Le Deutéronome

Le Deutéronome est le dernier livre du Pentateuque. Quel est son thème ? S’applique-t-il à nous? Quelles leçons pouvons-nous en tirer ?

Le Deutéronome est le dernier des cinq livres de Moïse formant le Pentateuque. Il fait naturellement suite au livre des Nombres qui se termine par le séjour des Israélites dans le pays de Moab, à l’est du Jourdain, surplombant le pays de Canaan. Le Deutéronome poursuit le récit là où s’achève celui des Nombres ; il fournit les dernières directives de Moïse au peuple, avant sa mort, le préparant à entrer dans la Terre Promise sans lui.

Le mot Deutéronome provient de la version des Septante (la traduction grecque de la Bible) et il signifie, en somme, « la seconde loi » ou « la répétition de la loi ». Cela est dû au fait que ce livre met l’accent sur la réaffirmation et l’explication que Moïse y donne, une dernière fois, de la loi divine, avant de mourir. Son titre, en hébreu, est Elleh Haddebharim, (« Voici les paroles ») expression tirée du premier verset dans ledit livre.

L’idée qu’il s’agit de « la seconde loi » peut prêter à confusion car elle peut donner l’impression que d’autres lois furent ajoutées à celles communiquées au Sinaï ; ce qui n’est pas le cas. Il s’agit de la réitération des lois énoncées par Dieu à Israël 40 ans plus tôt, au Sinaï, avec des précisions supplémentaires à l’intention de la génération s’apprêtant à sortir du désert et à entrer dans sa nouvelle patrie – la Terre Promise.

Dans cette répétition de la loi, Moïse applique ces principes à un peuple s’installant dans son nouveau pays. Les Israélites s’apprêtaient à passer d’une existence de nomades à une vie sédentaire dans un territoire précis, ayant des frontières précises, dans des villes et des propriétés particulières. Un meilleur titre serait « La répétition de la loi », car il s’agit de la confirmation et de la répétition de l’alliance conclue au Sinaï. (Nous vous conseillons, à cet effet, notre article Les Alliances – accords entre Dieu et les hommes).

Les auteurs William Sanford Lasor, David Allan Hubbard et Frederic William Bush, dans leur ouvrage – Old Testament Survey – font les remarques suivantes : « Le Deutéronome est un joyau de concepts théologiques qui ont influencé la pensée et la vie religieuse des anciens Israélites, des Juifs et des chrétiens... Pas étonnant que les étudiants de la Bible aient aspiré à comprendre les idées théologiques du Deutéronome. Son antiquité, la place primordiale qu’elle occupe dans la pensée de l’Ancien Testament, et son influence sur l’Église du Nouveau Testament, attestent de son importance, qui ne saurait être exagérée… Tout pointe vers la conclusion que le Deutéronome est le livre le plus significatif de l’Ancien Testament. Il mérite d’être soigneusement étudié par n’importe quelle génération » (p. 118, 127).

Le Halley’s Bible Handbook qualifie le Deutéronome comme étant « l’un des écrits les plus éloquents du monde » (p. 150).  

Son auteur

Moïse en est le rédacteur. Ce livre contenant trois sermons sur la loi, donnés par Moïse en personne, il est logique qu’il en ait également rédigé le contenu. Une grande partie du dialogue est à la première personne. Il est aussi précisé dans Deutéronome 31:9 : « Moïse écrivit cette loi, et il la remit aux sacrificateurs, fils de Lévi, qui portaient l’arche de l’alliance de l’Eternel, et à tous les anciens d’Israël ». On peut également lire, quelques versets plus loin : « Lorsque Moïse eut complètement achevé d’écrire dans un livre les paroles de cette loi… » (verset 24). De surcroît, plusieurs déclarations sans équivoque prouvent, de manière plus convaincante que dans les autres livres du Pentateuque, que Moïse en était bien le rédacteur.

Non seulement plusieurs passages indiquent clairement que Moïse écrivit la loi, mais il était sans doute le plus qualifié pour le faire, vu son éducation à la cour de Pharaon (Actes 7:22). Seul le dernier chapitre, le chapitre 34, décrivant la mort de Moïse au mont Nebo, fut écrit par quelqu’un d’autre, probablement son successeur : Josué. On a aussi suggéré Esdras comme auteur de ce dernier chapitre. Nous vous conseillons, à ce sujet, nos articles sur la Genèse, l’Exode et le Lévitique.

