma voix, et si vous gardez mon alliance, vous m’appartiendrez entre tous les peuples, car toute la terre est à moi » (Exode 19:5). Le peuple accepta de respecter les paroles de l’Éternel (verset 8).

La voix et la présence de l’Éternel étaient si impressionnantes que le peuple demanda à Moïse de leur parler, au lieu de Dieu. Dieu accepta (Deutéronome 5:23-28) et, depuis lors, il nous parle par l’intermédiaire de ses prophètes et par les paroles de son Fils (Hébreux 1:1-2). Les Israélites acceptèrent d’obéir à sa voix, ses paroles, mais ce qu’ils firent par la suite démontra qu’ils ne prenaient pas leur engagement – à l’honorer, à marcher dans ses voies et à écouter sa voix – au sérieux.

Combien se soucient à présent de ce que dit Dieu ? Le monde est affligé de maux croissants – de maladies diverses, de revers financiers, de chômage, de guerres et de menaces de guerres, de maladies mentales et de catastrophes écologiques, pour n’en citer que quelques-uns. Cela est-il dû au fait que nos nations, et leurs dirigeants, n’écoutent pas la voix de Dieu ?

Étudiez le livre de l’Exode

Nous espérons que cet article vous a fourni une toile de fond et un schéma d’ensemble utiles sur l’Exode. Nous espérons que vous lirez et étudierez ce livre vous-même afin d’apprendre l’histoire et les leçons incroyables qu’il contient.

Pour en savoir plus sur la meilleure manière d’étudier la Bible, veuillez consulter notre section Les atouts et les avantages de l'étude biblique.