La période de sa rédaction

Le Deutéronome fut rédigé à la fin des 40 ans d’errances des enfants d’Israël dans le désert. Il semble que Moïse ait rédigé ses trois derniers sermons pour Israël dans la dernière année de sa vie, vers 1404 avant notre ère. Il est possible que Josué ait achevé ce livre et en ait rédigé le dernier chapitre peu après la mort de Moïse, ou environ un an plus tard, après que les Israélites aient conquis une grande partie du pays de Canaan.

De quoi est-il question ?

D’après le contexte, il est question des Israélites lorsqu’ils s’apprêtèrent à prendre possession de la Terre Promise. Du fait de leur désobéissance et de leur incrédulité, la génération de l’Exode avait dû errer 40 ans dans le désert. Ce n’est que lorsque cette génération fut éteinte que la génération suivante put poursuivre sa route et entrer dans la Terre Promise.

En somme, le Deutéronome contient les adieux de Moïse au peuple. Moïse, sachant qu’il ne pourrait entrer dans la Terre Promise, saisit l’occasion pour donner trois longs sermons aux Israélites. Le livre contient surtout ces instructions et ces remontrances, ce qui prouve le bienfondé du titre donné en hébreu à ce livre : « Voici les paroles » ou « Paroles ». En somme, il s’agit, dans ce livre, des paroles d’adieux de Moïse aux Israélites.

Ces paroles d’adieux de Moïse peuvent être résumées dans les trois sermons suivants :

  • Deutéronome 1 à 4 : Moïse revient sur l’alliance que Dieu a conclue avec Israël au Sinaï et sur le fait qu’il les a guidés dans le désert.
  • Deutéronome 5 à 26 : Moïse revoit en détail la loi divine, donne aux Israélites des rappels et des avertissements sévères, leur rappelant leurs responsabilités dans cette alliance.
  • Deutéronome 27 à 31 : Moïse revient sur l’alliance et insiste sur la nécessité, pour Israël, de choisir la vie et les bénédictions divines en obéissant à la loi divine.

Dans ces trois sermons, Moïse revient continuellement sur aujourd’hui (comme dans Deutéronome 4:4 et 40), pour bien insister sur le fait qu’Israël a pris un nouveau départ, et bien insister sur l’urgence qui doit imprégner leur vie à ce moment-là.

Le Deutéronome débute par le discours de Moïse dans la plaine de Moab, le 11e mois de la 40e année après l’Exode, et il se termine par la mort de Moïse et la période de deuil qui s’ensuit, cette année-là. Il y est question des deux derniers mois d’errance d’Israël dans le désert.

Le nombre de chapitres

Le Deutéronome se divise en 34 chapitres. Bien que les anciens scribes aient divisé le texte en plusieurs sections, les divisions actuelles de la Bible, en chapitres, date d’un peu moins de 1000 ans. « Les divisions en chapitres ont d’abord été utilisées dans la Vulgate, voire par Stephen Langton, archevêque de Canterbury (en 1228). Elles ont été adoptées par les érudits juifs à titre de références » (Jewish Encyclopedia).

Le thème du livre

Le thème du Deutéronome est l’admonition de Moïse aux Israélites de demeurer fidèles à l’alliance conclue avec Dieu au mont Sinaï. Il les exhorte à respecter fidèlement les lois divines et à ne pas sombrer dans l’idolâtrie des peuples d’alentour, dans leur nouveau pays. L’auditoire auquel Moïse s’adresse est composé de ceux qui ont grandi dans le désert. Beaucoup ont connu Dieu et ses lois dès leur enfance et pendant leur adolescence ; ils ont été témoins des miracles de la manne et de leurs vêtements qui ne se sont pas usés.

Cette génération, qui connait bien les lois divines, se voit continuellement répéter qu’elle doit se souvenir et obéir, se souvenir de son histoire, car toute nation doit apprendre les leçons de son passé. Il importe qu’Israël se souvienne de l’intervention directe de Dieu pour le faire sortir d’Égypte, lui faire traverser la mer Rouge, accomplir maints miracles dans le désert, et qu’il tire les leçons à apprendre de la mort de toux ceux qui sont morts dans le désert.

Israël s’est souvent vu dire « écoutes attentivement » et « prêtes l’oreille » aux commandements divins. Il a entendu : « Vous les observerez et vous les mettrez en pratique ; car ce sera là votre sagesse et votre intelligence aux yeux des peuples, qui entendront parler de toutes ces lois et qui diront : Cette grande nation est un peuple absolument sage et intelligent ! » (Deutéronome 4:6). L’instruction-clé suivante est également donnée : « Maintenant, Israël, que demande de toi l’Eternel, ton Dieu, si ce n’est que tu craignes l’Eternel, ton Dieu, afin de marcher dans toutes ses voies, d’aimer et de servir l’Eternel, ton Dieu, de tout ton cœur et de toute ton âme » (10:12). La loi divine est décrite comme une bénédiction et un don divin (4:6-9).

Bien que ceux de cette génération ait connu la lettre de la loi, Dieu leur dit de circoncire leurs cœurs et d’y graver ses lois (10:16). Dieu se soucie d’Israël – comme de tous les peuples – et souhaite son bien-être. Il veut que son peuple ait le cœur à lui obéir afin qu’il puisse déverser ses bénédictions sur lui. S’ils font preuve de fidélité, sa loyauté est constante et assurée : « Si vous écoutez ces ordonnances, si vous les observez et les mettez en pratique, l’Eternel, ton Dieu, gardera envers toi l’alliance et la miséricorde qu’il a jurées à tes pères » (7:12 ; c’est nous qui soulignons tout du long).

Le Deutéronome dans le Nouveau Testament

Le Deutéronome est souvent cité dans le Nouveau Testament. On y trouve approximativement 35 références, ce qui montre l’attachement que Christ et les divers rédacteurs du Nouveau Testament lui vouaient. Christ le cite à trois reprises comme faisant autorité, pour contrer Satan (Matthieu 4:1-11 à propos de Deutéronome 6:13, 16 ; 8:3). Et quand un pharisien demande à Jésus quel est le plus grand commandement, Jésus cite Deutéronome 6:5 qui dit : « Tu aimeras l’Eternel, ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme et de toute ta force. » Ce conseil est aussi bon pour nous. Pour en savoir plus à ce sujet, nous vous proposons notre article Le plus grand commandement.

Schéma d’ensemble du Deutéronome

Chapitres 1 à 3

Le livre débute par l’histoire des déplacements des Israélites et de la période où ils s’apprêtent à traverser le Jourdain pour s’installer en Canaan. Dieu dit à Josué d’avoir la foi et de ne pas craindre leurs ennemis.

Chapitre 4

La nouvelle génération reçoit l’ordre de garder les lois et les ordonnances divines afin de vivre heureux et dans l’abondance.

Chapitres 5 et 6

Dieu renouvelle son alliance avec la nouvelle génération (5:3) et les dix commandements sont réitérés (5:6-21). Il y a un rapport étroit entre ce que l’on a dans le cœur et l’obéissance aux lois divines (5:29). La prospérité a tendance à écarter l’homme de Dieu. Les gens ont tendance à oublier l’Éternel quand tout va bien (6:10-15). Il faut aussi inculquer les lois divines aux enfants (6:7). Nous vous proposons à cet effet notre article Les dix commandements et la manière de vivre de Dieu et les articles connexes.

Chapitre 7

Si Dieu est loyal à son peuple (7:6-26), cela n’est pas dû à la force ni à la bonté du peuple (ce principe se retrouve dans 1 Corinthiens 1:26 où il est question de la congrégation de Corinthe). Les maladies sont écartées (7:5) ainsi que la crainte qu’a le peuple de ses ennemis (verset 18).

Chapitre 8

Dieu rappelle au peuple de ne pas oublier sa miséricorde et ses bénédictions. L’oubli et l’ingratitude figurent parmi les plus grands péchés des hommes. Nous devons être reconnaissants envers Dieu dans notre vie de tous les jours.

Chapitre 9

Moïse rappelle à Israël son entêtement. Si Moïse n’était pas intervenu pour intercéder en faveur du peuple, la nouvelle nation aurait été détruite. Il est écrit que nous devons recevoir la parole de Dieu « avec douceur » (Jacques 1:21) ou « humilité » (version du Semeur).

Chapitre 11

Versets 26-28 : Les humains sont libres de choisir, de décider s’ils vont opter pour l’obéissance qui mène à de nombreuses bénédictions, ou s’ils vont désobéir et s’attirer la malédiction.

Chapitre 14

Israël étant « un peuple saint pour l’Eternel », Dieu lui fournit une liste des aliments purs (propres à la consommation) et de ceux qui sont impurs (14:2-21). Les principes relatifs à la dîme sont résumés, « afin que tu apprennes à craindre toujours l’Eternel, ton Dieu » (14:22-29). En versant les dîmes, nous honorons Dieu et lui exprimons notre gratitude pour ses bénédictions. (Nous vous conseillons à cet effet notre article Viandes pures et impures : Dieu se soucie-t-il des viandes que nous mangeons ?)

Chapitre 16

Plusieurs des fêtes divines et des jours saints sont mentionnés. Des détails supplémentaires sur « les fêtes de l’Eternel » sont fournis dans Lévitique 23. Christ et ses disciples observaient ces jours saints, dans le Nouveau Testament.

Chapitre 18

Moïse donne une prophétie sur Christ (18:15), que Pierre cite dans Actes 3:20-22.

Chapitre 27

Moïse ordonne aux chefs d’Israël d’écrire les paroles de la loi et de les graver sur des pierres, en entrant en Canaan, pour leur rappeler qui les a conduits dans la Terre Promise. « Tu obéiras à la voix de l’Eternel, ton Dieu, et tu mettras en pratique ses commandements et ses lois que je te prescris aujourd’hui » (27:10).

Hélas, après la mort de Josué, le peuple se détourna promptement de Dieu et choisit de s’attacher aux dieux des nations d’alentour. Dieu exige qu’on lui obéisse lui seul et il ne tolère pas l’infidélité, surtout chez ceux qui prétendent le suivre.

Chapitre 34

Dieu montre la Terre Promise à Moïse (32:48-52), mais puisqu’il ne l’a pas sanctifié auprès du peuple à Kadès (Nombres 20:11-13), il ne pourra pas y entrer. Il n’y a pas la moindre indication que Moïse ait été contrarié par la décision divine. La mort de Moïse est mentionnée dans ce chapitre. Il semble que cette section ait été ajoutée par la suite, par Josué ou par Esdras, avant la canonisation de l’Ancien Testament.

Diverses leçons à tirer

Le Deutéronome contient beaucoup de leçons pour les chrétiens actuels.

Il est bien navrant que l’on croie bien souvent que l’Ancien Testament n’est pas pertinent pour les chrétiens d’aujourd’hui. Jésus et les apôtres ont inclus des passages de l’Ancien Testament dans leurs écrits et leurs instructions.

Voici cinq leçons spirituelles que les chrétiens du Nouveau Testament peuvent apprendre et appliquer, à partir du Deutéronome :

  1. De même que Moïse encouragea les Israélites à monter et à prendre possession de la Terre Promise,  (Deutéronome 1:21), les chrétiens doivent courageusement rechercher la terre promise qu’est le Royaume de Dieu. Jésus nous a dit : « Cherchez premièrement le royaume et la justice de Dieu » (Matthieu 6:33).
  2. De même que Moïse dit aux Israélites : « Vous n’ajouterez rien à ce que je vous prescris, et vous n’en retrancherez rien » (Deutéronome 4:2), les chrétiens doivent s’assurer qu’ils respectent les lois divines comme Dieu l’a prévu et non des lois humaines et ne pas non plus éliminer des lois établies par Dieu (Matthieu 5:18 ; Marc 7:7).
  3. De même que Moïse encouragea les Israélites à briller comme des exemples auprès des autres nations, leur faisant dire « Cette grande nation est un peuple absolument sage et intelligent ! » (Deutéronome 4:6), les chrétiens doivent aussi être des modèles de justice et « brille[r] comme des flambeaux dans le monde » (Philippiens 2:15).
  4. De même que Moïse avertit les Israélites que leur désobéissance provoquerait leur expulsion du pays et détruirait leur nation (Deutéronome 4:27), les chrétiens doivent se soucier de ne pas perdre leur identité « en négligeant un si grand salut » (Hébreux 2:3).
  5. De même que Moïse exhorta le peuple à donner à Dieu la priorité et à l’aimer de tout leur cœur (Deutéronome 6:4-5), les chrétiens doivent garder le plus grand commandement : « Tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme, et de toute ta pensée » (Matthieu 22:37).

Ce ne sont là que quelques-unes des leçons qui peuvent être tirées de ce livre étonnant. Nous espérons que vous l’étudierez et en tirerez même d’autres, que vous pourrez appliquer dans votre vie.

Nous vous proposons notre article Les atouts et les avantages de l'étude biblique.